Accueil Espace Bouddhiste Interreligieux Des moines catholiques français solidaires des moines birmans

Des moines catholiques français solidaires des moines birmans

27
0

LETTRE DU PRESIDENT DE LA CONFERENCE MONASTIQUE DE FRANCE A L’AMBASSADEUR DE BIRMANIE EN FRANCE


CONFÉRENCE MONASTIQUE DE FRANCE


Son Excellence Monsieur Saw Hla Min

Ambassadeur de Birmanie en France


Excellence,


Moines et moniales de France appartenant à la famille religieuse qui vit sous la Règle de saint Benoît, proclamé « Patron de l’Europe » par S.S. le Pape Paul VI, nous sommes profondément attristés par les nouvelles qui nous parviennent de Birmanie. Nous ne pouvons pas y rester indifférents. A vous-même et par votre intermédiaire à tout le peuple birman, nous voulons exprimer notre vive émotion et notre sympathie très sincère dans cette situation particulièrement grave.


PAX est notre devise. Nous ne doutons pas qu’elle soit partagée par beaucoup d’autres. Nous pensons même que la recherche de la PAIX mobilise le meilleur de tous les peuples et de toute notre humanité. En ce sens, il nous est impossible de ne pas voir dans les évènements qui marquent aujourd’hui la vie de votre pays une volonté d’avancer plus loin encore sur le chemin de la paix. Par contre nous déplorons unanimement la violente répression mise en oeuvre pour enrayer le grand mouvement qui s’est déployé au sein même du peuple birman désireux de grandir en dignité humaine et en liberté véritable. Selon nous, il y a là une grave atteinte aux Droits de l’homme qui va à l’encontre de tout effort authentique vers une Paix durable.


Sachant la place occupée par les moines bouddhistes dans ces évènements, nous nous sentons encore plus proches de ceux et celles qui, avec eux, sont victimes de cette répression et nous tenons à leur exprimer notre solidarité. Nous le ferons spécialement par un jour de prière et de jeûne, en union avec tous ceux et celles qui pensent qu’il n’est d’avenir heureux pour la Birmanie et l’ensemble des Nations qu’au prix d’une Paix respectueuse des personnes, et en particulier des plus démunies. La date retenue, à cause de sa portée hautement symbolique, est le 27 octobre 2007, vingtetunième anniversaire du Jour où, réunis à Assise avec S.S. le Pape JeanPaul II, les responsables des grandes religions manifestaient publiquement leur commune aspiration à la Paix, en y appelant le monde entier.


Excellence, moines et moniales de France sommes heureux de faire connaître notre sollicitude pour votre pays et pour la grande cause de la Paix. À cet égard, nous nous permettons d’adresser une copie de notre message au Cardinal Jean-Pierre Ricard, Président de la Conférence épiscopale de France, à son Excellence Monseigneur Fortunato Baldelli, Nonce apostolique en France, à son Excellence Monsieur Jean-Pierre Lafosse, Ambassadeur de France en Birmanie, à Monsieur Bernard Kouchner, Ministre des Affaires Etrangères de la France, et à différents journaux comme La Croix, Ouest-France et Zénit.


En vous redisant notre bienveillance pour vous-même et tous ceux et celles que vous représentez, nous vous prions de bien vouloir agréer, Excellence, l’expression de nos sentiments religieux et très respectueux.


+ Dom Philippe Piron

Président de la C.M.F.


ARTICLE DU QUOTIDIEN LA CROIX

Dans une lettre à l’ambassadeur de Birmanie en France, le président de la Conférence monastique française dénonce une « grave atteinte aux droits de l’homme »


« Nous sommes profondément attristés par les nouvelles qui nous parviennent de Birmanie », écrit le président de la CMF, instance qui représente plus de quarante monastères français de moines contemplatifs de la règle bénédictine (bénédictins, cisterciens, chartreux…).


« Nous déplorons unanimement la violente répression mise en œuvre pour enrayer le grand mouvement qui s’est déployé au sein même du peuple birman désireux de grandir en dignité humaine et en liberté véritable. Selon nous, il y a là une grave atteinte aux droits de l’homme qui va à l’encontre de tout effort authentique vers une paix durable. »

Jour de prière et de jeûne le 27 octobre


Émotion forte de la part des moines français, qui, « sachant la place occupée par les moines bouddhistes dans ces événements », se sentent encore « plus proches de ceux et celles qui, avec eux, sont victimes de cette répression ». Au-delà d’une solidarité intermonastique, le soutien des moines français s’adresse au peuple birman.


Pour que cette lettre ne tombe pas aux oubliettes, des copies ont été envoyées au ministre français des affaires étrangères, Bernard Kouchner, à l’ambassadeur de France en Birmanie, Jean-Pierre Lafosse, au cardinal Jean-Pierre Ricard, président de la Conférence épiscopale de France et au nonce apostolique en France, Mgr Fortunato Baldelli. Par ailleurs, pour « témoigner leur solidarité », les moines français tiendront donc un jour de prière et de jeûne le 27 octobre, « en union avec tous ceux et celles qui pensent qu’il n’est d’avenir heureux pour la Birmanie et l’ensemble des nations qu’au prix d’une paix respectueuse des personnes ».


La date n’a pas été choisie par hasard : il s’agira du 21e anniversaire de la première rencontre des responsables des grandes religions à Assise.


Pierre SCHMIDT


L’initiative est rarissime. Elle montre à quel point les événements de Birmanie et le rôle joué par les moines bouddhistes ont suscité l’émotion dans le monde monastique catholique français : le président de la Conférence monastique de France (CMF), Dom Philippe Piron, abbé bénédictin de l’abbaye Sainte-Anne de Kergonan, vient d’écrire à l’ambassadeur de Birmanie en France, Saw Hla Min, pour « déplorer la violente répression » de la junte birmane, une « grave atteinte aux droits de l’homme »

Previous articleLe Rubis : L’or rouge de la Birmanie
Next articleM. Bush remet la médaille du Congrès à Sa Sainteté le Dalaï Lama