Accueil Espace Bouddhiste Interreligieux La réincarnation dans les différentes religions

La réincarnation dans les différentes religions

3
0

17.08.2009

La réincarnation n’est pas l’apanage des hindouistes et des bouddhistes. Dans toutes les grandes religions, la question a été posée. Mais toujours, elle soulève différentes notions.

reincar1.jpgPour les hindouistes, la réincarnation est vécue comme un malheur, car la vie sur terre est une souffrance. Il faut se purifier du mal et des besoins matériels, par l’ascétisme. Ainsi seulement prendra fin le cycle des renaissances (samsara) pour arriver au repos de l’âme (nirvana).

Et la grande différence se situe là : pour les autres religions qui se sont interrogées sur cette doctrine, la réincarnation était plutôt vue comme une chance. Il serait ainsi accordé la possibilité de vivre en plusieurs vies ce qui n’aurait pas été faisable dans une seule. Ou encore, c’est l’occasion de réparer les erreurs de sa précédente existence.

Alors, pourquoi un tel engouement ? Il existe un tabou sur la mort qui n’est pas près d’être levé. La réincarnation propose une explication sur le futur après la fin de vie. Mais aussi parce que la réincarnation met fin à la notion d’injustice de la vie. Si certaines personnes naissent malades, ou si elles connaissent de nombreuses souffrances, c’est à cause de leurs vies passées.

Chez les grecs, la réincarnation porte le nom de métempsycose. Il s’agit de la transmission des âmes. Cette théorie apparaît dès le VIe siècle avant JC. Les Romains finissent par être influencés, et on retrouve l’idée de réincarnation par exemple dans l’Enéide de Virgile.

Les Juifs se sont aussi, un temps, laissés tentés par le concept, et notamment les Pharisiens. Ainsi, il est quelquefois interprété que l’âme d’Adam est en Seth, puis passe en Noé, Abraham et enfin Moïse. Mais, d’autres parlent plutôt de « prophètes inspirés par l’esprit d’un autre prophète ». Donc, il n’est plus question de réincarnation à proprement parler.

En marge de la doctrine juive « officielle », la Kabbale reste encore la plus proche de l’idée de retour des âmes sur terre. Il y est fait référence dans le Shav’ar Ha’Gilgulim, « la porte des réincarnations ».

ressurection_rapha.jpg Chez les chrétiens, le concept a rapidement été évincé. Le clergé tient d’ailleurs à noter que jamais il n’a été un dogme enseigné par les Pères de l’Église. Si certains ont osé l’évoquer (comme Origène), ils ont été condamnés comme hérétiques. Le concile II de 553 finit de désapprouver cette croyance. Et pourtant… une enquête menée dans les années 90 rapporte que si 24% des français croient en la réincarnation, 27% des catholiques y adhérent, comme 34% des pratiquants de cette même religion. Plus encore, 54% de ceux qui croient en la résurrection croient aussi à la réincarnation.

Il est temps, ici, de rappeler la différence entre ces deux croyances. La réincarnation parle aussi de vie après la mort, mais au Paradis, auprès de Dieu et non sur terre. De même, le don de la vie éternelle est gratuit, contrairement au nirvana hindou qui requiert une vie irréprochable pour l’atteindre.

Enfin, l’Islam partage aussi les notions chrétiennes de Paradis et de vie après la mort. Cependant, on ne peut parler de croyance en la réincarnation que pour les Soufis, à la limite. Ainsi, le maître Pir-o-Murshid Hazrat Inayat Khan explique que  » la réincarnation existe pour la personnalité, non pour l’âme. Une personnalité est la réincarnation d’une autre et reprend ses problèmes là où ils ont été laissés. »

Voir également les articles sur la réincarnation dans la littérature occidentale,

ou sur la réincarnation comme tradition occidentale.


Marie Koenig pour www.buddhachannel.tv

Previous articleQuelques idées reçues sur le Bouddhisme…
Next articleLes bouddhistes français accueillent le Karmapa Trinley Thayé Dordjé