Accueil Espace Bouddhiste Société A Paris, un ancien moine tibétain raconte l’oppression et l’exil

A Paris, un ancien moine tibétain raconte l’oppression et l’exil

4
0

Ils sont une dizaine de Tibétains, assis en rang au sous-sol du restaurant Kokonor, rue Saint-Jacques à Paris, mercredi 14 mars. Ils font leurs premiers pas dans l’apprentissage du français avec Clémence, une étudiante de l’Institut national des langues et des civilisations orientales et membre de l’association Confluences tibétaines. L’heure est à la découverte du pronom possessif. « Le Tibet est mon pays. C’est le mien », leur fait-elle répéter.

1674504_3_26aa_des-moines-bouddhistes-devant-le-monastere-de_966339eaeae4e189e7b2953d38e9a640.jpg

Fraîchement débarqués dans la capitale française, où ils viennent rejoindre un bon millier de Tibétains exilés en France, selon le Bureau du Tibet, ils ont tous derrière eux un parcours sinueux. Tous ont fui le Tibet, clandestinement, traversant pour la plupart les hauts cols qui bordent le Népal, avant une étape à Dharamsala, petite ville à la lisière de l’Himalaya dans le nord de l’Inde, où siègent le gouvernement tibétain en exil et le dalaï-lama.

Lire la suite sur www.lemonde.fr




Previous articleAvril 2012 – Le Journal des Sanghas
Next articleLes moines de Shaolin guident le temple vers une nouvelle image