Accueil Espace Bouddhiste Interreligieux Première en France : un Membre d’Opus Dei nommé Curé d’une Paroisse...

Première en France : un Membre d’Opus Dei nommé Curé d’une Paroisse française

57
0

4 Août 2008 – Une Première en France :

Un membre d’Opus Dei vient d’être nommé curé d’une paroisse française.


L’abbé Franck Touzet, membre actif d’Opus Dei vient d’être choisi par Monseigneur Robert Le Gall, comme curé de la paroise de La Dalbade, à Toulouse.

Le député-maire socialiste de Toulouse, Pierre Cohen, qui s’est dit « indigné » par cette nomination, en raison du passé pro-franquiste de l’organisation catholique.

Rappelons que certains considérent Opus Dei comme la Garde Noire du Pape, d’autres comme la plus grande secte du monde.

Monseigneur Robert Le GAll

Monseigneur Robert Le Gall
Monseigneur Robert Le Gall
Monseigneur Le Gall fut d’abord moine. Parcours inhabituel pour un prélat français.

Mgr Robert LE GALL, né le 26 février 1946, à Saint-Hilaire-du-Harcouët dans la Manche.

30 décembre 1963, entrée au noviciat de l’abbaye Sainte-Anne de Kergonan.

Vœux perpétuels le 8 septembre 1970. Ordonné prêtre le 24 août 1974. Études de philosophie à l’abbaye Sainte-Anne ; études de théologie à l’abbaye de Solesnes, et après l’ordination presbytérale à l’Université de Fribourg en Suisse où il obtient une licence maîtrise en théologie dogmatique. Professeur de théologie de la liturgie et de théologie fondamentale dans son abbaye. 11 juin 1977, nommé prieur et 2 jours plus tard hôtelier du monastère. 27 mai 1983, élu abbé de Kergonan, il reçoit la bénédiction abbatiale le 16 juillet suivant. Membre du bureau de la Conférence monastique de France de 1986 à 1992 ; membre de l’Association des écrivains catholiques ; président de la Fondation des monastères en juin 1996. Initiateur du groupe des Chevetogne. Auteur d’une dizaine de livres et de nombreux articles sur la liturgie et la spiritualité.

Similitudes et divergences entre catholicisme et bouddhisme

Parmi les différents ouvrages qu’il a écrit, un livre est né de sa rencontre avec le Lama Jigmé: « Le moine et le Lama ».

Retrouvez la conférence entre Monseigneur Le Gall et le Lama Jigmé Rinpoché, conférence filmée par Buddhachannel, et dont le DVD se trouve dans la boutique de Buddhachannel:
LE MOINE ET LE LAMA








Qui est OPUS DEI :

UNE SECTE D’ÉGLISE OU UNE MYSTIQUE ÉVANGÉLIQUE?

par Oscar Fortin – Québec

OPUS DEI, L'Oeuvre de Dieu...
OPUS DEI, L’Oeuvre de Dieu…

Depuis la mort de son fondateur et de sa canonisation par Jean-Paul II, on écrit de plus en plus sur cette Oeuvre dont les activités demeurent mystérieuses pour ne pas dire secrètes.

L’OPUS DEI : SECTE D’ÉGLISE OU MYSTIQUE ÉVANGÉLIQUE

Depuis que le pape Jean-Paul II a élevé au rang de bienheureux et puis de sainteté le fondateur de l’Opus Dei, Mgr Escriva de Balaguer, les écrits et les analyses sur ces derniers se multiplient. Certains, dont ceux qui émanent de l’Opus Dei lui-même, mettent en évidence à la fois la mystique de l’imitation de Jésus-Christ dans le quotidien de la vie et la pratique assidue des sacrements. D’autres plus critiques, dont ceux émanant du Réseau Voltaire et de certains journalistes du Monde Diplomatique, mettent en évidence les fonctions plus ou moins secrètes qu’exercent l’organisation sur le Vatican et dans les orientations politiques et économiques d’un certain nombre de pays.

