Accueil Vidéos Vidéoblog Octobre 2015 – Le Journal des Sanghas

Octobre 2015 – Le Journal des Sanghas

23
0


PRÉSENTATION

Time Code – 00:32


AGENDA

Time Code – 00:54
Pour ce mois d’octobre, Denchen chöling propose différents événements :

Tout d’abord, du 2 au 4 octobre aura lieu une retraite shiatsu sur le don de guérir. Il s’agit d’un stage de remise en forme et de familiarisation avec les gestes de rééquilibrage énergétique, organisé par Philippe Ronce.

Du 2 au 4 octobre également, Tessa Racine vous propose un week-end de méditation afin d’apprendre à apprivoiser vos émotions telles que la colère, la jalousie ou la peur.

La semaine du 4 au 10 octobre se déroulera autour d’une Retraite d’éveil d’Art, basée sur les enseignements de la clarté et de la bonté bouddhistes, le courage, l’audace et la confiance des enseignements Shambhala.

Le week-end du 9 au 11 octobre sera consacré au Kado ; un art créatif et méditatif autant qu’une danse entre la nature, l’espace et les sens. Le Kado est également appelé ; la voie des fleurs.

Les outils du bien-être vous seront ensuite donnés, du 10 au 18 octobre. Il s’agit d’une retraite de 7 jours où pratiques et enseignements de la réduction du stress par la Pleine Conscience se succèderont, grâce à l’apprentissage des 4 fondations de cette Pleine Conscience.

Du 21 au 23 octobre, Samten Kobelt apprendra aux débutants du Qigong traditionnel chinois (niveaux 1 et 2) comment cultiver un corps sain et un esprit clair par la pratique du Qigong taoïste quand les personnes de niveau avancé (niveau 3) pourront le pratiquer du 23 au 25 octobre.

Du 25 octobre au 1er novembre il vous sera recommandé de lâcher prise et de sourier! Simon La Haye dirigera une retraite incluant des enseignements, instructions de méditation assise et marchée, des exercices guidées, des moments de silence et des périodes d’échange ou d’appréciation du cadre naturel du Centre.

Aux mêmes dates, une retraite concernant les voix du corps et l’improvisation en groupe sera animée par Dorothea Gädeke et Murielle Elizeon.

Pendant ce temps, au Temple Chadorla, vous pourrez assister à un Enseignement sur les onze facteurs mentaux bénéfiques le 11 octobre.

Il vous sera également possible de participer à un Stage de Mandala pour « faire la paix en vous et autour de vous ». Celui-ci se déroulera à Bourges, du 23 au 25 octobre, et sera organisé par Harmonie Croissance.

Les 24 et 25 octobre seront sous le signe de la médiation chez Lerab Ling afin de vous permettre de devenir familier avec votre propre esprit, de faire la paix avec lui et d’en découvrir la nature profonde de sagesse et de compassion.

Ce même Lerab Ling propose également une méditation en Famille, le 31 octobre. Il s’agit de pratiquer ensemble, lors de courtes séances, des exercices de méditation et de pleine conscience et de participer à des ateliers d’expression et de créativité en plein air avec des jeux coopératifs.

Dogen Sangha, de son côté, organise sa prochaine sesshin dans la chartreuse Pierre Chatel, du 28 octobre au 1er novembre 2015.

Enfin, la Montagne sans sommet, quant à elle, reprend les méditation Zazen tous les dimanches, à partir de 19h00.


ANNUAIRE

Time Code – 04:20

Nous avons le plaisir de vous faire part de l’ouverture d’un nouveau centre ; la Sangay Choling, dans le Loir-et-Cher à Saint Martin des Bois.

Dans les locaux de l’association la Petite Pommeraie, et sous la direction spirituelle de Son Eminence Baza Gourou Rimpoché, le centre Sangay Choling est un lieu paisible, ouvert à tous et propice à toutes méditations. Le but ? Que chacun puisse découvrir l’Eveil selon les enseignements authentiques de la lignée Péling du Bhoutan. Ce centre a pour but de devenir un site d’échanges où tout le monde pourra se familiariser avec la culture bhoutanaise. Possibilité de réservations tout au long de l’année, même pour un simple ressourcement.

