Accueil Espace Bouddhiste Alimentation Le Paan : un chewing gum indien

Le Paan : un chewing gum indien

22
0

icone_paan.jpgNous avions coutumes de dîner dans un petit restaurant sympathique (végétarien comme dans toute la ville sainte) dans une étroite ruelle bondées de monde non loins des ghats. Régulièrement nous nous retrouvions dans le noir à cause des nombreuses coupures d’electricité. En sortant du restaurant, un jeune homme préparait des pans qu’il vendait aux clients du restaurants ou aux passants. Il est coutumier de terminer le repas en mâchant le pan comme digestif. Un soir nous avons filmé sa préparation.


Composition:
La chique de bétel se compose le plus souvent de feuille de bétel (de la pipéracée grimpante Piper betle), de noix d’arec (de l’aréquier Areca catechu), et de chaux éteinte (essentiellement de l’hydroxyde de calcium), à quoi l’on ajoute souvent du tabac. On trouve parfois d’autres ingrédients et agents aromatiques (des épices telles que des graines d’anis et de cardamome)selon les préférences et les us et coutumes locaux.

PLUS DE PRÉCISIONS:


La chique de bétel et de noix d’arec est une pratique très répandue dans de nombreuses régions d’Asie comme ailleurs dans le monde au sein de populations migrantes provenant d’Asie. On chique le bétel pour de nombreuses et diverses raisons, y compris pour ses vertus stimulantes, pour calmer la faim, pour adoucir l’haleine, et comme pratique culturelle. Des produits de facture artisanale ou sous dénomination commerciale se trouvent disponibles en accès libre auprès de « pan shops » dans de nombreuses villes hors d’Asie. Le Royaume-Uni est le premier importateur hors d’Asie, les quantités importées ayant doublé depuis le début des années 80. Dans certaines communautés d’immigrants, la grande majorité s’adonne à cette pratique. Les jeunes enfants débutent par des produits de noix d’arec édulcorés, y ajoutant souvent du tabac au cours de l’adolescence.

Le Lien sur études épidémiologiques du pan:


UNE PRATIQUE CANCÉRIGÈNE


Extrait de l’IARC:


« Le groupe d’experts a pu déterminer que la chique de bétel associée au tabac provoque le cancer de la cavité buccale, le cancer du pharynx, et le cancer de l’œsophage chez l’homme. On sait à présent que la chique de bétel sans tabac provoque le cancer de la bouche chez l’homme. On a observé que la noix d’arec, un ingrédient fréquent dans tous les types de chique de bétel, provoque la fibrose sous-muqueuse de la bouche (une pathologie précancéreuse qui peut progresser vers un cancer malin de la bouche), ce qui a permis de déterminer que la noix d’arec elle-même est cancérogène pour l’homme. Les études menées sur les communautés de migrants asiatiques ont mis en évidence un risque beaucoup plus élevé de cancer de la bouche par rapport aux autochtones des pays où ils se sont installés.


Les études disponibles montrent que ces produits provoquent des maladies de la bouche, même chez les enfants, et que leur consommation ne peut être considérée comme sans danger. Plusieurs Etats de l’Inde ont commencé de réguler ces produits, et l’on peut s’attendre à une réduction des maladies buccales et des cancers de la bouche après une réduction de leur consommation.


Cette nouvelle évaluation de la chique de bétel sans tabac a été rendue possible par de récentes études épidémiologiques menées dans des régions du monde où l’on n’ajoute généralement pas de tabac à la préparation. En outre, d’autres études épidémiologiques récentes menées en Asie du Sud ont pu séparer les effets de la chique de bétel avec et sans tabac.

www.buddhachannel.tv

Previous articleDes Moines s’engagent à restaurer l’Art Bouddhiste
Next articleExposition de Photographies : Le Partage sauvera le monde