Accueil Espace Bouddhiste Société L’Économie Sociale et Solidaire : Un Secteur qui ne Demande qu’à Grandir

L’Économie Sociale et Solidaire : Un Secteur qui ne Demande qu’à Grandir

3
0

travail.jpg


L’ESS a pour mission principale de créer du lien social, du lien écologique, promouvoir des valeurs plus démocratiques et collégiales que celles des sociétés modernes libérales. Aujourd’hui, on la conçoit sous deux grandes formes : les mouvements intégrés au capitalisme et les mouvements qui se placent en dehors de celui-ci.


A Toulouse par exemple, près de 40 000 personnes sont employées au sein de l’ESS. L’économie solidaire commence, en effet, à prendre de l’ampleur puisqu’elle représente de plus en plus de coopératives, de mutuelles, d’associations ou de fondations. L’objectif visé étant de répondre aux besoins non assouvis par le secteur marchand ou public. «
C’est avant tout une philosophie collective de travail qui place l’homme au centre de l’entreprise, avant le capital » explique Agnès Dofny, présidente de la Chambre régionale de l’économie sociale et solidaire de Midi-Pyrénées (Cress). L’ESS est composée à 83% d’associations, 13% de coopératives et 4% de mutuelles. C’est bien entendu les activités associatives qui priment dans ce secteur, souvent orientées vers l’accueil des personnes handicapées ou l’aide à domicile.
Elles représentent plus d’un emploi sur deux. Odile Ruhlmann, chargée d’étudier cette autre forme d’économie pour l’Insee, tire un bilan encourageant : « L’ESS est encore une forme d’économie méconnue, pourtant elle se porte bien. Le nombre de ses salariés augmente de 1,85% chaque année. »


Un secteur florissant


Dans la région Paca, un Observatoire, le premier du genre, vient d’être fondé afin d’établir un bilan du secteur de l’économie solidaire.

Au sein de la région, l’ESS possède un véritable poids dans l’économie. L’Observatoire, composé de plusieurs scientifiques, a basé ses premières recherches sur les données régionales. Et le constat semble des plus encourageants. L’économie sociale et solidaire affiche un fort dynamisme avec, entre 2002 et 2005, des hausses d’effectifs à tous les niveaux. Le nombre d’employeurs a augmenté de 5,8%, les salariés de 7,6% et, au total, un nombre d’Equivalent Temps Pleins (ETP) de 5,3%. Sur l’ensemble de la région Paca, cela représente 8% des employeurs et 12,7% des salariés pour une masse salariale brute de 2,8 milliards d’euros (soit 17,4% d’augmentation en trois ans). L’ESS, bien qu’encore méconnue, prospère un peu partout en France – surtout dans les milieux ruraux – et offre ainsi de nouvelles débouchées professionnelles à certains demandeurs.
Une économie d’un autre style, une alternative au libéralisme et à ses dérives, un concept nouveau basé sur des valeurs solidaires, l’ESS – en concentrant ses efforts sur une demande oubliée par les entreprises classiques – pourrait bien devenir un secteur prépondérant dans l’économie française.
Et ce n’est certainement pas une mauvaise nouvelle.


Antoine Ginekis pour www.buddhachannel.tv

Previous articleLes reliques du Bouddha définitivement installées à Vincennes le 27 septembre
Next articleLa Grande Encyclopédie du Dharma de Jamgön Kongtrul Lodrö Thayé