Accueil Espace Bouddhiste Culture Le Bharata Natyam – Danse sacrée du sud de l’Inde

Le Bharata Natyam – Danse sacrée du sud de l’Inde

5
0

Le Bharata Natyam

Danse sacrée du sud de l’Inde

Lalitha
Lalitha

Originaire de l’Inde du Sud, le Bharata Natyam est considéré comme la plus ancienne forme de danse classique indienne. Il fut révélé par Bharata, héros des grandes épopées indiennes, dans le traité des arts du spectacle, le « Natya Shastra », il y a environ 2500 ans.

Jadis cette danse n’était interprétée que dans les temples, par des danseuses, les Devadasis, qui avaient dédié leur vie à leur art et aux dieux. Aujourd’hui, le Bharata Natyam est sorti des temples et a gagné la scène.

La danse en Inde, n’a jamais été prise pour un simple divertissement: elle a toujours été une forme de culte, ayant une part importante dans les rituels védiques. Elle est un moyen de communiquer avec Dieu, de s’unir à lui. C’est une offrande et une expérience mystique. Symbolisme et technique s’allient harmonieusement au service de l’expression sacrée de cette danse, qui se situe comme un véritable moyen de communication entre les dieux et les hommes.

Cette danse permet aux hommes de célébrer le sacré qui est en eux, par une expression de joie et de beauté intense.Le Bharata Natyam est constitué de danse pure (des séquences rythmiques composées de mouvements de base) et de danse d’expression (l’Abhinaya, art de communiquer les émotions, parles expressions du visage).

L’aspect rythmique, très riche, tient une place importante dans ce style de danse.Un entrainement trés long et rigoureux est nécessaire pour acquérir la technique indispensable ainsi que le langage gestuel très élaboré des « mudras », qui traduit les poèmes et les hymnes chantés en sanskrit, en tamoul, en telugu, ou en kannada.

Ce sont toujours des compositions de grands poètes mystiques, dont les oeuvres se transmettent depuis des siècles.

Un récital de Bharata Natyam se compose traditionnellement d’une danseuse accompagnée d’un chanteur, d’un maître de danse (Nattuvanar) qui récite et frappe les rythmes à l’aide de petites cymbales, et de musiciens: percussioniste (mridangam), violoniste, flûtiste, ou d’un instrument à corde (veena).

Le Nattuvangam

Le Nattuvangam est indissociable du Bharata Natyam. Il est son support rythmique.
Dans un récital de Bharata Natyam, c’est le Nattuvanar (le musicien-chef d’orchestre) qui, par sa virtuosité, mettra en évidence les compositions rythmiques interprétées par la danseuse.
Il doit exister une communion étroite entre eux. Pour cela, la danseuse doit connaître et comprendre parfaitement l’élaboration rythmique de ses chorégraphies.

L’étude des Talam, Sollukattu, Akshara, Thirmanam… est vivement conseillée à tout danseur.

  • Talam (prononcer Taalam) ou Tala (dans le Nord de l’Inde): ce terme signifie littéralement: « Paume de la main ». Il sert à définir la façon dont on marque le rythme en frappant les paumes de la main l’une contre l’autre. Les musiciens se servent de ce mot pour désigner les cycles rythmiques.

l existe plusieurs systèmes de classification de ces cycles. Le plus utilisé est le système des 35 Talas élaboré par Purandara Das au début du XVIème siècle.

Un Tala se compose d’un ou plusieurs éléments, tels que: laghu, drutam, anudrutam…

  • Sollukattu: syllabes rythmiques. Par exemple: « kita taka tari kita thom »
  • Akshara: unité de temps dans une mesure.
  • Thirmanam: composition rythmique s’inscrivant dans un Tala, et nécessitant en général plusieurs cycles (ou avarthanam) de ce Tala. Dans une séquence de danse pure (Nritta), le Thirmanam est l’apothéose pour la danseuse. Il est le révélateur de sa virtuosité.

source Lalitha

Previous articleUne phrase inspirante issue de la Bhagavad Gita
Next articleBirmanie — Des Enfants exploités pour moins de 30 Centimes par Jour