Accueil Espace Bouddhiste Espace Enfants Nalapanajataka — Le jataka du roseau pour boire

Nalapanajataka — Le jataka du roseau pour boire

24
0

jataka-5.jpg

Nalapanajataka


Le jataka du roseau pour boire

Le maître a donné cet enseignement sur le dhamma alors qu’il faisait une tournée d’aumônes dans la région du Kosala. Il concerne les tiges de roseau. Il était arrivé dans le village de Nalakapana et s’était installé dans la forêt de Ketaka, près de l’étang aux lotus de Nalakapana. Les bikkhus se baignèrent dans l’étang aux lotus de Nalakapana, puis demandèrent aux novices de cueillir des tiges de roseau afin de fabriquer des boites à aiguilles. Ils remarquèrent qu’elles étaient creuses. Ils allèrent voir le Bhagava et lui demandèrent : « Bhante, nous avons cueilli des tiges de roseau afin de fabriquer des boites à aiguilles, mais elles sont creuses de bout en bout. Comment cela peut-il être possible ? » Le Maître répondit : « Bikkhus, j’ai déjà séjourné ici par le passé. » Et il raconta l’histoire du passé suivante.

Il y avait jadis une forêt à cet endroit. Un démon des eaux dévorait tous ceux qui entraient dans l’étang aux lotus. Le Bodhisatta était alors roi des singes. Il était aussi gros que le faon d’un cerf rouge. Il vivait dans la forêt, à la tête d’une communauté de huit mille singes. Il donna le conseil suivant à sa communauté de singes : « Tatas, dans cette forêt il y a des arbres empoisonnés et des étangs aux lotus habités par des démons. Si vous voulez manger des fruits et des feuilles auxquels vous n’avez jamais goûté auparavant, ou si vous voulez boire d’une eau dont vous n’avez encore jamais bu, demandez-moi d’abord l’autorisation de le faire. » Ils acquiescèrent : « Sadhu. »

Un jour, ils atteignirent un endroit où ils n’avaient jamais été auparavant. Ils avaient marché durant la plus grande partie de la journée et ils cherchaient de l’eau. Ils virent un étang aux lotus, mais ils ne burent pas de son eau. Ils s’assirent à côté de l’étang et attendirent l’arrivée du Bodhisatta. Quand le Bodhisatta fut là, il leur demanda : « Tatas, pourquoi ne buvez-vous pas de cette eau ? » Ils répondirent : « Nous vous attendions. » Le Bodhisatta répondit : « Bien, tatas. » Il fit le tour de l’étang en examinant les traces de pas. Il ne vit que des traces de pas qui allaient vers l’étang et aucunes qui en revenaient. Il fut certain qu’un démon habitait là. Il dit : « Vous avez bien fait de ne pas boire, l’étang est habité par un démon. » Voyant qu’ils n’entraient pas dans l’étang, le démon des eaux prit une apparence redoutable. Doté d’un corps bleu, d’un visage blanc et de mains et de pieds cramoisis, il apparut en fendant les eaux et dit : « Pourquoi restez-vous assis là ? Entrez dans l’étang et buvez de l’eau ! » Le Bodhisatta lui demanda : « Es-tu le démon des eaux qui demeure ici ? » « Oui, c’est moi. » « T’empares-tu de ceux qui entrent dans l’étang ? » « Oui, je m’en empare. Je m’empare de quiconque entre dans l’étang, même des oiseaux. Vous aussi je vais vous dévorer. » « Nous ne te laisserons pas nous dévorer. » « Mais vous allez boire de l’eau. » « Oui, nous allons boire de l’eau, mais nous ne tomberons pas en ton pouvoir. » « Alors comment allez-vous faire pour boire ? » « Comment ? Tu crois que nous allons entrer dans l’eau et boire. Mais nous n’allons pas entrer dans l’eau. Chacun des huit mille singes va cueillir une tige de roseau et va boire de l’eau à travers le tuyau du roseau. Ainsi nous boirons de l’eau de ton étang sans que tu puisses nous dévorer. »

Le Maître, en contemplant ces faits, exposa la première moitié du gatha suivant alors qu’il était pleinement illuminé :

Comme j’ai remarqué que les traces
Descendaient mais ne remontaient jamais,
J’ai bu de l’eau avec un tuyau
Afin que tu ne puisses pas me tuer.

Après avoir prononcé ces paroles, le Bodhisatta se fit apporter une tige de roseau. Il pensa aux dix paramitas, mit sa foi en action et souffla dedans avec la bouche. Le roseau devint creux de bout en bout, il n’y restait plus un seul noeud. Il se fit apporter les tiges de roseau les unes après les autres et de la même manière, souffla dedans avant de les rendre. S’il avait réellement agi ainsi, il ne serait jamais arrivé au bout de sa tâche. Ce n’est pas à prendre au sens littéral. Il a plutôt fait le tour de l’étang aux lotus et a ordonné : « Tous les roseaux doivent devenir entièrement creux ! » Les ordres des Bodhisattas se réalisent toujours par la grâce et l’amplitude de leur conduite positive. Depuis ce moment-là, tous les roseaux qui entourent cet étang aux lotus sont entièrement creux.

Dans ce kappa, il y a quatre miracles qui dureront jusqu’à la fin de ce kappa. Quels sont ces quatre ?

– Le signe du lapin sur la lune durera jusqu’à la fin de ce kappa.

– L’endroit mentionné dans le Vattakajataka où le feu s’est éteint et où il ne brûlera plus jusqu’à la fin de ce kappa.

– Le site de la maison du potier où il ne pleuvra plus jusqu’à la fin de ce kappa.

– Les roseaux qui entourent cet étang aux lotus resteront entièrement creux jusqu’à la fin de ce kappa.

Ce sont les quatre miracles qui dureront jusqu’à la fin de ce kappa.

Après avoir donné cet ordre, le Bodhisatta prit une tige et s’assit par terre. Les huit mille singes prirent chacun un roseau et s’assirent en cercle autour de l’étang. Comme le Bodhisatta, ils aspirèrent dans la tige et burent tous, assis sur la berge. Quand ils eurent fini de boire, le démon des eaux retourna dans son logis, morose et sans rien avoir attrappé. Le Bodhisatta retourna dans la forêt avec sa communauté.

Après avoir terminé cet enseignement par ces mots : « Bikkhus, ces roseaux sont entièrement creux car j’en ai donné l’ordre par le passé. », le Maître clarifia ce qui liait les deux événements et y associa les naissances comme suit : « À cette époque, Devadatta était le démon des eaux; la communauté du Bouddha était représentée par les huit mille singes; et j’étais l’ingénieux roi des singes. »


Source: Jatakamala

Previous articleAjannajataka — Le jataka du noble cheval
Next articleMalutajataka — Le jataka du vent