Accueil Espace Bouddhiste Humour Zem — Non-agir ou laisser faire ?

Zem — Non-agir ou laisser faire ?

20
3

ZEM165.jpg


Par Zem

Previous articleAppel au monde, par le Dalaï Lama avec Sofia Stril-Rever
Next articleActivités en l’honneur du 2555e anniversaire de Bouddha

3 Commentaires

  1. Zem — Non-agir ou laisser faire ?
    Je comprend pas que le  » non-Agir  » soit agir dans le présent.. Dans ce compte là c’est agir dans l’instant présent..

    Quel est la définition du  » non-Agir  » ? Je cherches(..)

    définition bouddhiste  » non-Agir « 

     » Dans l’absence de production, la production, c’est celle de l’aspect véritable.  »

     » Celui qui sait qu’il ne possède ni l’être ni l’agir, celui-là se retrouve dans cet état originel d’agrément et d’amour divin. »

     » Le sage gouverne par le non-faire
    Il enseigne par le non-dire
    Il ne refuse rien à la foule des êtres
    Mais il nourrit chacun sans se l’approprier
    Il accomplit sa tâche, sans s’en prévaloir
    Il achève son oeuvre sans s’y attacher
    Et comme il ne s’y attache pas
    Il se maintient. »

     » Devient tel un enfant,
    rends-toi sourd et aveugle !
    Tout ton être devenir néant,
    dépasse tout être et tout néant !
    Laisse le lieu, laisse le temps,
    et les images également !
    Si tu vas par aucune voie
    sur le sentier étroit,
    tu parviendras jusqu’à
    l’empreinte du désert. »

    Bon.. Méditons la dessus.. Le non-agir c’est agir quand même mais sans vraiment agir dans la terme.. ? ! ?

    Heu.. Donc de pas planifié.. Agir spontanément sans agir dans le faire.. Mais agir dans l’être.. Avec le coeur..

    Heu c’est çà où quelque chose dans le genre..? ! ?

    • Zem — Non-agir ou laisser faire ?
      agir dans le présent c’est par exemple : fais ta vaisselle,
      là, maintenant,
      inutile de stresser, phantasmer ou angoisser en renvoyant cela à plus tard….
      c’est l’instant présent

    • Zem — Non-agir ou laisser faire ?
      Bien sûr qu’il nous faut planifier, père de 4 enfants, grand-père de 4 petits enfants, si je ne planifie, quel bazar cela va être, et que de souffrances cela risque de créer

      Dans la définition que vous citez, l’important pour moi est ici :

      e sage gouverne par le non-faire Il enseigne par le non-dire Il ne refuse rien à la foule des êtres Mais il nourrit chacun sans se l’approprier Il accomplit sa tâche, sans s’en prévaloir Il achève son oeuvre sans s’y attacher Et comme il ne s’y attache pas Il se maintient. »

      de quoi parle-t-on : de non attachement, de non appropriation, de non-orgueil

      et quand on parle de non-attachement on ne parle pas de vivre dans une distance non émotionnelle avec les êtres et les évènements, (voir ce qu’il en est dit dans cette vidéo : http://goo.gl/u5MAi ) au contraire l’amour repose sur la compassion (souffrir avec), sur l’amour, sur la joie mais on parle d’un non-attachement à notre image de nous même

      C’est à dire que nous nous identifions à tout un tas de choses, de notre « image » (physique, émotionnelle, sociale) à nos actes et c’est cet attachement, cette identification qu’il faut cesser pour faire cesser la douleur

      Etre dans le « non-agir » c’ est agir sans cette identification (sans projection donc plus que planification, en étant simplement dans le présent voici un extrait d’un enseignement de consultable ici :http://goo.gl/XdWZm
      Le Bouddha a enseigné un principe très simple à un disciple du nom de Bahiya : 

      « O, Bahiya, 

      Quand tu vois une forme, qu’il n’y ait que le voir. 

      Quand tu entends un son, qu’il n’y ait que l’entendre. 

      Quand tu sens une odeur, qu’il n’y ait que le sentir. 

      Quand tu goûtes une saveur, qu’il n’y ait que le goûter. 

      Quand tu as une sensation physique, que ce ne soit qu’une sensation. 

      Et quand une pensée apparaît, 

      que ce ne soit qu’un phénomène naturel qui apparaît dans l’esprit. 

      Ainsi, il n’y aura pas de soi. 

      Quand il n’y aura pas de soi, il n’y aura pas de mouvement ici et là 

      et pas d’arrêt nulle part. 

      C’est la fin de dukkha. C’est le nibbāna. )

      Voilà ce n’est que MA réponse (sans identification ni attachement ;o) ) je ne dis pas que c’est LA réponse bouddhiste

      chaleureusement

      frédéric

Comments are closed.