Accueil Actus L’héritier du roi-dragon a eu deux mois : comme le prévoit la...

L’héritier du roi-dragon a eu deux mois : comme le prévoit la tradition, le couple royal a dévoilé son prénom…

12
0

e670ce5ef50722f70bcd5e613e9da316-2.jpg
 
Le « Bonheur national brut », l’indice de santé unique au monde du royaume du Bhoutan, a vraisemblablement enregistré la semaine dernière un pic historique : au lendemain de la visite officielle de deux jours du prince William et de Kate Middleton, le roi-dragon Jigme Khesar et sa douce épouse la reine Jetsun Pema ont enfin révélé le prénom de leur fils : Jigme Namgyel Wangchuck.
 
Né le 5 février 2016 dans un timing des plus propices (le début de l’année du singe de feu, prédite exceptionnelle), le petit garçon était jusqu’alors désigné simplement comme le « Gyalsey », le prince héritier. Samedi 16 avril, sitôt le duc et la duchesse de Cambridge repartis de Paro pour l’ultime escale de leur tournée royale (au Taj Mahal), la cérémonie du prénom se déroulait dans le temple du district de Punakha, coïncidant avec les quatre cents ans de l’arrivée au Bhoutan de Shabdrung Ngawang Namgyel, père fondateur du pays, au XVIIe siècle. Surnommés « les Kate et William de l’Himalaya » depuis que leur magnifique mariage traditionnel a attiré les regards sur eux en 2011, Jigme Khesar Namgyel Wangchuck, 36 ans, cinquième roi-dragon du Bhoutan, et la reine Jetsun Pema, avaient au préalable prié avec leur fils à Changangkha Lhakhang, un temple historique de la capitale Timphu, avant de faire le trajet.
 
En cette année de multiples célébrations, qui marque également l’anniversaire de Guru Rinpoche (maître bouddhiste fondateur du VIIIe siècle), le roi Jigme-Khesar a pris la parole avec émotion et solennité : « Tous les habitants de notre pays ont été joyeusement unis dans la prière lorsque notre fils est né en février. J’exprime ma reconnaissance à tous les habitants des vingt districts pour leurs prières, leur soutien et leur amour, et leur présente mes voeux [Tashi Delek] en cette auguste occasion qu’est le Zhabdrung Kuchoe [jour de célébration de Shabdrung Ngawang Namgyel, NDLR]. (…) Avec Sa Majesté le quatrième roi-dragon et mon fils, nous avons offert aujourd’hui nos prières à Shabdrung Ngawang Namgyel dans le temple sacré Machen Lhakhang pour le bien-être présent et futur de notre peuple et de notre pays. Jamais auparavant grand-père, père et fils royaux n’avaient été réunis pour cela, dans l’histoire de la dynastie Wangchuck. (…) Comme je l’ai dit précédemment, le Gyalsey n’est pas seulement le fils du roi et de la Gyaltsuen (la reine), il est aussi le fils de tous les Bhoutanais. Après mûre réflexion, il a été nommé Jigme Namgyel Wangchuck dans le temple sacré Machen Lhakhang. »
 
La signification des prénoms
 
Et de détailler : « Jigme signifie « sans peur ». C’est le symbole d’un grand courage pour affronter tous les défis auxquels il pourra être confronté en servant notre pays. Namgyel signifie victorieux dans tous les sens et victorieux de tous les obstacles. C’est un nom qui vient du révéré Shabdrung Ngawang Namgyel, lequel a permis au dharma de prospérer dans toutes les directions comme prophétisé par Guru Rinpoche. Wangchuck est le nom de la lignée et de la dynastie. Quand viendra le temps pour le Gyalsey Jigme Namgyel Wangchuck de servir son pays, il devra toujours placer les préoccupations de son pays au-dessus de tout et servir son peuple avec justice, avec un immense amour et un immense dévouement. Il sera de sa responsabilité sacrée de construire une société harmonieuse et juste, et, ainsi, de combler les aspirations de son peuple. Il devra mener la vie d’un homme de bien et servir son pays de manière exemplaire et source d’émulation. Il aura aussi la responsabilité de préserver et de protéger l’héritage et les enseignements de Guru Rinpoche et de Shabdrung Ngawang Namgyel. Du fond de mon coeur, mes prières et mes aspirations sont que, durant son règne, notre peuple puisse profiter encore plus largement de la paix, de la sécurité, de la prospérité et du bonheur que par le passé. »
 
SOURCE

Previous articleLe moine Sásana — La Souffrance et la Fin de la Souffrance
Next articleMatthieu Ricard parle des ex-moines birmans