Accueil Espace Bouddhiste Livres Derniers écrits au bord du vide — D. T. Suzuki

Derniers écrits au bord du vide — D. T. Suzuki

21
0

derniers_ecrits_au_bord_du_vide.jpg

Derniers écrits au bord du vide – Daisetz Teitaro Suzuki

Chez Albin Michel

Juin 2010

Format : 190 mm x 125 mm

238 pages

EAN13 : 9782226207500

Prix : 16.00 €

Présentation de l’oeuvre et de l’auteur:

Auteur des célèbres Essais sur le bouddhisme zen, Daisetz Teitaro Suzuki (1870-1966) est le maître qui a fait connaître le Zen en Occident. Il fut en contact avec les plus grands penseurs occidentaux, comme C. G. Jung. Le présent recueil rassemble des articles – dont une autobiographie spirituelle – qu’il écrivit dans la dernière décennie de sa vie. Son intuition spirituelle y atteint un très haut degré d’intensité, de simplicité et de poésie. Il y compare notamment la mystique de Maître Eckhart au Zen, analyse l’acte de création du monde comme un jeu de questions-réponses au sein même de Dieu ou encore diagnostique le malaise dans la civilisation comme dû à l’hypertrophie de l’intellect. Ces articles sont de vraies « graines d’éveil » appelées à germer dans l’esprit du lecteur.

Extrait:

Mais les êtres humains se divisent entre « je suis ici et le monde est là », et pas seulement « là » mais « contre moi ». Je n’ai aucune expérience d’être un chien ou un chat et je ne sais pas ce qu’ils ressentent. Mais ce qu’on peut voir de leur comportement montre qu’ils sont tenaillés par la faim et les besoins physiques. Nous connaissons quelque chose de plus que les exigences impérieuses de la nature physique. Nous ne dormons pas. Nous faisons des rêves et nous tourmentons, ce qui faisait dire à un maître de la dynastie Tang: « Les gens ne mangent ni ne dorment. » Nous pensons au lendemain, nous pensons au passé, nous entretenons nos rêves et nous nous faisons du souci. Imagination, mémoire et projection dominent nos vies et provoquent de la souffrance. Je ne suis pas en train de suggérer que nous devrions vivre sans elles, comme un chien, mais avec toute notre histoire, nos souvenirs, avec toute nos prévisions eschatologiques, nous devons apprendre à vivre comme s’il n’y avait rien dans le passé et le futur. C’est vivre dans le monde spirituel et cela doit être expérimenté en passant par l’illumination.

Previous articleLes trois sagesses chinoises — Cyrille J.D. Javary
Next articleLe Dalai Lama — « La Chine et le Japon devraient travailler ensemble à la traduction des textes bouddhistes »