1. L’Opus Dei se présente ainsi :

« L’Opus Dei est une prélature personnelle de l’Église catholique. Il a été fondé à Madrid le 2 octobre 1928 par saint Josémaria Escriva de Balaguer. À l’heure actuelle, plus de 80.000 personnes des cinq continents font partie de la prélature. Son siège, avec l’église du prélat, est à Rome.
La finalité de l’Opus Dei est de collaborer à cette mission d’évangélisation de l’Église, en promouvant parmi les fidèles chrétiens de toute condition une vie pleinement cohérente avec la foi, dans les circonstances ordinaires de l’existence, en particulier par la sanctification du travail…
Les fidèles de la prélature réalisent personnellement leur tâche d’évangélisation dans les différents milieux de la société où ils vivent. Ils ne limitent donc pas leur apostolat à certains secteurs comme l’éducation, l’assistance aux malades ou l’aide aux handicapés. La prélature rappelle à tous les chrétiens, quelle que soit l’activité profane à laquelle ils se consacrent, qu’ils doivent contribuer à apporter une solution chrétienne aux problèmes de la société, en même temps qu’ils y rendent constamment témoignage de leur foi. »
- http://french.opusdei.org/art.php?w=21&s=288

2. Le Réseau Voltaire dans son dossier La croisade de l’OPUS DEI écrit ceci:

« Mgr Escriva de Balaguer fonda, pendant la guerre civile espagnole, une confrérie catholique secrète, l’Opus Dei (Œuvre divine) pour combattre les communistes, les anarchistes et les francs-maçons. Après la Seconde Guerre mondiale, l’Opus s’installa à Rome et agrégea autour d’elle tous les anciens réseaux religieux fascistes et oustachis. Elle exfiltra les criminels les plus voyants vers l’Amérique latine et participa à l’instauration de diverses dictatures catholiques. Simultanément, elle s’adapta aux régimes démocratiques en Europe et aux États-Unis, réussissant à s’infiltrer dans les rouages économiques et politiques du pouvoir. Elle pousse aujourd’hui à la « guerre des civilisations » contre l’Islam.

Mgr de Balaguer, le directeur de conscience des époux Franco et du général Pinochet, a été canonisé par Jean-Paul II le 6 octobre 2002. »

Josémaria Escriva de Balaguer
Josémaria Escriva de Balaguer

« C’est sous le régime du général Franco, qu’Escriva de Balaguer met en place l’Opus Dei.
Le directeur de conscience de Franco entreprend grâce à son organisation de sélectionner et de former les élites de la dictature jusqu’à contrôler l’essentiel du pouvoir. Installé par la suite à Rome, il s’emploie à étendre son pouvoir en Amérique latine. L’Opus Dei y opère une gigantesque reprise en main des prêtres latino-américains, coupables de partager les analyses marxistes et de s’opposer aux dictatures catholiques. »

http://www.reseauvoltaire.net/article6768.html

3. Le Monde Diplomatique, en 1995 et 1996, présente deux articles :

Dans la « Troublante ascension de l’Opus Dei », François Normand écrit en introduction :


« Si l’intégrisme musulman fait la « une » des journaux, les activités de la droite chrétienne s’effectuent souvent dans l’ombre, comme en témoigne la troublante ascension de l’Opus Dei. Milice religieuse au comportement de secte, héritière d’un anticommunisme militant, puissance à la fois économique et politique, l’Oeuvre exerce une influence multiforme sur l’Église, mais aussi sur les pouvoirs temporels, qu’elle cherche à infiltrer. On retrouve ses proches jusque dans le gouvernement de M. Alain Juppé. Mais cette garde blanche du Vatican, très liée au pape Jean Paul II dont elle a permis l’élection, suscite aussi des résistances. Au nom de leur foi, bien des chrétiens rejettent la « dictature spirituelle » de l’OEuvre et craignent que cette « arme du pape » ne soit à double tranchant et ne se retourne un jour contre lui. »
- http://www.monde-diplomatique.fr/1995/09/

Le journaliste Jesus Ynfante, dans un article paru dans le Monde Diplomatique de 1996, sous le titre « Résurrection de l’Opus Dei en Espagne » alors en pleine campagne électorale pour élire le candidat Aznar… écrit ceci :
« L’OPUS Dei prépare-t-il un nouvel assaut pour s’emparer du pouvoir en Espagne ? Le récent succès de M. José-Maria Aznar et du Parti populaire (PP) aux élections législatives signifie-t-il le retour sur la scène politique espagnole des disciples de Mgr Escrivà de Balaguer, fondateur de l’OEuvre ? Tout le laisse penser ; pourtant, à l’échelle internationale, l’Opus Dei connaît une forte crise, les vocations diminuent, sa direction vieillit, et son implantation mondiale se réduit drastiquement. »

http://www.monde-diplomatique.fr/1996/07/

Previous articleCIO : Introduction à la Charte olympique
Next articleAllemagne — Le Bouddhisme rencontre le Football à Hambourg