Accueil Espace Bouddhiste Société Kerala : Une journée au paradis reconstruit

Kerala : Une journée au paradis reconstruit

4
0

Le 26 décembre 2004 restera pour les habitants d’Arattupuzha, une journée qui marquera leur vie. A cette date, le tsunami a frappé les côtes de leur village et a tué 36 personnes. D’autres ont été sérieusement blessées, non seulement physiquement mais aussi émotionnellement, et la plupart ont vu leur maison s’écrouler.

Ekta Parishad
Ekta Parishad
Durant la première semaine suivant la catastrophe, l’équipe d’Ekta Parishad du Kerala a porté secours à la population en organisant les opérations de nettoyage de la boue recouvrant tout le village. Par la suite, ils ont mis en place un programme d‘aide émotionnelle pour la population en se focalisant particulièrement sur les enfants, en fournissant une assistance psychologique et en organisant des camps de jeunes et d’enfants comprenant diverses activités et permettant de détecter et de répondre au syndrome post traumatique.

Prenez un train pour Changanacherry (Kerala), un deuxième pour Kayakulam, ensuite deux bus différents pour Kotchidejetty et finalement un bateau pendant quinze minutes, et vous atteindrez le petit paradis d’Arattupuzha.

Accompagnée de Benzi, coordinatrice des projets côtiers au Kerala depuis deux ans, nous sommes arrivées au centre Ekta qui travaille depuis 4 ans sur cette zone, et avons été reçues par nombre d’enfants nous souhaitant la bienvenue en nous offrant des colliers de fleurs et de l’eau de coco. C’était un samedi, jour où les enfants venant de différents Kuttikootam (clubs) se réunissent pour échanger à travers différentes activités telles la peinture, le chant, la danse, le jeu, etc. Dans ce village, 20 jeunes travailleurs pour la paix formés par Ekta Parishad et la SAPA s’occupent de 250 enfants chaque weekend. Les enfants sont aussi sensibilisés à travers différentes activités auxquelles ils participent, à la non violence et les principes de paix. En partageant du temps ensemble, ils apprennent petit à petit comment s’organiser en donnant de l’importance à chaque voix. Par exemple, ils ont décidé ensemble, qui allait chanter pour nous souhaiter la bienvenue, qui allait présenter leurs activités, etc. Après cette rencontre et après avoir serré nombre de petites mains, nous les laissons à leurs activités et nous nous rendons à une réunion de femmes.

Marcher jusque la maison où a lieu la réunion a été un réel voyage. Nous avons suivi des petits chemins à travers une végétation luxuriante, si verte, avec de petits ruisseaux de toute part, des fleurs aux couleurs vives, des cocotiers et autres arbres exotiques remplis de fruits dont je ne pourrais vous dire le nom. Au milieu de ce paradis, nous sommes aussi passées devant un refuge où 180 personnes ont été logées après le tsunami pendant un an et demi et où 8 familles y vivent encore aujourd’hui.

Ekta Parishad
Ekta Parishad

Arrivée à destination, nous avons été reçues par un groupe de femmes. Quatre d’entre elles, Deepam, Sulada, Suja et Shilarajel sont présidentes d’un groupe de création de revenus (livelihood group). Shilarajel est aussi la présidente du Comité de Coordination de ces groupes. A ce Comité, participent dix femmes représentant dix groupes différents. Cette initiative a été soutenue par Ekta Parishad après le tsunami, dans le but de donner du pouvoir aux femmes et de créer de nouvelles ressources économiques pour les familles affectées par le tsunami. Les femmes nous expliquent qu’avant le désastre, la pêche était suffisante pour les faire vivre relativement correctement mais depuis la catastrophe, les ressources halieutiques ont diminué et ils ont donc du s’organiser pour trouver d’autres manières de gagner leur vie.

Aujourd’hui, les groupes se concentrent sur quatre activités principales :

⇒ Création de sacs à partir de papiers journaux et papiers cadeaux,

⇒ Unité de couture fabricant entre autre des sacs à mains,

⇒ Production de savons, shampoings et détergents 100% naturel faits à partir d’huile de noix de coco,

⇒ Cuisine de pickles (conserves au vinaigre servant de condiment) de poisson, citron, mangue, gingembre, ail, etc.,

⇒ Fabrication de poudre brahmi (très utilisée dans la médecine ayurvédique)

Ces occupations leur permettent non seulement d’améliorer leurs revenus mais aussi de gérer par elles-mêmes des activités économiques au sein de la communauté. A travers cela, elles ont gagné confiance en elles et veulent maintenant développer ces activités. Le mois prochain, se déroulera une réunion du village où l’objectif sera pour elles de fournir les 6.000 familles en savon en les convainquant d’acheter ce type de produits localement. Un autre de leurs projets est de commencer à cultiver du riz sur leurs petites parcelles de terre pour leur propre consommation, et devenir autosuffisant pour cette céréale.

Ces femmes sont un exemple vivant de comment se battre et reconstruire un monde dans la solidarité.

Ekta Parishad
Ekta Parishad
Après cette rencontre, nous sommes retournées au centre Ekta pour assister à un meeting de la SAPA (South Asia Peace Alliance). Les participants sont quinze jeunes du village, entre 17 et 22 ans, qui ont suivi les différents programmes organisés par Ekta Parishad et la SAPA sur la non violence et la paix et pour développer leur capacité de leadership. Ces quinze étudiants sont très fiers de nous expliquer qu’ils sont des travailleurs pour la paix. Ils travaillent tous les weekends avec les enfants de leur voisinage et prépare pour eux différentes activités, participant ainsi à leur éducation dans l’idée de non violence et de paix. Les interactions et rencontres continues ont encouragé les enfants à exprimer leurs talents, leurs problèmes, mais ont aussi permis aux jeunes travailleurs pour la paix d’avoir une meilleure confiance en eux. Ils nous expliquent que les stages qu’ils ont suivis les ont transformés. Ils se sentent concernés par autrui, sont plus à l’écoute de l’autre et ont appris comment canaliser leur colère et agir pour la paix. Ces leaders sont très jeunes mais on peut déjà observer leur force et volonté de diffuser l’action non violente.

Arattupuzha n’est pas juste un endroit paradisiaque, c’est aussi et surtout un paradis humain où les hommes, femmes, jeunes et enfants connaissent par expérience du quotidien le sens du mot Solidarité.

Par Elodie Kergresse

Ekta Parishad

Previous articleTara Allan Stewart : Comment se convertir au bouddhisme ?
Next articleIdée Lecture — Vide et plein de François Cheng