« La Petite Pommeraie »
41800 Saint Martin des Bois
Tél : 06-77-12-75-24

Pour plus d’informations sur la Sangay Chöling, rendez-vous sur www.lamaisondubhoutan.com ou dans la rubrique annuaire de Buddhachannel.


LES LIEUX DU BOUDDHISME

Time Code – 05:20

Comme disent les Indonésiens en joignant les mains : « selamat pagi ». Cela veut dire bonjour en Bahasa Indonesian.

Aujourd’hui, nous allons parcourir ensemble un des plus beaux fleurons de l’architecture bouddhiste. Nous sommes en Indonésie, près de la ville de Yogyakarta. Le nom de cette ville signifie « l’œuvre d’’Ayodhya ». Ayodhya, vous savez, le royaume d’Ayodhya dont Rama devint le roi, dans la grade épopée hindouiste du Ramayana…
Nous sommes donc en pleine culture indienne, au coeur de l’Indonésie, signe des migrations qu’il y eut entre l’Inde et ce chapelet que sont les Iles de la Sonde. Et quand l’hindouisme est présent, le bouddhisme suit en contre-point. C’est ainsi qu’aux 8eme et 9eme siècles, sous la dynastie Sallendra, Borobudur naquit avec une telle puissance d’intention et de foi qu’il devint le deuxième plus grand temple bouddhiste dans le monde, après Angkor Vat, au Cambodge.

Cette incroyable et immense construction bouddhiste fût abandonné vers l’an 1100 ; il servit donc de lieu de culte pendant seulement 200 – 250 ans.

C’est en 1814 qu’un militaire hollandais découvrit le lieu profondément enfoui sous une forêt dense. Le temple de Borobudur, la merveille des merveilles d’Asie, fut pour moi un choc, dans les années 70. Il se dégradait énormément, était sur un sol instable… Ce temple, de nos jours classé comme patrimoine mondial de l’UNESCO, fut restauré mais reste très fragile malgré son imposante masse. Son architecture est totalement novatrice : pas une pièce intérieure, pas un autel à l’écart. Il est l’expression la plus pure d’un art abouti ; un simple stupa, mais aux dimensions gigantesques : la matérialisation du Mont Meru, qui est en Inde l’axe du monde, sur lequel le monde s’est construit. On est totalement dans le rappel des textes fondateurs de l’Inde, de la création du monde avec ce Mont Meru, simple axe qui plonge dans l’Océan de lait et qui va être mis en rotation par le combat de suras et d’asuras, les dieux et demi-dieux, ce qui va créer le Barattage des Océans au point de faire émerger les terres sur lesquels les hommes vont pouvoir vivre.

N’oublions pas qu’à quelques kilomètres de Borobudur, le grand temple hindouiste de Prambanan construit lui-aussi au 9eme siècle, est dédié à l’épouse de Shiva et relate, sur ses fresques, le combat entre le Bien et le Mal, et celui entre les suras et les asuras. À 20 kms de distance, les deux constructions se sont influencées, mêlant hindouisme et bouddhisme. Mais, contrairement à Prambanan avec son exubérance très indienne et ses bâtiments ouvragés, la réponse bouddhiste par sa simplicité et sa pureté est d’autant plus marquante, comme une vraie vision de l’essentiel.

Culturellement parlant et toute proportion gardée, c’est comme si à l’époque des cathédrales, ils avaient bâti la Tour Eiffel. Il fallait vraiment être avant-gardiste et visionnaire. Ils auraient pu faire un stupa avec beaucoup de décorations pour lutter contre le prestige de Prambanan. Non, ils sont restés dans une pureté inédite et qui ne sera jamais égalée pour un monument si gigantesque. On est dans la pureté des pyramides à degrés d’Egypte, comme à Sakhara.

