Accueil Espace Bouddhiste Interreligieux Il était une foi, le Cao Dai

Il était une foi, le Cao Dai

20
0

Le Caodaïsme est à la religion, ce que l’Esperanto est aux langues : un idéal de paix, de fraternité et d’égalité, dont la source réside dans la diversité. Hum Dac Bui revient pour nous, sur l’histoire de cette foi.


« Il y a en réalité plus qu’assez de religions séparées dans le monde, tant que la compétition des religions et la discrimination ont conduit l’humanité à la haine, le conflit, et les guerres entre elles : mon Dieu est différent du vôtre. A cause de la pluralité des religions séparées et des conflits parmi les hommes, Dieu se manifesta en esprit pour offrir une voie qui mènerait les gens et les religions à l’harmonie. »

Cao Dai dit dans un message spirituel : « Autrefois, les hommes manquaient de moyens de locomotion, et ne se connaissaient donc pas. Pour remédier à cela, j’ai fondé à différentes époques et à différents endroits, cinq branches de la Voie Idéale : la voie de l’humanité, la voie du Génie (ou des Anges), la voie des Saints, la voie des Immortels, et la voie des Bouddhas, chacunes basées sur les coutumes de la race. Aujourd’hui, les moyens de locomotion ont évolué, et les gens ont pu mieux se connaître. Mais ils ne vivent pas toujours en harmonie à cause de la multiplicité de ces religions. C’est pourquoi j’ai décidé d’unifier toutes ces religions en une seule qui les porterait à l’unité primordiale. »


Temple_Cao_Dai_a_Tay_Ninh-2.jpg


Voici l’histoire du Cao Dai :

En 1920, Cao Dai, l’Être Suprême, se révéla à Ngo Van Chiêu, le gouverneur de l’époque à Phu Quoc, une magnifique île dans le golfe de Siam. Ngo menait une vie de privation et de sagesse. A l’aide d’une forme de spiritualisme, il entra en contact avec le royaume spirituel. Une apparition qui s’identifia elle-même sous le nom de « Cao Dai » se manifesta. Depuis le début, le nom « Cao Dai », littéralement « haute demeure », ou « tour sans toit », fut donné à l’Être Suprême comme nom symbolique.

L’Être Suprême informa Ngo que toutes les religions du monde devaient retourner à celle dont elles s’étaient originellement séparées. Ce mesage devait être délivré au monde.

Ngo demanda à Cao Dai la permission de l’adorer sous une forme visible. Il eut ensuite une vision de l’Oeil Divin et fut mandé en conséquence de l’utiliser comme le symbole de Cao Dai. Ngo retourna à Saïgon en 1924. A ceux qui étaient intéressés par l’entretien de leur spiritualité, il enseigna la philosophie et la pratique ésotérique qu’il avait apprise de Cao Dai quand il était encore à Phu Quoc.


En 1925, trois fonctionnaires vietnamiens du gouvernenemt colonial français furent contactés par Cao Dai après s’être essayé à une séance de spiritisme: Cao Quynh Cu (1888-1929), son neveu Cao Hoai Sang, Pham Cong Tac (1893-1958) et Mme Cao Quynh Cu.
Parce qu’entièrement dévoués à Cao Dai, ils devinrent ses disciples et furent à l’origine de l’expansion du caodaïsme au Vietnam. Avec l’aide précieuse de Ngo Van Chiêu, ils établirent conformément aux ordres de Cao Dai les principales règles d’organisation de la foi nouvelle.

Afin d’éviter les difficultés avec le gouvernement français, les disciples soumirent leur candidature pour l’établissement de la nouvelle foi au gouverneur français d’Indochine le 7 octobre 1926. La candidature fut considérée comme une simple annonce au gouvernement français ; Ils démarrèrent leurs activités pour répandre la nouvelle foi sans attendre la réponse du gouvernement français, qui ne délivra jamais aucun permis officiel à Cao Dai.


A voir!

Le Saint-siège du Cao Dai, dont la construction démarra dans les années 30, est établi a quelques kilomètres de Tay Ninh. Il est considéré par les touristes, comme un chef-d’oeuvre kitsh mêlant des personnalités aussi diverses qu’improbables en ce lieu (Jeanne d’Arc, Victor Hugo, etc).


Propos recueillis et traduits de l’anglais par Hélène LE, pour www.buddhachannel.tv

Previous articleEmission Radio Le Meilleur des Mondes – Un Tibet laïc ?
Next articleLes jeunes bouddhistes d’Europe célèbrent ensemble le Nouvel An