Accueil Espace Bouddhiste Société Davina: «Je suis devenue nonne bouddhiste»

Davina: «Je suis devenue nonne bouddhiste»

5
1

05/04/2012

D.R.
D.R.
Elle était la brune du duo de l’émission culte Gym Tonic, sur Antenne 2, dans les années 80, avec la blonde Véronique. Sereine mais très enjouée, Davina Delor rayonne d’un bien-être qu’elle veut aujourd’hui partager avec tous. Devenue nonne bouddhiste, elle raconte son expérience avec cette religion dans Le Bonheur Selon Bouddha aux éditions Michel Lafon.

Davina Delor, vous abordez dans ce livre des thèmes simples comme la peur, le pardon, la vieillesse, la culpabilisation, via le prisme du bouddhisme et sur le ton de la discussion, presque de la confidence, avec Huguette Maure, votre directrice d’ouvrage…

En effet, pour que mon propos reste accessible à tous. Je n’ai pas voulu parler de moi, je n’y vois pas l’intérêt et j’ai même refusé au départ la proposition de Michel Lafon puis nous sommes tombés d’accord. Mon sujet est le bouddhisme, que je connais très bien et dont j’ai pu voir les résultats. Je dialogue sur ce thème avec Huguette, totalement étrangère à cette philosophie, qui me pose des questions simples.

Pourquoi ce livre aujourd’hui ?

Je voulais montrer de façon très claire, que le bouddhisme est une philosophie de vie, avant d’être une religion, une façon d’orienter son regard sur sa propre vie, sur les divers événements qui nous arrivent. Se dire : « Tiens, est-ce que je ne me mets pas des freins moi-même dans ma façon de voir les choses ? ». C’est un livre pour moins souffrir, pour comprendre ce qu’on pourrait améliorer quant à notre regard sur le monde. Comprendre les causes de notre souffrance.

Lire la suite sur tvmag.lefigaro.fr



Previous articleDans les pas d’Alexandra descendue du Pays des neiges
Next articleZem — Sounds of silence

1 commentaire

  1. Davina: «Je suis devenue nonne bouddhiste»
    Message à destination de Davina Delor

    Je suis heureux de t’avoir revu à la TV, et ton parcourt ne m’étonne pas. Lors de notre dernier entretien téléphonique, je l’avais pratiquement pressenti.
    Mais déçu néanmoins de ne pas t’avoir rencontrée à ce moment là.
    Ainsi est la vie qui passe comme une flèche dans le ciel.

    A bientôt peut être
    Jean-Claude Tramier

Comments are closed.