Accueil Espace Bouddhiste Société L’Eglise anglicane fait pression contre la violation d’un site sacré en Inde

L’Eglise anglicane fait pression contre la violation d’un site sacré en Inde

7
0

L’Eglise anglicane a subi de fortes pressions depuis quelques jours. En effet, son fond d’investissement éthique s’apprêtait à approuver un projet de mine sur un site sacré en Inde mené par la firme Vedanta Resources.

Le Fond d’investissement éthique de l’Eglise Anglicane (Church of England’s Ethical Investment Advisory Group : EIAG) possède des participations dans de nombreux groupes industriels à travers le groupe. Mais il s’emploie surtout à investir dans des projets éthiques et durables. Pourtant, il a failli déroger à son objectif.

En effet, depuis quelques semaines, la pression monte autour de l’Eglise anglicane pour empêcher le projet de la société Vedanta Resources d’ouvrir une mine sur site sacré pour les Indiens. Après une rencontre avec l’ONG ActionAid ainsis qu’avec Sitaram Kulisika, représentant de la population locale, l’Eglise prévoit maintenant de rencontrer l’équipe dirigeante de Vedanta Resources oour évoquer le problème.

Bianca Jagger, militante des droits de l’Homme en Inde en appelle à l’Eglise anglicane et aux autres actionnaires pour être sûr de «l’adhésion de Vedanta Resources aux responsabilités sociale, éthique et environnementale».

Région de la Montagne Niyamgiri
Région de la Montagne Niyamgiri

Vedanta Resources prévoyait d’ouvrir une mine de bauxite sur le site de la montagne Niyamgiri, dans l’état d’Orissa. L’ouverture d’une telle mine aurait selon les militants écologistes un impact catastrophique sur l’écosystème de la région et menacerait la vie de la tribu Dongria Kondh, qui considère ce territoire comme sacré, et qui vit principalement de l’agriculture dans la région.

Un porte-parole de l’Eglise anglicane a tenu à souligner que si l’Eglise anglicane cherchait des investissements rentables, elle prenait toujours en considération la dimension éthique du projet, en particulier lorsqu’il s’agit de projets miniers.

La pression sur la société Vedanta Resources est donc de plus en plus forte, que ce soit en Inde avec l’engagement de l’actrice Joanna Lumley, après sa victoire pour les Gurkhas, ou à l’international avec la médiatisation de cette affaire dans le monde angl-saxon.


Thomas PRADO pour www.buddhachannel.tv

Previous articleVietnam — 4ème colonie de vacances « Jeunesse et Bouddhisme » à Dông Nai
Next articleKirguizstan — Arrestations des manifestants après la réélection controversée du président Bakiev