Accueil Espace Bouddhiste Société Sri Lanka — Le pays désormais libéré du terrorisme, selon son président

Sri Lanka — Le pays désormais libéré du terrorisme, selon son président

20
0

19.05.2009

sri-lanka-president2.jpgLe président sri-lankais Mahinda Rajapaksa a prononcé mardi un discours de victoire devant le Parlement, affirmant que son pays était désormais « libéré » du terrorisme après la défaite de la rébellion tamoule face à l’armée régulière après un conflit de plus de 25 ans.

« Nous avons libéré tout le pays du terrorisme des LTTE » (Tigres de libération de l’Eelam tamoul, ndlr), a-t-il dit après avoir décrété la journée de mercredi fête nationale pour rendre hommage aux forces armées qui, a-t-il souligné, ont permis que, pour la première fois depuis 30 ans, le pays soit unifié sous un seul gouvernement.

Utilisant brièvement la langue tamoule, il a tenu à rappeler que cette guerre n’a pas été engagée contre la population tamoule. « Notre intention était de sauver la population tamoule de l’emprise cruelle des LTTE. Nous devons tous désormais vivre ensemble dans l’égalité dans ce pays libre », a ajouté le président sri-lankais en appelant à la recherche d’une « solution interne à ce conflit »: « Cette solution doit être acceptée par toutes les communautés (…). Nous devons trouver une solution basée sur la philosophie du bouddhisme ».

Il a nié que le pays était soumis à une tension ethnique. « Il n’y a pas de communauté minoritaire dans ce pays. Il y a seulement deux communautés, une qui aime ce pays et l’autre qui ne l’aime pas », a-t-il souligné.

S’exprimant devant des députés conquis, Rajapaksa n’a jamais mentionné le nom du chef suprême des Tigres tamouls, Velupillai Prabahakaran dont le gouvernement a pourtant annoncé la mort.

La mort de Prabhakaran est le dernier symbole de la défaite de l’armée des LTTE, après plus de 25 ans de guerre civile. Héros pour ses hommes, il était le dirigeant d’un groupe classé parmi les organisations terroristes par les Etats-Unis et l’Union européenne.

Les Tigres tamouls avaient pris les armes en 1983 pour la création d’un Etat indépendant pour la minorité tamoule, opprimée selon eux par le gouvernement représentant la majorité cinghalaise. Le conflit a fait environ 70.000 morts.


Source : AP

Previous articleAung San Suu Kyi : Le plaidoyer de Carla Sarkozy
Next articleVietnam — Les libertés de croyance religieuse se sont élargies