Accueil Espace Bouddhiste Société Gandhi : La non-violence est la loi de notre espèce…

Gandhi : La non-violence est la loi de notre espèce…

6
0

LE MAHATMA GANDHI

L’homme qui maîtrisait ses émotions


Gandhi.gif


Gandhi est né à Porbandas, le 2 Octobre 1869. Marié à 13 ans, il aura 4 fils entre 1888 et 1900. L’une des premières épreuves de sa vie est le décés de son père qu’il vénère, alors qu’il est agé de 16 ans. Très marqué, il en tire cependant les préceptes de sa vie future: l’honnêteté, la tolérance, le respect des autres, le végétarisme, le rejet du mensonge et la recherche de vérité.


A 18 ans, il part en Angleterre, faire des études de droit, en vue de devenir avocat. Loin de céder à la vie occidentale, il renforce ses idées de vie et rejoint la Vegetarian Society, dont il devient membre du comité exclusif. Il rencontre également des membres d’une société théosophique vouée à l’étude des littératures bouddhistes et brahmaniques et découvre le Bhagavad-Gità, poême épique tiré du Mahàbhàrata.

« Celui que les plaisirs matériels n’attirent plus, qui n’est plus esclave de ses désirs, qui a rejeté tout esprit de possession et qui s’est libéré de la tyrannie de l’égo, peut seul connaître la sérénité parfaite. » (Extrait du Bhagavad-Gità)


Marqué par cette oeuvre, il développe la pensée que le désir est source d’agitation de l’esprit et de souffrance. Il s’intérresse à toutes les religions. Il gardera cette ouverture aux autres religions toute sa vie, se réclamant d’être autant bouddhiste que chrétien, juif ou musulman dans le respect et les principes de non-violence.

C’est aussi à cette période qu’il fait sienne l’ahimsa, l’action ou le fait de ne causer de tort à personne. Ce concept religieux prône la non-violence et le respect de toute vie animale multicellulaire.


Il revient diplômé en Inde en 1891. Il s’installe, dans un premier temps à Bombay, mais renonce rapidement au métier d’avocat car il a du mal à s’exprimer en public.


Via une société indienne, il part en Afrique du Sud en 1893. Il se heurte alors à la discrimination contre les Noirs et les Indiens. Au moment de rentrer en Inde, il apprend que l’Assemblée de Natal (région d’Afrique du Sud), prépare une loi afin d’interdire le droit de vote aux Indiens. Il fonde le Natal Indian Congress pour contrer cette loi. Celle-ci est malgré tout votée, mais Gandhi réussit à attirer l’attention et à transformer la communauté indienne en force politique.

Il effectue un voyage en Inde, afin d’aller chercher sa femme et ses enfants, et revient en Afrique en 1897. A son retour il est attendu par des Blancs Sud-africains qui tentent de le lyncher…Appliquant ses préceptes, il refuse de porter plainte.

Gandhi participe à la guerre des Boers. Il y organise un corps d’ambulanciers composé d’Indiens, travailleurs et coolies. Il est décoré pour son action.


C’est la lecture de l’essai économique de John Ruskin, « Into the last » qui offre un nouveau virage à sa vie.

« Vivre tous simplement pour que tous puissent simplement vivre. »

Cette phrase de Gandhi, est le miroir de la vie qu’il met en place autour de lui. Il fonde une ferme, et y établit son journal, l’Indian Opinion, où tous reçoivent le même salaire, sans distinction de fonction ou de race. En 1908, il adapte l’essai de Ruskin sous le nom de Sarvodaya (le Bien-être de chacun).

En 1906, une nouvelle loi est votée, selon laquelle, l’enregistrement de toute la population indienne devient obligatoire. Cette loi donne lieu aux premières manifestations non-violentes.
Gandhi y applique ce qu’il appelle la Satyagraha: La Voie de la Vérité, basée sur le principe de non-violence et de désobéissance civile. Les Indiens d’Afrique du Sud sont « invités » à défier les nouvelles lois mises en place mais de façon pacifique, allant même jusqu’à subir des punitions ou l’emprisonnement…plutôt que de résister dans la violence. Au bout de sept jours de lutte, des milliers d’Indiens seront emprisonnés, fouettés ou abattus…


Gandhi rentre en Inde, et décide de partir à la découverte de son pays, qu’il estime mal connaître. Il entreprend donc un voyage de village en village. En Mai 1915, il fonde l’ashram de Sabarmati, où 25 hommes et femmes vivent dans des voeux de vérité, de célibat et de pauvreté.

C’est en 1918 que Gandhi rencontre sa première grande réussite de manifestation non-violente. Ce sont les « Satyagrahas du Champaran ». Opprimés par les grands propriétaires terriens britanniques, obligés de cultiver des produits destinés à l’exportation et vivant dans des conditions extrêmes de pauvreté et d’hygiène, des dizaines de milliers de fermiers et de serfs organisent une resistance civique pacifique.La même chose se déroule à Kheda, où Gandhi, aprés avoir gagné la confiance des villageois, participe à l’amélioration sanitaire des villages et à la construction d’écoles et d’hôpitaux. Il dénonce également les problèmes de discrimination vécus par la population. Il est arrêté pour « trouble de l’ordre public », mais les gens se mobilisent pour sa libération. Tout juste sorti de prison, il mène des grèves et des manifestations afin d’améliorer le statut des fermiers.


