Accueil Actus Week-end de cinq jours pour Asalaha Bucha et Khao Phansa

Week-end de cinq jours pour Asalaha Bucha et Khao Phansa

9
0

Les Thaïlandais pourront profiter d’un week-end de cinq jours pour célébrer les 19 et 20 juillet prochains les jours d’Asalaha Bucha et de Khao Phansa, deux fêtes importantes pour les fidèles du bouddhisme Theravada et des processions spectaculaires auront lieu dans tout le pays
 
bouddha2-3.jpg

La semaine prochaine sera placée sous la spiritualité bouddhique alors que la Thaïlande s’apprête à célébrer le jour d’Asalaha Bucha (le 19 juillet) et celui de Khao Pansa (le 20) qui marque l’entrée dans la période du carême bouddhique durant laquelle les moines devront respecter une retraite de trois mois propice à l’étude et la méditation. Pour permettre aux Thaïlandais de bénéficier d’un long week-end, le gouvernement militaire a déclaré le 18 juillet férié, ce qui fait un congé de cinq jours du 16 au 20 juillet. Durant ces deux jours, l’alcool ne peut généralement pas être vendu –même si cette interdiction est souvent contournée dans les lieux de sortie fréquentés en majorité par des étrangers.
 
Le 19 juillet aura lieu le jour d’Asalaha Bucha, qui commémore l’anniversaire du sermon initial du Bouddha fait à ses cinq premiers disciples à Sarnath en Inde et le premier Sangha (rassemblement de bouddhistes). Cette journée correspond également à la pleine lune du huitième mois lunaire.
 
Le lendemain, mercredi 20 juillet, le jour de Khao Phansa marquera le début du carême bouddhique qui correspond à l’entrée dans la saison des pluies.
 
Jusqu’au 16 octobre, jour du Ork Phansa (littéralement la sortie de la saison des pluies), les moines devront rester aux abords du temple, pour se concentrer d’avantage à l’étude, la méditation et à l’éducation des novices qui choisissent en grand nombre cette période pour leur cérémonie d’ordination. « De son vivant, le Bouddha ne voulait pas que les bonzes sortent à cette période pour éviter d’endommager les cultures, » explique Sodchuen Chaiprasathna, professeure à la retraite à l’Université de Silpakorn.

— 
 
Le carême bouddhique est aussi l’occasion pour les pratiquants d’apporter régulièrement aux moines, qui ne peuvent se déplacer pour mendier, des offrandes sous formes d’argent, de nourriture ou de bougies (« thien » en thaïlandais). Certains passeront même ce long week-end dans un temple pour méditer.
 
Traditionnellement, les bouddhistes amenaient des bougies aux temples parce qu’il n’y avait pas d’électricité et car elles étaient la seule source de lumière des moines pendant la saison des pluies.
 
Marque de respect envers Bouddha, les moines et les ancêtres, l’offrande de bougies prend une dimension supplémentaire lors des grandes processions organisées dans tout le pays. Durant celles-ci, des chars transportant des bougies grandioses et sculptées par des artistes, moines ou fidèles défilent dans les rues. C’est à Ubon Ratchathani en Issan qu’ont lieu les plus célèbres processions lors du fameux festival des bougies qui existe depuis près de 40 ans. Ces parades sont visibles dans d’autres régions du pays à cette période. Des bougies seront notamment transportées par voies fluviales sur des bateaux descendant la rivière Prachinburi dans la province du même nom à l’est du pays, et dans celle d’Ayutthaya au niveau du marché flottant de Ladchado, demain après-midi.
 
Source

Previous articleIl nous faut un système qui permette de garder le peuple tibétain uni.
Next articleZem — Le bouddhisme est une voie à emprunter