Accueil Actus 30 mai – 11e fête du Bouddhisme à Paris

30 mai – 11e fête du Bouddhisme à Paris

7
0

Le 30 mai à Paris se tenait la 11e Fête du bouddhisme avec, au cœur du programme, les Assises de l’écologie. Un thème cher à la jeune génération de pratiquants du dharma, qui allie, au quotidien, enseignements du Bouddha et respect de l’environnement.

capture_d_e_cran_2015-07-30_a_12.12.35.png

Comme chaque année, la pagode du Bois de Vincennes, accueillait ses fidèles pour la 11e Fête du bouddhisme. En plus de séances de méditation, de la célébration de la veillée du Vesak et d’autres activités proposées pendant tout le week-end, l’Union Bouddhiste de France (UBF) organisait une table ronde autour de la protection de l’environnement.

Une semaine plus tôt, Olivier Wang-Genh, le président de l’UBF, s’était déjà exprimé au Sénat lors d’un colloque sur le climat et les religions, rappelant deux principes fondamentaux hérités du Bouddha : la nature impermanente de l’univers et l’interdépendance de toute chose sur la Terre. « Prendre pleinement conscience de cette impermanence, c’est arrêter d’agir comme si les ressources naturelles étaient éternelles », déclarait-il, évoquant le nombre de 60 milliards d’animaux terrestres et marins, sacrifiés chaque année à l’appétit des humains. « Nous sommes le climat et si nous voulons que les processus en cours changent, nous devons d’abord changer nous mêmes », ajoutait-il, invitant chacun à développer altruisme, compassion et bienveillance à l’égard de tous les êtres, ainsi qu’à montrer l’exemple aux générations futures.

Ces jeunes sont très concernés

Une jeunesse qui, dans les centres bouddhistes, est très tôt éduquée au respect de l’environnement. À l’image des Éclaireurs de la Nature, le premier mouvement de scouts bouddhistes, créé en 2007, et qui rassemble aujourd’hui environ 350 jeunes en France. « L’écologie est l’un des trois piliers, en plus de l’apprentissage de la vie en groupe et de l’enseignement des valeurs du Bouddha », explique Georges Lançon, président et fondateur du mouvement.

Sur les camps, les groupes consomment des produits biologiques et locaux, et les repas sont végétariens….


Lire la suite sur : LeMonde.fr




Previous articleIdée Lecture – La Conférence des Oiseaux
Next articleRokpa International, association engagée dans la zone de Yushu