Accueil Espace Bouddhiste Ecologie En route pour la Mobilité Durable!

En route pour la Mobilité Durable!

19
0

mobilitedurable.jpgÊtes vous un « momo » ? Il ne s’agit pas de la dernière insulte à la mode, que les lecteurs ne s’offusquent pas, mais d’un terme de marketing. Après les bobos, cocos, zozos et autres yoyos, les momos pour « mobiles moraux » sont la nouvelle trouvaille des marketeurs générationnel. Ce mot désigne un profil de consommateur nouvellement apparu sur le tableau de chasse des industriels de l’automobile. S’ils ne sont pas à la pointe de la mode et si le mot « consommation » les fait pâlir, les momos sont pour l’industrie automobile, le cœur même de la clientèle de demain car leur profil de conducteur écolo tend à se positionner comme une tendance appréciée des autres tribus, en pleine intensification des exigences en matière de développement durable.


Les momos ont la trentaine, sont éduqués, forgés à la crise, à la mondialisation, aux nouvelles technologies bien sûr. Ils aspirent à un monde fluide, communicant, et ont donc « une extrême sensibilité à la mobilité dans tous les sens du terme » au dire de Charles Wassmer, responsable de la prospective chez PSA. C’est une génération mobile car précaire, et qui par souci d’économie, mais aussi par conviction, délaisse le luxe pour « des produits plus simples et fonctionnels » note-t-il encore. «Ils veulent du socialement et écologiquement correct» résume enfin Eric Fouquier, sociologue chez Thema.

La «mobilité durable»

Et quoi de plus utile à cette tribu dotée d’une conscience écologique, qu’une mobilité pourvue des mêmes attributs?

voiturepropre.jpg

Le momo n’est pas prêt à sacrifier les générations futures à son propre confort, et stigmatise la pollution engendrée par une utilisation outrancière de l’automobile. Considérée par certains comme un effet de mode, la mobilité durable consiste à adapter à l’univers de la construction automobile, les principes du développement durable. Il s’agit de proposer demain une voiture plus citoyenne, plus écologique et plus sûre. Pour ce faire, plusieurs point de travail ont été établis
dans le rapport  » mobility 2001 « , portant sur la mobilité durable. Le World Business Council for Sustainable Development [[Conseil mondial des affaires sur le développement durable]] (WBCSD) y met en exergue les grands défis que devra relever l’industrie du transport :

– Faciliter, pour le plus grand nombre dans le monde, l’accès aux transports publics ou individuels
– Améliorer l’efficacité de la gestion des infrastructures
– Fluidifier le réseau des transports interurbains
– Gérer les conflits entre le transport des marchandises et des personnes
– Réduire de façon drastique les émissions de carbone émanant des transports

covoiturage.jpgLes constructeurs visent avant tout, à améliorer les moteurs actuels (alimentation électrique, injection directe, alternateur-démarreur ou suppression de l’arbre à cames) et penchent sur une transformation des moteurs, notamment la combinaison de la combustion à l’électrique sensée aboutir à l’utilisation en série de la pile à combustible à hydrogène.

Cela va sans dire que l’automobiliste est l’acteur principal de ce défi, car c’est lui qui par ses habitudes quotidiennes, détermine le caractère « durable » de cette mobilité. En plus d’une utilisation rationnelle de la voiture, d’autres solutions s’ouvrent à l’usager qui ne peut se résigner à troquer la confortable banquette automobile pour la rigidité d’un siège de train (dans le meilleur des cas). Le covoiturage pour exemple, fait partie de cette mouvance. Très apprécié des momos, il est une alternative conviviale et économique au trajet en solitaire.


Hélène LE, pour www.buddhachannel.tv

Previous articleLa Lettre à un Ami de Nagarjuna par Droupla Tcheuny
Next articleLes grandes prières – Magnificat, le cantique de la Vierge Marie