Accueil Espace Bouddhiste Société Le drame des enfants soldats

Le drame des enfants soldats

25
0

Enfant Soldat
Enfant Soldat
L’Unicef définit l’enfant soldat comme “tout enfant – garçon ou fille – de moins de 18 ans, qui est intégré à une force armée ou à un groupe armé régulier ou irrégulier quelconque, pour y remplir des fonctions de tous types.” Aujourd’hui, une douzaine de pays aurait recours à cette pratique, faisant monter le nombre des enfants soldats à plus de 250 000. Parmi eux, on compterait jusqu’à 40% de filles.

Utilisés comme combattants, porteurs, cuisiniers, ou encore forcés de fournir des services sexuels, la plupart ont été enrôlés de force. Ils sont recrutés parce qu’ils sont considérés comme des instruments de guerre bon marché, aisément remplaçables. A cause de cette pratique de recrutement forcé, de nombreux enfants ont peur et fuient dès qu’ils aperçoivent des groupes de soldats. Un jeune garçon a ainsi raconté à Human Rights Watch : « Le premier décembre [2000], je raccompagnais un ami à la maison après qu’il m’eut rendu visite. On a vu un groupe de soldats qui bloquait la route. Ils avaient déjà pris deux enfants. On a couru pour sauver nos vies.”

D’autres fois, la pauvreté, la maltraitance et la discrimination les poussent à rejoindre les forces armées. Mais quelles que soient les circonstances, on se sert d’eux et on leur fait courir d’énormes risques. Alcool, drogue, toutes les conditions sont réunies pour abuser d’eux. Incapables de trouver une issue, ces enfants deviennent des esclaves, des bombes incontrôlées: un danger à la fois pour les autres et pour eux-mêmes. Ils sont fréquemment battus, soumis à de mauvais traitements, ou encore aux travaux forcés. Les filles sont violées et réduites à l’esclavage sexuel.

Au cours des dix dernières années, plus d’un million d’enfants auraient connu ce sort. Pour exemple, en 2004, la fin de la guerre en Afghanistan, en Angola et en Sierra Leone aurait conduit à la démobilisation de 40 000 enfants, et plus de 25000 auraient été entraînés dans les seuls conflits de Côte d’Ivoire et du Soudan. En Colombie, on estime à 14 000 le nombre de filles et de garçons utilisés comme enfants soldats par des groupes armés illégaux. Encore l’an dernier, de nombreux mineurs, dont certains âgés de douze ans à peine, étaient recrutés comme combattants dans la province en conflit du Nord-Kivu, dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC).

« Une fois de plus, des chefs armés enlèvent et exploitent sans merci des jeunes Congolais pour servir leurs ambitions militaires et politiques” a déclaré Véronique Aubert, chercheuse à Amnesty International.

Selon le chef de la diplomatie française Philippe Douste-Blazy, « Il est aujourd’hui de notre responsabilité première, de notre intérêt commun, de briser ce cercle vicieux, qui continue d’alimenter dans une quasi-indifférence l’enlisement et la contagion des conflits » (discours d’ouverture de la conférence sur les enfants soldats du 6-7 février dernier).
Mais l’évolution des textes ( voir encadré ) ne changera rien si ces derniers ne sont pas respectés. Beaucoup de ces enfants luttent aussi pour surmonter les séquelles physiques et psychologiques laissées par leur passé. Pour les aider, la France co-finance des programmes de réinsertion au Congo, en Guinée-Bissau, au Liberia et en Sierra Leone.
La souffrance des enfants est intolérable. Mais leur capacité à se reconstruire est époustouflante. Ils ont besoin de vous, de nous et de nos encouragements et notre soutien” a affirmé Mme Radhika Coomaraswamy, représentante spéciale du secrétaire général des Nations unies pour les enfants et les conflits armés (5 février 2007)

test.jpg

Pour en savoir plus:

Le site de la Croix Rouge->

Le site de l’UNICEF->

Le site du ministère des Affaires étrangères->


Clémence de la Robertie pour www.buddhachannel.tv

Previous articleInauguration d’une école à Bodh Gaya
Next articleSavoir-vivre à l’usage des enfants – par Érasme en 1530