Accueil Vidéos Vidéoblog Samsara — Procréer, c’est engendrer le dépérissement et la mort

Samsara — Procréer, c’est engendrer le dépérissement et la mort

8
7

– Leçon d’un vieux sage bouddhiste à un jeune moine plein de sève sur le point de se marier.

(Extrait du film « Samsara » Pandora Film/Paradis Film/Fandango © 2001 – avec Shawn Ku et Christy Chung.)

Previous articleZem — Samadhi…
Next articleLes Tibétains en exil divisés sur les immolations contestataires

7 Commentaires

  1. Samsara — Procréer, c’est engendrer le dépérissement et la mort
    La carcasse du vase est vide quelque soit son ornementation, son parfum ou sa saveur. Depuis que Descartes énonça : »je pense, donc je suis » ou bien que Dieu créa le monde en sept jours; c’est difficile de comprendre l’enseignement du Bouddha. Toutes ces existences qui naissent ou meurent de seconde en seconde ne sont rien de plus qu’un vase vide où s’entassent et se déversent des circonstances vides elles aussi.
    Aujourd’hui, le problème de la Terre c’est 7 milliards de vases qui mangent, boivent et produisent une montagne d’immondices puants. Il est urgent que les femmes maitrisent mieux leur fécondité.

  2. Samsara — Procréer, c’est engendrer le dépérissement et la mort
    ce n’est pas ce que je ‘ai compris. je pense que le vieux sage rappelle que quelques soient nos chemins, notre façon de vivre nous restons des sacs de peau, mais que la nature de bouddha est en nous. A nous de faire éclore.

    • Samsara — Procréer, c’est engendrer le dépérissement et la mort
      Cher ou chère Péma: la nature de bouddha est en vous. Il n’y a rien à faire éclore. Le sage se contente de vider son sac de peau de tous ces objets qui en réalité ne sont que dans l’esprit de celui qui les imagine existant. La méditation propose de les contempler comme les images d’un rêve, une perle de rosée, un nuage qui passe et s’effiloche.

  3. Samsara — Procréer, c’est engendrer le dépérissement et la mort
    Je ne comprends pas le message ….
    Impermanence des corps ?
    (Le moine semble dubitatif aussi ! )

    Pour ma part l’amour physique est une chose qu’il faut apprécier et pratiquer tant que notre corps le permet .
    C’est une source de joie à partager .

    • Samsara — Procréer, c’est engendrer le dépérissement et la mort
      Votre : « C’est une source de joie à partager » ne concerne que l’aspect terrestre d’une incarnation, quoi que dans les plans astral du rêve il existe aussi des images où des corps sont très intimes. Ici, ce qui est montré c’est la nature périssables des attachements aux mondes du désir qui souvent sont reliés à ceux de la jalousie, de l’avidité, de la colère-haine qui tous engendrent la souffrance. C’est une petite histoire du Bouddha qui raconte qu’un jour, une prostitué désirait tellement le sublime Avalokiteshvara qu’elle en perdait le sommeil et l’appétit. Elle supplia le Bouddha d’intercéder en sa faveur. Et le Bouddha lui dit : « Tu aimes cet homme, tu brûles pour lui, mais dis-moi qu’est-ce que tu aimes de cet homme? Son visage, son corps ? As-tu regardé l’intérieur de ce corps ? Ne sais-tu pas que ce corps n’est qu’un sac d’os puant de déjections diverses?

      • Samsara — Procréer, c’est engendrer le dépérissement et la mort
        Merci beaucoup pour vos éclaircissements.

        J’ai aussi eu depuis ma question une autre version éclairée;
        C’est le fait que de donner la vie dans le samsara conduit
        forcément un jour, à la mort de celui à qui on a donné le jour ….
        Prise de conscience pertinente pour les futurs parents .

        • Samsara — Procréer, c’est engendrer le dépérissement et la mort
          La réflexion sur pourquoi ajouter une vie de plus aux 7 milliards déjà existantes est pertinente. Néanmoins, on peut tout aussi bien dire que c’est une vie qui pourrait obtenir l’Eveil. Obtenir l’Eveil n’est-ce pas autre chose que vivre et mourir pour venir d’un trou et finir dans un autre trou ? Le cadeau de vivre est extraordinaire ! Engendrer le dépérissement et la mort cela ne concerne que le corps et la dépendance aux circonstances de la vie de ce corps. Dès l’instant de l’Eveil, il n’y a plus que le dépérissement et la mort d’un corps qui fut le plus précieux des moyens pour obtenir l’Eveil.

Comments are closed.