Accueil Espace Bouddhiste Interreligieux Corée — Chrétiens et bouddhistes rendent Hommage au Cardinal Kim Sou-hwan

Corée — Chrétiens et bouddhistes rendent Hommage au Cardinal Kim Sou-hwan

4
0

Des centaines de milliers de Coréens sont venus se recueillir devant la dépouille du cardinal Kim


21.02.2009

Dans la matinée du vendredi 20 février, la messe de funérailles du cardinal Kim Sou-hwan, décédé le 16 février à l’âge de 86 ans (1), a réuni une foule de plus de 10 000 personnes. En dépit du froid mordant de l’hiver coréen, la plupart avaient pris place en-dehors de la cathédrale Myeongdong, des écrans géants retransmettant en direct la cérémonie religieuse. A l’intérieur de l’édifice, 31 évêques, dont deux évêques japonais, et quelque 500 prêtres concélébraient l’office, qui a duré une heure et demie et a été retransmis en direct dans sa totalité par l’ensemble des réseaux nationaux de télévision.

Dans son homélie, l’actuel archevêque de Séoul, le cardinal Nicholas Cheong Jin-suk, a rappelé combien la mort n’était pas la fin de toutes choses mais l’entrée dans la vie nouvelle. Il a souligné que l’amour du cardinal Kim pour les pauvres était ce qui lui avait donné la force de se dresser contre les généraux au pouvoir en Corée du Sud jusqu’à la fin des années 1980. Mgr Peter Kang U-il, évêque de Cheju, a relevé que les non-catholiques étaient très nombreux parmi les personnes qui portaient le deuil du cardinal Kim et que l’unité de la nation autour du prélat était un bienfait qu’il léguait à son pays, en cette période de conjoncture économique déprimée.

Entre le 17 février et le 20 février, ce sont près de 400 000 Coréens qui sont venus se recueillir devant la dépouille du cardinal, exposée dans un cercueil de bois recouvert d’une demi-sphère en verre. Durant quatre jours, la cathédrale Myeongdong n’a pas désempli, ouverte de 5h30 le matin à minuit; la file des catholiques et des non-catholiques venus se recueillir s’étendait sur plusieurs centaines de mètres. L’hommage des politiques a été unanime; l’actuel président, Lee Myung-bak, un protestant, l’ancien président Kim Dae-jung, un catholique, sont venus se recueillir devant le cercueil; le secrétaire général des Nations Unies, le Coréen Ban Ki-moon, a fait parvenir un message de condoléances. La presse a été à l’unisson, consacrant de longs articles en Une et de nombreux reportages au cardinal Kim et à sa vie.

Du côté des responsables religieux, la tonalité était semblable. Le Conseil national des Églises en Corée, qui regroupe de nombreuses Eglises protestantes coréennes, a publié un message où l’on pouvait lire: « Nous réalisons à quel point le cardinal a été un don de Dieu. » L’œuvre du cardinal en faveur de l’œcuménisme et du dialogue interreligieux a aussi été rappelée. Pour l’Ordre Jogye, la plus importante branche du bouddhisme en Corée, l’influence du cardinal Kim allait au-delà des cercles catholiques et était caractérisée par le service des pauvres et l’attention portée à toutes les souffrances. « Nous partageons la peine des catholiques, qui ont perdu un grand maître spirituel », a déclaré le vénérable Jikwan, principal responsable de l’ordre bouddhique.

Enfin, selon le mouvement Un seul Corps – Un seul Esprit, organisation promouvant le don d’organes, les engagements en faveur de futurs dons d’organes ont été multiplié par trois après la mort du cardinal. La presse a en effet rapporté que Mgr Kim avait fait don de ses yeux dès 1989, une promesse réitérée à ses médecins peu avant sa mort. Dans un pays où le confucianisme, profondément ancré, enseigne que c’est une marque de piété filiale que de ne pas porter atteinte à l’intégrité du corps reçu de ses parents, l’attitude du cardinal n’est pas passée inaperçue (2).

(1) Voir dépêche diffusée le 16 février 2009.

(2) A propos de l’action de l’Eglise catholique en Corée du Sud en faveur des dons d’organes, voir EDA 448


Source : www.vietcatholic.net

Previous articleL’oeil de l’éléphant
Next articleMessage d’un archevêque aux bouddhistes à l’occasion de la fête de Vesakh