Accueil Espace Bouddhiste Espace Enfants Portrait – Clémence Régaud, Prof de Français auprès des Victimes du Tsunami

Portrait – Clémence Régaud, Prof de Français auprès des Victimes du Tsunami

9
0

mercredi 17 décembre 2008

Récompensée en octobre par le prix spécial du jury VIE, Clémence Régaud enseigne le français à 180 jeunes de l’école de Baan Nam Khem, à Phang Nga, rasée par le tsunami de 2004. Un vrai défi pour la jeune femme, dans une région au contexte social difficile

Malgré les difficultés, Clémence Régaud s'est attachée aux enfants de Baan Namkhem, au point de prolonger son contrat d'enseignement du français jusqu'en 2010.
Malgré les difficultés, Clémence Régaud s’est attachée aux enfants de Baan Namkhem, au point de prolonger son contrat d’enseignement du français jusqu’en 2010.
Après quelques hésitations, Clémence Régaud a finalement resigné. Jusqu’en juillet 2010, elle continuera à enseigner le français aux écoliers et aux collégiens de Baan Namkhem. L’aventure est parfois difficile, mais passionnante. La jeune femme de 29 ans est le dernier maillon d’un projet impulsé par le lycée français au lendemain du tsunami de 2004. « Nous nous demandions comment aider les populations touchées, raconte Gérard Souche, le proviseur du lycée. Les élèves ont voté pour le projet sponsorisé par Carrefour, qui consistait à reconstruire l’école et à y financer un projet pédagogique sur le long terme. Bouygues et EDF s’y sont ensuite ralliés ». A la demande des autres enseignants, trois professeurs thaïlandais de matières scientifiques sont embauchés par les sponsors. Mais lors de l’inauguration de l’école, en octobre 2005, la princesse Sirindhorn change la donne. « Cette école a été reconstruite par des entreprises françaises, y a-t-il des cours de français ? » demande-t-elle pendant la cérémonie. Les sponsors décident alors d’implanter des cours de français, faisant de l’école le seul établissement collège-primaire thaï où est enseigné la langue de Molière. Ils recrutent Clémence, qui effectue alors son stage de maîtrise de Français langue étrangère (FLE) à Chiang Rai. La jeune femme parle couramment thaï, car elle a passé un an après le bac dans des familles thaïlandaises, suivant les cours des lycéens thaïs. « D’autres partent aux Etats-Unis ou en Espagne, mais je parlais déjà anglais et je trouvais l’espagnol… un peu trop facile ! J’avais envie de plus de difficultés », se souvient-elle. Avec un goût prononcé pour l’Orient et un intérêt pour le bouddhisme, son parcours passe ensuite par une licence de chinois et quelques années dans l’Empire du Milieu. Retour ensuite en France pour y passer son diplôme de FLE, qui permet d’enseigner le français à des étrangers.

Une expérience pas toujours facile, compensée par l’attachement aux élèves

Les enfants de Baan Namkhem apprennent le français avec Clémence Régaud grace au projet impulsé par le Lycée Français International de Bangkok au lendemain du tsunami de 2004
Les enfants de Baan Namkhem apprennent le français avec Clémence Régaud grace au projet impulsé par le Lycée Français International de Bangkok au lendemain du tsunami de 2004
A Baan Namkhem, tout près des plages paradisiaques qui attirent les touristes, la vie des locaux est loin d’être douce. Depuis qu’elle a commencé à y enseigner en septembre 2006, Clémence est passée par des moments difficiles. « C’est un lieu de violence, où les familles sont très défavorisées, ont des problèmes de dette, d’alcoolisme », raconte-t-elle. Une violence qui rejaillit sur les enfants et entraîne souvent des problèmes de discipline en classe. Mais Clémence s’est attachée à ses quelques 180 élèves, âgés de 9 à 15 ans. D’où le choix de prolonger son contrat, ce qui lui permettra aussi de préparer sa « succession ». Quand à l’enseignement du français à des adolescents qui arrêtent souvent leurs études après le collège, la jeune femme le défend. « Le fait d’avoir étudié le français peut les aider pour l’examen d’entrée au lycée. Cela peut aussi leur être utile pour travailler dans le tourisme et l’hôtellerie dans la région », affirme-t-elle. Pour cet engagement atypique, Clémence Régaud a reçu en octobre le prix spécial du jury lors du Grand Prix VIE organisé par la Mission Economique de Bangkok et la section locale des Conseillers du Commerce Extérieur de France (CCEF). Lire à ce sujet notre brève du 14 octobre 2008

Partenariat entre le lycée français et l’école de Baan Namkhem

Les élèves de l’école de Baan Namkhem sont régulièrement accueillis au lycée français de Bangkok pour des échanges et des visites culturelles. En février 2006, ils ont participé aux jeux sportifs avec les élèves du lycée. En novembre dernier, une petite dizaine d’entre eux a passé dix jours à Bangkok, leur temps étant partagé entre une insertion dans les classes et des visites culturelles. Récemment, le lycée a accueilli fin novembre six collégiens pendant une semaine. Logés dans des familles d’accueil thaïlandaises et françaises, ils ont participé à des cours au lycée, visité des chantiers de Bouygues, la boulangerie de Carrefour et des attractions touristiques de la capitale.

E.M. (LPJ – 11/12/2008)


Par Emmanuelle MICHEL

Source : www.lepetitjournal.com– Jeudi 11 décembre 2008

Previous articleInitiation Kalachakra par Sa Sainteté le Dalaï-Lama
Next articleLama Chuck Stanford — Jusqu’où la Compassion pour les Animaux ?