Accueil Billet du jour La Joie d’Être

La Joie d’Être

7
0

Si le terme bonheur existe, il est implicite qu’il s’emploie pour décrire une réalité accessible. Dans bonheur il y a bon et heur. L’heur propice et favorable d’une conjonction de circonstances bénéfiques et nous sommes dedans.
Il y a les petits bonheurs qui s’additionnent comme les perles sur un fil et il y a vivre dans le bonheur. Un état stable et inaltérable, l’antichambre du nirvana où s’épanouit le parfum des fleurs des champs de la terre pure de la Réalité Absolue.

Quels sont nos moyens pour entrer dans cet état de bonheur ? Ils sont multiples et adaptés aux différents tempéraments : 84 000 selon les tibétains, 108 selon le Bouddha, un seul selon Ramana Maharshi : il nous suffit de réaliser le Soi :
« Le bonheur est inhérent à l’homme et ne résulte pas de causes extérieurs (page 10 et 11 Les enseignement de Ramana Maharshi, Albin Michel).
« La Réalisation consiste à vous débarrasser de l’illusion que vous n’êtes pas réalisé (page 377). Pour l’être réalisé le royaume des cieux est en Soi, ici même et dès à présent (page 426).»

Un chaman intercale la notion de Temps et la progression de l’âme par un élargissement de la conscience à votre corps causal.
Vivre dans le bonheur, au niveau du corps physique cela commence par ressentir en vous un double mouvement spiralé horizontal qui témoigne de la joie de vivre pour la vie. Ce double mouvement spiralé provoque la Joie d’Être, plus profonde, un bonheur qui va et vient du corps causal au plan physique des corps.
La porte d’entrée est à l’intérieur de votre cœur : le bonheur est là et votre cœur vibre (on sent le cœur vibrer) et cette vibration s’étale et touche le cerveau au niveau du troisième œil. Un sentiment d’Amour d’une telle intensité qu’il devient lumière rayonnante.

La Joie d’Être c’est un sentiment, une exaltation du corps, de l’âme et de l’Esprit.
Vous avez la sensation que votre corps s’étire vers le haut, et vos pieds semblent coller au sol ; psychologiquement un sourire intérieur vous éclaire.
Nous sommes amoureux : l’objet de cet amour c’est l’Univers tout entier et ce qu’il contient. Chaque instant devient une fête, chaque jour est dimanche.

Ressentir la beauté en toute chose ouvre le cœur d’un bonheur qui transpire et s’étale dans la vie quotidienne. Une joie du plaisir d’être de chaque instant savouré comme le plus délicieux.
La Joie d’Être est un état de sérénité profonde, sa porte s’ouvre au niveau du troisième œil, son siège et le lieu de son activité. C’est une activité de l’Esprit immuable qui n’est pas lié à votre existence physique, un bonheur qui vous unit à la Joie d’Être dans l’Esprit.

Pour s’ouvrir à ce ressenti, le chaman Joska Soós proposait une méditation, un exercice qui consiste à imiter le bonhomme de neige qui fond sous le Soleil et devient une flaque d’eau ; cela s’évapore et nous sommes dedans.

Une ouverture qui commence avec la sensation de devenir un mouvement de gouttes d’eau de vapeur irisée, scintillante de lumières ; comme celle d’un arc-en-ciel, et vous êtes dedans. La lumière se brise et se dilate en couleurs diffractées, il ne reste de vous que ces petits points lumineux multicolores. L’effet provoque un bain de jouvence où vous êtes dissous comme un bonhomme de neige qui fond au Soleil.
Une grande paix s’étale en vous : le vrai plaisir de la joie de vivre.
Ce bonhomme de neige se réduit à une flaque d’eau qui s’évapore et c’est la joie de l’âme. Un bonheur qui n’est plus seulement pour le corps, il court dans l’âme et vous touche jusqu’au cinquième chakra. Continuez votre dilution, et ce bonheur vous unit avec ce qui est au-delà du dépassement, ce qui est plus que vous.

Tout le temps de votre méditation murmurez trois sons, trois sonorités qui s’alternent avec une pause, un silence où vous écoutez résonner les gouttes du Temps qui s’irisent dans la radiance d’un arc-en-ciel.
Fondus comme le bonhomme de neige sous le Soleil en vous évaporant vous n’êtes que ruissellement de cette lumière en arc-en-ciel.

Continuer votre murmure jusqu’à n’entendre qu’un jeu de cloches très lointaines, des fines vibrations sonores éthérées qui s’évaporent d’une vapeur vibrante de couleurs. Doucettement, vous restez dans l’écoute des battements de votre cœur en écho de la vibration du Son Primordial. Et une fulgurance surgit, comme l’éclatement du bouquet final d’un feu d’artifice mais visible en pleine lumière que vos yeux soient ouverts ou fermés : c’est toujours vous.


– Extraits de Joska Soos et les Contenus du temps ; deuxième partie : Les Coïncidences Positives.

http://stores.lulu.com/floradesondes

Previous articleLes indiens de Colombie sont menacés d’extinction
Next articleLes Reliques du Bouddha visitent Strasbourg