Accueil Billet du jour Vivre pleinement et maintenant… Pas demain, ni après-demain

Vivre pleinement et maintenant… Pas demain, ni après-demain

4
0

diogene-1-1174290754.jpg

« Ceux qui disent: “Nous attendons une occasion” sont des trompeurs, qui ne trompent personne d’autre qu’eux-mêmes. L’occasion ne va pas se présenter demain, elle est déjà là et elle a toujours été là. Elle était déjà là avant que vous soyez là.

L’existence est une opportunité, être est une opportunité. Ne dites pas: “Demain je méditerai, demain j’aimerai, demain je danserai avec l’existence”. Pourquoi demain ? Demain ne vient jamais. Pourquoi pas maintenant ? Pourquoi remettre à plus tard ? L’ajournement est une ruse du mental, il vous laisse espérer et pendant ce temps l’opportunité s’enfuit et à la fin vous arriverez au cul de sac; la mort et il n’y aura plus d’opportunité. Et cela est arrivé bien souvent dans le passé.

Vous n’êtes pas nouveaux ici, vous êtes né et vous êtes mort de nombreuses, très nombreuses fois et chaque fois le mental vous a joué le même tour mais vous n’avez encore rien appris. »

Une légende raconte que le grand roi Alexandre, qui admirait le détachement de Diogène, vint un jour lui rendre visite. Diogène était alors à moitié nu au soleil.

Alexandre le Grand, commença la conversation ainsi : « Je suis Alexandre le Grand.»

et le philosophe a répondu : « Et moi, Diogène le cynique ».

LA LEGENDE :

« Alors qu’Alexandre le Grand venait en Inde il rencontra un homme étrange, Diogène. C’était un matin d’hiver, il soufflait une brise fraîche et Diogène était étendu nu au bord de la rivière, prenant un bain de soleil. C’était un bel homme; d’une belle âme émane une beauté qui n’est pas de ce monde.

Il ne possédait rien, pas même un bol de mendiant car un jour qu’il allait à la rivière avec son bol chercher de l’eau pour boire il vit un chien se précipiter vers la rivière, y plonger et boire. Diogène éclata de rire et dit: “Ce chien m’a donné une leçon. S’il peut vivre sans bol de mendiant, pourquoi pas moi ?” Il jeta le bol et comme le chien il sauta dans la rivière et but. Depuis lors il n’avait plus rien possédé.

Alexandre n’avait jamais vu un homme si gracieux, une beauté si absolue, quelque chose d’inconnu. Il était intimidé et dit: “Sire…” De toute sa vie il n’avait jamais dit “Sire” à quiconque; “Sire” dit-il “je suis extrêmement impressionné par votre personne et je désirerai faire quelque chose pour vous. Y a t’il quelque chose que je puisse faire ?”

“Déplace-toi seulement sur le côté” répondit Diogène “tu me caches le soleil.
C’est tout, je n’ai besoin de rien d’autre”.

Alexandre dit: “Si j’ai une nouvelle chance de revenir sur terre je demanderai à Dieu qu’au lieu d’Alexandre il fasse de moi un Diogène”.

Diogène rit et dit: “Qui t’en empêche à cet instant même ? Tu peux devenir un Diogène. Où vas-tu ? Pendant des mois j’ai vu des armées en marche; où allez-vous et pourquoi faire ?”

“Je vais en Inde pour conquérir le monde entier.” Répondit Alexandre.

“Et après, que feras-tu ?” demanda Diogène.

“Après, je me reposerai”.

Diogène rit de nouveau et lui dit: “Tu es fou ! Moi je me repose maintenant, je n’ai pas conquis le monde, je n’en vois pas la nécessité. Qui t’a dit qu’avant de te reposer tu devais conquérir le monde ? Et je te le dis: “Si tu ne te reposes pas maintenant, tu ne le feras jamais. Il y aura toujours quelque chose à conquérir … et le temps est éphémère. Tu mourras en cours de route. Tout le monde meurt au milieu du voyage”.

Alexandre mourut au milieu du voyage. Il mourut en route alors qu’il revenait d’Inde. Ce jour-là il se souvint de Diogène, il n’avait que Diogène à l’esprit; il n’avait jamais pu se reposer de toute sa vie mais cet homme, lui, se reposait. »

Diogène enseignait constamment que la liberté a un prix.

Pour être totalement libre, il ne faut pas être attaché à des biens matériels, car tout ce que l’on possède nous possède en retour.

Tel était Diogène, philosophe cynique (-412/-423 av. J.-C.), surnommé aussi philosophe aux pieds nus.

Ne rien avoir, et ne dépendre de personne, cela est il un exemple à suivre ?

Sans aller jusqu’à cette démarche extrême … Il est à méditer ce texte !
Certains hommes d’aujourd’hui dits « les puissants du monde » devraient s’y retrouver !

« A quoi seriez-vous prêt à renoncer pour votre liberté ? »

http://clairdefemme.blog.ca/




Previous articleZem — L’Amertume du chocolat
Next articleLa rénovation du centre de Lhassa suscite des inquiétudes