Accueil Billet du jour Retrospective Buddhachannel sur 2007

Retrospective Buddhachannel sur 2007

55
0

RETROSPECTIVE 2007

La photo de l’année 2007 pour l’UNICEF

photo Stéphanie Sinclair - UNICEF
photo Stéphanie Sinclair – UNICEF


Culture, déni et liberté

Buddhachannel a mis dans sa ligne éditoriale deux thèmes importants :
– la position de la femme dans le monde
– la protection et l’éducation de l’enfant.

Parfois, la « femme » se mélange à l’enfant…

C’est encore en 2007.

La photographe américaine Stéphanie Sinclair est la gagnante du concours international de photographie de l’UNICEF.  

La photo de l’année 2007  montre une couple de mariés en Afghanistan.

Le marié, Mohammed, a 40 ans. La jeune mariée, Ghulma en a 11.

Lien vers le site de l’UNICEF avec les photos des autres gagnants : www.unicef.de/foto/2007/english/index.htm

Belle journée en pleine conscience

Sophie Alvarez


Les USA et la Chine doivent respecter leur environnementphoto chine-photos.com
Les USA et la Chine doivent respecter leur environnementphoto chine-photos.com


Tournons-nous quelques instants sur l’année 2007.

Certes, l’instant présent est vivant et porteur d’avenir.

Mais le passé proche conditionne aussi notre présent et nos lendemains.

Au delà des événements politique, sportifs, culturels,

si nous avions à choisir un seul domaine,

il semble à nos yeux évident que la grande révolution de 2007
fut la prise de conscience du réchauffement climatique et l’urgence d’y remédier.


2007, année d’une prise de conscience colllective

Tout a basculé très vite.

En début 2007,

un grand nombre de personnes pensaient encore

que le réchauffement climatique n’était qu’un concept pessimiste sans relation avec la réalité.

Fin 2007, l’opinion mondiale a changé :

il est évident que les dérapages climatiques s’accélèrent

et que les pires scénarios-catastrophes semblent maintenant vraisemblables.

Le Prix Nobel de la Paix décerné à Al Gore et au GIEC donne de la crédibilité à cette prise de conscience.

La protection de l’environnement va devenir la priorité absolue pour les années à venir.

En France, grâce au travail de Nicolas Hulot, le Grenelle de l’environnement a mis cette priorité au devant de la scène.


2007, année des ambiguités

Les opinions publiques sont maintenant convaincues.
Les scientifiques sont d’accord.

Et consternation : en cette fin d’années, les politiques ne peuvent s’accorder sur une action concertée.

La Conférence de Bali sur le climat est un échec complet,

avec une déclaration de principe sans contenu ni calendrier,
et une feuille de route sans direction.

Tout est reporté en 2008 ou 2009 pour une éventuelle lutte contre le réchauffement.

En effet, les Etats-Unis se sont opposés à tout objectif chiffré de réduction des gaz à effet de serre.

Le président Bush élu avec l’aide des groupes pétrochimiques est piégé et impose son véto au monde.

Même l’Australie vient de se rallier au protocole de Kyoto.

Or tous les spécialistes le disent :

nous avons 10 ou 20 ans pour sauver notre planète.
Peut-être même sommes-nous déjà à un point de non-retour,

ce qui signifierait que même en changeant nos attitudes il serait peut-être trop tard.

De toute manière, d’un cas comme dans l’autre, il faut agir.


Dans les dossiers ci-dessus, vous trouverez des événements que nous avons souhaité souligner dans cette rétrospective 2007.

Belle et bonne journée à tous.

Josiane et Alain Delaporte-Digard



Petit conte (vécu) de Noël

Chargés et même surcharchés de bagages, nous avions décidé, mon épouse et moi, malgré le coût de l’opération, de prendre un taxi à la gare de Lyon, à Paris, au retour d’un séjour en province.

C’était la veille de Noël, la circulation était fluide et nous arrivâmes rapidement devant notre domicile de banlieue, en nous félicitant de la fatigue ainsi épargnée et du temps gagné, choses précieuses dans Paris.

Le chauffeur de taxi avait conduit prudemment, respectant scrupuleusement feux tricolores et limitations de vitesses. D’âge mûr, il nous avait pourtant semblé qu’il était depuis peu dans la profession en tant qu’artisan indépendant ce qui expliquait sans doute son extrême prudence.

D’origine étrangère, c’était un homme de peu de mots mais son visage avait un bon regard et reflétait le calme et une sérénité tranquille.

Au terme de la course, bagages et sacs furent rapidement sortis du taxi devant la porte de notre demeure et aussitôt rentrés à l’intérieur mais après quelque temps, nous réalisâmes qu’une petite valise manquait à l’appel. Quel distraits avions nous été et de quel manque de vigilance avions nous fait preuve! Même si cet homme nous avait fait bonne impression, étions nous sûrs de récupérer notre bagage dont on pouvait deviner qu’ils contenait quelques présents et cadeaux divers? Et pourtant, sans rien nous dire, nous ne fûmes à aucun moment inquiets.

Cette impression fût la bonne. Vers quatre heures et demi du matin -jour de Noël- un coup de fil retentit. C’était notre taxi. Dans un français hésitant, il nous expliqua que c’était son jour de congé et qu’il serait chez nous dans environ une heure et demi pour nous ramener notre bien.

Ce fut chose faite et lorsqu’il fut devant la porte j’allais vers lui les deux mains tendues, cherchant mes mots pour le remercier.

« Que Dieu soit toujours avec vous », trouvais-je cependant à lui dire.

« J’avais le temps, vous savez, et je vais pouvoir maintenant rentrer et emmener mes enfants à la messe », me répondit-il simplement.


Pierre Suchet





www.buddhachannel.tv

Previous articleQuan Yin, Kannon et la Vierge Marie
Next articleDes moines de nouveau dans la rue…au Cambodge.