Accueil Espace Bouddhiste Société Nouvel an chinois : année du mouton ou de la chèvre ?

Nouvel an chinois : année du mouton ou de la chèvre ?

4
0

Le Nouvel An lunaire commence le jeudi 19 février.

Des chinois s’ appretent à célébrer l’année de la chévre sur un marché de Pékin, le 12 février.
Des chinois s’ appretent à célébrer l’année de la chévre sur un marché de Pékin, le 12 février.

Année du mouton ou de la chèvre ? Une question sémantique, historique et culturelle qui explique une vision du monde chinois.

Une vraie question. Lorsque vous demandez à des Chinois si la nouvelle année qui s’ouvre le 19 février selon le calendrier lunaire est l’année du « mouton » ou de la « chèvre », vous provoquez une certaine perplexité.

Pour ceux qui vivent ou ont vécu dans des pays occidentaux, la question est compréhensible car que ce soit en langue française ou en anglais, les traductions varient. On peut employer le terme « mouton » ou « chèvre », « sheep » ou « goat ».

EN CHINOIS, UN SEUL TERME, « YANG »
Pour autant, si les Chinois comprennent notre question, pour eux, au bout du compte, il n’y a qu’une seule réponse : « on ne fait pas la différence, en mandarin, la langue chinoise, il n’y a qu’un terme utilisé, c’est  »yang », qui englobe tout ».

Une étudiante vivant depuis plusieurs années en France, maîtrisant parfaitement le français et l’anglais, conclut toutefois de façon habile : « c’est un mystère », pour exprimer son humble ignorance sur le pourquoi du comment.

Ajoutant que tous les mots existent pour dire « mouton », « chèvre », « bouc », « bélier » lorsqu’on va dans un restaurant ou chez le boucher.

Alors, de quel animal parle-t-on, si l’on se réfère non pas au nom mais à l’apparence du quadrupède ? La poste chinoise est en tout cas indécise, car elle émet des timbres représentant aussi bien des moutons que des chèvres.

Tout comme dans tous les magasins chinois vendant des peluches ou des bibelots. Interrogés sur la question, les spécialistes des traditions folkloriques et du zodiaque chinois ne tranchent pas non plus.

Le mot yang « ne désigne pas une espèce spécifique (d’ovin ou de caprin) », mais se réfère à un sens abstrait, explique à l’Agence France-Presse P Zhao Shu, de l’Institut de recherche de Pékin sur la culture et l’histoire.


Lire la suite sur : www.la-croix.com




Previous articleUn boulevard en or pour l’année de la chèvre
Next articleNouvel an chinois : l’Asie entre dans l’année de la Chèvre