Accueil Actus Une délégation chinoise à Taipei pour la 2e partie du Forum mondial...

Une délégation chinoise à Taipei pour la 2e partie du Forum mondial du bouddhisme

18
0

31.03.2009

Le Vénérable Xin Yun (au centre), dîne hier en compagnie du maire de Taipei, Hau Lung-bin (à g.), de Ye Xiaowen (2e à d.), en charge des Affaires religieuses à Pékin, et de Wu Po-hsiung (1er à d.), le président du Kuomintang.
Le Vénérable Xin Yun (au centre), dîne hier en compagnie du maire de Taipei, Hau Lung-bin (à g.), de Ye Xiaowen (2e à d.), en charge des Affaires religieuses à Pékin, et de Wu Po-hsiung (1er à d.), le président du Kuomintang.
Environ 800 moines bouddhistes venant du monde entier sont à Taipei pour la 2e partie du Forum mondial du bouddhisme, après celle qui vient de se dérouler à Wuxi, dans la province chinoise du Jiangsu. Placée sous le thème de l’harmonie, la rencontre suscite toutefois des protestations ici, notamment parmi la communauté tibétaine et leurs soutiens, d’autres dénonçant la politisation de l’événement.

L’accord de Pékin pour que les débats se poursuivent à Taipei cette semaine est arrivé lundi dernier, et la signification d’une telle décision ont été clairement annoncées par l’agence de presse officielle chinoise Xinhua, à savoir que les relations entre les deux rives s’améliorent. La délégation chinoise est emmenée par Ye Xiaowen, un haut fonctionnaire qui est en charge à Pékin des Affaires religieuses, signe de l’intérêt des autorités chinoises pour cet événement.

De fait, selon la presse insulaire, les participants à la rencontre auraient en maintes occasions fait des déclarations ayant une portée politique. En particulier, le Vénérable Hsin Yun, le fondateur du monastère Fokuangshan, a fait hausser quelques sourcils lorsqu’il a assuré qu’« il n’y a pas de Taiwanais à Taiwan » et que « plus il y aura d’échanges [entre les deux rives], plus il sera difficile de distinguer entre Chinois du continent et Taiwanais – et nous serons naturellement unifiés. »

Un quotidien taiwanais en langue anglaise cite entre autres Daphne Young, membre de l’association Friends of Tibet, qui exprime sa consternation face à la venue à Taiwan de Ye Xiaowen. « Il est derrière la nouvelle loi [en Chine] qui réglemente le choix des réincarnations pour les moines du bouddhisme tibétain, et donc qui détruit une tradition fondamentale de cette religion. »

Dimanche, l’association a publié un communiqué pour condamner la décision de Pékin de faire du 28 mars le « Jour de l’émancipation » pour les Tibétains, afin de célébrer cinquante ans de présence chinoise au Tibet.

Un sit-in est d’ailleurs prévu mercredi devant le Taipei Arena où se tiendra le sommet religieux, afin de protester contre l’occupation du Tibet.

Le dalaï-lama n’a pas été invité à la conférence, mais le 11e panchen lama, choisi et nommé par Pékin, et qui n’est pas reconnu par le gouvernement tibétain en exil, a fait une très rare apparition en public jeudi dernier pour ouvrir la session de Wuxi. Il ne sera pas à Taiwan pour la deuxième session.


Source : taiwaninfo.nat.gov.tw

Previous articleDocumentaire — Les béquilles du lama Yapo
Next articlePESSAH, La Pâque Juive