Le temple de Borobudur est un stupa et un mandala qui s’étirent vers le ciel. Les premiers degrés sont des carrés, et plus le pèlerin monte, plus il arrive à des cercles concentriques, pour finir au somment sur un stupa vide à l’intérieur, ce vide représentant la vacuité du dharma. Les fresques des premiers niveaux montrent la vie au quotidien. Plus le pèlerin monte, plus son esprit et son coeur montent vers la pureté, la bouddhéité. Il est constitué de quatre galeries successives de forme géométrique. Celles-ci sont superposées et les trois plus hautes forment une représentation de la cosmologie bouddhiste. Comme l’ensemble du monument, ces galeries sont couvertes de bas-reliefs, dont la longueur totale est d’environ 5 kilomètres, relatant les divers épisodes de la vie du bouddha Sakyamuni. Ces bas-reliefs furent taillés in situ dans de la pierre volcanique grise par différents artisans qui réussirent néanmoins à préserver l’unité artistique du monument.

Un élément étonnant de ces galeries est l’existence d’une cinquième galerie enterrée, également couverte de bas-reliefs représentant essentiellement les turpitudes de la vie terrestre. Plusieurs hypothèses ont donc été émises pour expliquer la dissimulation de cette galerie comme une volonté de consolidation du bâtiment ou encore la volonté délibérée d’occulter les réalités terrestres.
Après avoir traversé les quatre galeries, le pèlerin atteint la terrasse supérieure, elle aussi surmontée de trois terrasses circulaires concentriques bordées de 72 stupas (respectivement 32, 24 et 16). Ils consistent en des cloches de pierre ajourées logeant des boddhisattvas. Au centre de ces terrasses, et donc au sommet du Borobudur, un autre stupa couvre un bouddha inachevé, dont on ignore s’il a été rajouté après coup ou s’il était présent à l’origine.

Borobudur est le joyau parfait du bouddhisme. Construit en plus d’un siècle, il reste l’édifice visionnaire depuis cette époque, le mandala parfait en trois dimensions.


LA BOUTIQUE BUDDHACHANNEL

Time Code – 12:33

Que peut-on dire de Dieu ou de l’absolu ? Qui sont Bouddha et Jésus et quel est l’essentiel de leur message ? Qu’est-ce que l’homme et quel est le sens de sa vie ? Le bonheur est-il le but ultime de la vie humaine ? Comment expliquer le mal ? Y a-t-il quelque chose après la mort ? Comment prier et comment méditer ? En quoi consiste le salut chrétien et le salut bouddhiste ? Quels sont les points communs et les divergences essentielles entre ces deux grandes voies spirituelles ?

Des questions passionnantes sur le mystère de la vie et la destinée humaine, auxquelles tentent de répondre deux maîtres spirituels bouddhistes et chrétiens, fortement enracinés dans leur tradition respective.
Suite à la sortie de leur livre « Le Moine et le Lama » aux éditions LGF – Livre de Poche, le lama Jigmé Rinpoché et Monseigneur Legall ont donné une conférence à la mairie du 16ème arrondissement de Paris sur le thème des similitudes et des divergences entre le christianisme et le bouddhisme.

Intégralement reprise en Français sur notre DVD « Le Moine et le Lama », cette conférence est organisée par le sociologue et historien des religions Frédéric Lenoir. Un dialogue inédit entre un moine bénédictin et un lama tibétain qui permet de beaucoup mieux connaître, en des termes accessibles à des non-initiés, la profondeur spirituelle du catholicisme et du bouddhisme tibétain…

Pour commander ce DVD, rendez-vous dans la rubrique Boutique de Buddhachannel. Nous vous rappelons qu’en commandant sur notre boutique, vous permettez à notre équipe de vous transmettre, chaque jour, au mieux, les actualités bouddhistes.

-> Cliquer ici pour commander le DVD


Facebook : buddhachannel.tv
Twitter : @ BUDDHACHANNEL


— –



Previous articleZem — Laisse faire
Next articleLe Vénérable Lodreu Rabsel Rimpoché