Accueil Espace Bouddhiste Livres Ryôkan, moine errant et poète, par Hervé Collet et Cheng Wing Fun

Ryôkan, moine errant et poète, par Hervé Collet et Cheng Wing Fun

20
0

39a95e554d6c627a4abb7241f255b62e-300x300.gifSORTIE 1er MARS 2012

Ryôkan (1758 – 1831) est l’une des figures majeures du Zen. Au cœur d’un Japon qui, en cette fin de l’ère Edo, étouffe sous le poids de la bureaucratie shogunale, qui n’épargne pas les institutions monastiques, Ryôkan rejette les conventions de son temps pour revenir à l’essentiel : le dénuement et la contemplation. Installé dans une modeste hutte au toit de chaume au pied du mont Kugami, il vit d’aumône, ne dispensant aucun enseignement, si ce n’est celui, bien plus profond, de sa manière d’être qui incarne la sympathie et la compassion. Ses poèmes en chinois classique et ses haïkus, ainsi que ses calligraphies, l’imposent comme l’un des plus fulgurants « non-penseurs » du Zen. Hervé Collet et Cheng Wing Fun lui dédient le présent portrait, qui introduit une anthologie, selon leur inspiration, de ses poèmes et haïkus.

Qui dit que mes poèmes sont des poèmes ?
mes poèmes ne sont pas des poèmes
si vous comprenez que mes poèmes ne sont pas des poèmes,
alors nous pourrons parler poésie

Cheng Wing Fun et Hervé Collet sont deux traducteurs de poésie chinoise et japonaise. Ils ont publié, aux Éditions Moundarren (dont ils sont les fondateurs), de nombreux poètes tels que Tu Fu, Han Shan, Wang Wei, Su Tung Po, Ryokan, Santoka, Hosai… en éditions bilingues et calligraphiées qui ont reçu l’approbation enthousiaste des spécialistes du domaine. Ils ont déjà publié chez Albin Michel, notamment L’Art de la sieste et de la quiétude, 365 Haïkus. Instants d’éternité, Bâshô, maître de haïku, L’Art de vivre du Tao et L’Art de bien vieillir dans l’esprit du Tao.




Previous articleMing, dit Schmitt
Next articleUn voyage au Népal