Accueil Boutique CD – Le Monde d’Amma

CD – Le Monde d’Amma

23
1

Découvrez ce concert de musique donné par des jeunes venus de différents pays, sur le thème de la Paix.
Au programme : chants Irlandais, Gospel, jazz, balades …
Un CD éclectique et plein de fraicheur, au profit des œuvres humanitaires d’Amma.

Previous articleLe pire, suite — par Marie-Stella Boussemart
Next articleZem — Y’en a marre !

1 commentaire

  1. CD – Le Monde d’Amma
    Bonjour,
    Bien que n’étant pas personnellement impliquée dans la communauté spirituelle d’Amma puisque je n’en fais pas partie, il se trouve que je suis l’amie de longue date d’une fidèle disciple d’Amma, connue sous le très beau prénom spirituel de Sridevi, laquelle m’a parlé de ce concert qui a été donné l’an dernier au profit des oeuvres de celle qu’elle nomme tendrement sa « p’tite maman d’amour ». Ce qui m’a frappée d’emblée, c’est qu’il rassemblait des styles de musique émanant de traditions spirituelles a priori différentes de celle d’Amma. C’est un lieu-commun de dire que la musique transcende les frontières et est un formidable vecteur de paix, mais pour moi qui suis chrétienne et plutôt de sensibilité évangélique, trouver ensemble la très catholique Irlande et le plutôt protestant Negro Spiritual autour de l’oeuvre d’amour universel d’Amma qui prescrit de ne pas changer de religion, mais de pousser là où chaque être humain a été semé par son maître spirituel, voilà qui me paraît hautement symbolique ! Sridevi est, sous son nom « civil » bien sûr, l’auteur d’un livre également vendu au profit des oeuvres humanitaires d’Amma, ouvrage dans lequel, par le biais d’anecdotes tirées de la vie de tous les jours, elle rend témoignage à la tendresse de la Mère Divine et aux fruits de béatitude dont deux ans et demi d’expérience spirituelle dans son giron maternel ont été et demeurent porteurs pour elle, puisque sa vie avec Amma continue, plus douce et pacifiante que jamais !
    Les références du livre:
    Auteur: Anne YUNG
    Titre: « LES JEUX DIVINEMENT ESPIÈGLES D’UNE P’TITE MAMAN ».
    Éditeur: Bénévent.

    Soucieuse de ne pas donner l’impression de faire ici de la publicité pour une amie (la totalité des bénéfices issus de la vente de ce récit plein de sensibilité mais aussi d’humour, sont reversés aux oeuvres caritatives d’Amma), je proposerai ci-dessous le texte de la quatrième de couverture plutôt qu’un lien vers une présentation commerciale de l’ouvrage, consciente que je suis de la vocation essentiellement spirituelle de votre forum. Avant cela, j’ajouterai seulement deux choses: la première est que le témoignage de Sridevi (Alias Anne YUNG) tire son titre du fait que parmi les 108 noms qu’ils attribuent à Amma, ses disciples la célèbrent sous celui de Lalita, ce qui signifie « la grande joueuse ». La Lila, (jeu divin), consiste à dissimuler à l’homme sa vraie nature, procédant directement de celle du Divin, afin que tout son cheminement spirituel ait pour objet de se défaire de son ego afin de retrouver cette nature d’origine. La seconde est que ce livre est disponible à la vente sur les sites habituels des grandes enseignes, mais aussi dans les librairies Dialogue et d’une manière générale, chez tout bon libraire qui dispose de la possibilité de le commander pour vous par l’intermédiaire du distributeur attitré des éditions Bénévent.

    Texte de quatrième de couverture:
    L’histoire commence par le sourire resplendissant d’une femme d’une quarantaine d’années, dynamique, qui bien qu’elle fût aveugle de naissance, avait fait en sorte de se construire une vie heureuse : deux grands enfants, un emploi stable, des amis… Pourtant il lui avait toujours manqué quelque chose d’essentiel, l’image d’une mère. D’une enfance habitée par la présence de deux « mamans », lui était resté le sentiment profond de s’être trompée de porte pour entrer dans la vie. Il y avait aussi la religion catholique avec Marie, mère de Jésus et à travers Lui, disait-on, de tous les hommes. Mais les religieuses lui avaient présenté l’Église sous un jour ritualiste, doloriste même, glorifiant souffrance et sacrifice. Ayant appris par des amis indophiles l’existence d’une femme reconnue en Inde comme Mahatma, elle profite de son passage en France pour venir assister à une de ses cérémonies, avec l’idée de vivre ce moment comme une expérience parmi d’autres. Cérémonie très particulière puisque
    cette femme, à la tête d’un empire d’oeuvres caritatives en faveur des plus démunis de ses concitoyens, transmet un message d’amour qui s’adresse à toutes les familles spirituelles d’Orient comme d’Occident. Chose encore plus inhabituelle, cette grande âme prend ensuite maternellement chaque personne dans ses bras, offrant à chacun un mot gentil dans sa langue (afin qu’il soit compris de la personne), un bonbon et un pétale de rose. Ce tendre rite peut durer des heures sans discontinuer, la sainte femme partageant inlassablement joies et chagrins, faisant même taire en elle tout besoin physique tandis que des milliers de gens défilent, en quête d’un peu de tendresse dans ce monde dur et sans compassion. Et soudain, le coup de cœur absolu. Non, cette vie n’est pas une erreur, puisque la maman tellement cherchée, nul doute n’est plus possible désormais, c’est elle : Amma ! De là prend racine une idée, celle de relater deux ans et demi de vie spirituelle en Amma, une tranche de vie où la certitude d’avoir enfin trouvé la figure maternelle parfaite ne se dément jamais, malgré les épreuves. Amma prend ici la parole, la face maternelle de l’amour divin incarnée en Elle étant à l’origine de chacune des péripéties, de la plus grave à la plus insolite voire humoristique, qui sont la trame de ce témoignage.

    Bonne découverte et, au seuil de cette année 2010 que je souhaite évidemment bonne et heureuse à chacune et chacun, qu’il me soit permis de joindre ma prière à celle d’Amma afin que la paix règne partout !
    Isabelle.

Comments are closed.