Accueil Espace Bouddhiste Société Procès des caricatures sur Mahomet

Procès des caricatures sur Mahomet

27
2

ÉDITORIAL du 7 Février 2007

Alain Delaporte-Digard
Alain Delaporte-Digard
LIBERTÉ DE CROYANCE CONTRE LIBERTÉ D’EXPRESSION

Dans le procès des caricatures de Mahomet qui se termine aujourd’hui, ceux qui réclament la liberté d’expression désirent-ils supprimer la liberté de croyance ? Il semblerait que non. Alors où est philosophiquement et religieusement le problème, si la liberté de culte est assurée.

Ne peut-on pas rire de la religion, des religions ? La caricature religieuse est-elle sacrilège? L’humour sur un Bouddha ou un Christ est-il une atteinte aux croyants?

Aujourd’hui, le journal Charlie Hebdo est poursuivi pour avoir diffusé il y a un an les caricatures danoises de Mahomet. Le motif : injure publique à l’égard d’un groupe de personnes en raison de leur religion. Peut-on estimer que ces dessins constituent une injure publique? Tel est le dilemme auquel s’attelle le Tribunal correctionnel de Paris. Philippe Val, le directeur de la publication de Charlie Hebdo parle d’un « procès médiéval » et estime que « c’est la liberté d’expression qui est mise en cause. »

Est-ce plus grave de rire de la religion que de critiquer la politique, par exemple? Dans un pays comme la France très sensible aux sectes, comment se situer face aux religions ? Une religion n’est-elle pas une secte qui SOCIALEMENT a réussi à être reconnue? N’a t-on pas le droit d’avoir des doutes, des critiques? La religion doit être vécue dans la paix de son cœur.

Pourquoi y aurait-il incompatibilité entre la liberté de croyance et la liberté d’expression ? Au delà des religions, n’est-ce pas simplement le problème personnel de certaines personnes qui ont du mal à combiner deux principes complémentaires. : un croyant doit pouvoir accepter la liberté d’expression, et un libre penseur doit accepter la liberté de croyance, an nom même de la liberté.

Dans le dessin ci-dessous fait par Davich Khan en 1787, on peut voir le Prophète avec son cimetière. Cette représentation est classiquement acceptée dans tout le monde musulman. Entre ce dessin et la caricature danoise présentant Mahomet avec une bombe dans le turban, y a t-il une telle différence au point de dire que l’une est politiquement correct et que l’autre est politiquement insultante? Que ce serait-il passé si un « infidèle » avait sorti ce dessin ancien lors des caricatures danoises? Aurait-il été jugé incorrect?

Mahomet.jpg

Hier, Nicolas Sarkozy, par une lettre lue lors de l’audience, a apporté son soutien à Charlie Hebdo : « Je préfère l’excès de caricatures à l’absence de caricatures ». François Hollande à la barre a présenté ce procès comme un « abus de droit. »

Et vous qu’en pensez-vous?

Belle et bonne journée dans la tolérance.


Alain Delaporte-Digard

www.buddhachannel.tv

Previous articleSutta Pabbatopama
Next articleVEOSEARCH: surfons solidaire!

2 Commentaires

  1. PROCES DES CARICATURES SUR MAHOMET
    Bravo pour l’édito sur la liberté d’expression. La religion qui craint la
    critique est faible. La destruction des statues du Bouddha par les talibans n’a pas spécialement perturbé le moine zen que je suis, par exemple,
    même si c’est regrettable. De plus, ces caricatures ne sont pas une
    attaque contre l’Islam.
    Cordialement,
    Luc Bordes

  2. Procès des caricatures sur Mahomet
    Sans vouloir détruire votre beau raisonnement, je voudrais juste signaler que ceci n’est nullement un portrait de Mahomet mais un portrait de Davich Kahn, ambassadeur de Tippo-Sahib auprès de Louis XVI, réalisé en 1788 par Vigée-Lebrun…

Comments are closed.