Sa célébrité s’étend à l’Inde toute entière. On lui donne alors les noms de Bapu (Père) et Mahatma (Grande âme).


Le 13 Avril 1919, date du Massacre d’Amritsar, marque un nouveau pas dans l’avancée de Gandhi pour l’indépendance. Lors de cette journée, des centaines d’Indiens sont tués par des soldats britanniques à l’occasion d’un rassemblement politique pacifique. La réplique indienne est particulièrement violente. Gandhi critique les agissements perpétués des deux côtés. Il renforce ses idées et se consacre à mettre en avant la Swaraj, l’auto-gouvernance passant par une indépendance individuelle, spirituelle et politique.

Il devient dirigeant éxécutif pour le Parti du Congrès en 1921, et encourage une politique de boycott des produits étrangers et plus particulièrement britanniques. Il demande à ce que le vêtement traditionnel, le Khadi, soit fabriqué et porté par chaque homme et chaque femme. Il appelle aussi à la démission aux postes gouvernementaux, au rejet des titres et honneurs britanniques, et enfin, au boycott des institutions judiciaires et scolaires. Cette politique de « Non-coopération » remporte un vif succés dans toutes les catégories sociales indiennes. Mais suite à des dérapages et des affrontements, Gandhi se voit obligé de stopper cette campagne. Il est de nouveau arrêté pour subversion le 10 Mai 1922, et condamné à 6 ans de prison. Il est cependant libéré en 1924.


Les années suivantes, Gandhi continue son action pour l’indépendance. Il participe à des évènements comme la « Marche du Sel », et pratique plusieurs jeûnes pour montrer son opposition au gouvernement britannique.


Il accentue encore ses demandes lors de la Seconde Guerre Mondiale et refuse que l’Inde participe à « l’effort de guerre » si elle n’est pas immédiatement déclarée indépendante. A partir d’un des écrits de Gandhi, « Quit India », un mouvement de lutte portant le même nom est crée. Il est le plus fort de l’histoire de l’Inde mais surtout le témoin de violences extrèmes et d’arrestations nombreuses.

Gandhi est de nouveau arrêté, ainsi que tous les membres du Congrès, le 9 Aout 1942, à Bombay. Il est détenu pendant 2 ans. Sa femme, elle aussi emprisonnée, meurt au bout de 18 mois. C’est sa santé précaire qui incite les Britanniques à le relacher le 6 Mai 1944. En effet, ils craignent que l’éventuel décés de Gandhi en prison ne provoque le soulèvement du pays tout entier.


1947 est l’année durant laquelle Lord Mountbatten prépare l’indépendance de l’Inde. Contre l’avis de Gandhi, il décide d’une séparation entre musulmans et hindous. Gandhi se voit obligé de donner son accord sous peine d’une guerre civile.

Le 15 Aout 1947, l’indépendance est enfin prononcée.

Cependant des tensions perdurent entre l’Inde et le Pakistan, car le gouvernement indien doit verser la somme de 550 millions de roupies suite aux négociations effectuées lors de la partition.


Le 30 Janvier 1948, Gandhi est assassiné par un hindou radical, alors qu’il se rend à une réunion de prière.

Son assassin le tient pour responsable de l’affaiblissement de l’Inde aprés le paiement de sa dette au Pakistan.

2 millions d’Indiens ont assisté aux funérailles de Gandhi.

Selon ses volontés, ses cendres ont été dispersées dans plusieurs grands fleuves du monde tels que le Nil, la Volga et la Tamise.


Gandhi a été pressenti pour recevoir le Prix Nobel de la Paix en 1937, 1938, 1939, 1947 et 1948. Il ne l’a jamais obtenu…

Aujourd’hui trois prix pour la paix et la non-violence portent son nom.

Le Prix Gandhi pour la Paix décerné par le gouvernement indien

Le Prix Gandhi pour la Paix décerné par l’organisation non gouvernementale américaine: Promoting Enduring Peace, rattachée au mouvement Quaker.

Le Prix Gandhi-King pour la Non-violence décerné par le mouvement mondial pour la non-violence.


Gandhi est reconnu comme « Père de la Nation » en Inde. Son anniversaire est un jour férié et a été déclaré Journée Internationale de la Non-violence par l’Assemblée Générale des Nations Unies. De nombreux personnages contemporains tels que Benigno Aquino, Desmond Tutu, Nelson Mandela ou encore Aung San Suu Kyi sont déclaré être, par leur action de paix et de respect, les « enfants de Gandhi ».


Gandhi_mahatma.gif


Laetitia Adeline pour www.buddhachannel.tv

Mettez ce logo en bas de tous vos mails
Mettez ce logo en bas de tous vos mails

Previous articleThich Nhât Hanh: « c’est au peuple de Birmanie et au monde de continuer »
Next articleBirmanie: Fuite des minorités ethniques vers plus de misère