Accueil Espace Bouddhiste Interreligieux Si je devais laisser un testament, ce serait un éclat de rire.

Si je devais laisser un testament, ce serait un éclat de rire.

5
0

Amerindien.gif

La plus immense de toutes les fortunes : savoir rire de la danse des cinq poisons (colère-haine, jalousie, avidité-désir-attachement, orgueil, ignorance) dont la seule consistance est dans les larmes que vous pleurez. Ne les suivez pas dans les labyrinthes qu’ils tissent pour mieux vous fasciner. Jeter à leurs faces ce rire tonitruant puissant comme le gong du tonnerre qui ouvre les nuages d’un trait de lumière.

En chamanisme, l’éclat du Rire est assimilé à la trouée de l’éclair dans un ciel d’orage. L’éclat du Rire appartient à la fulgurance de l’instantanéité qui provoque le renversement positif d’une situation qui semblait ne pas avoir d’issue favorable. C’est la prérogative du clown sacré, il est nommé Heyoka chez les Lakota le peuple des Sept Feux du Conseil qui est une Nation amérindienne du Sud Dakota. Les sociétés de Heyoka sont redoutées et respectées, alors que leurs seules présences dans le cours d’une cérémonie provoquent l’éclat du rire chez tous les participants, et c’est irrésistible. Le Heyoka c’est le contraire, celui qui est à l’envers. Par exemple, spontanément alors qu’il fait très chaud il dira : l’air est frais ; ses sensations corporelles sont inversées, mais pas tout le temps.

Le pouvoir du Heyoka procède du mystère, il s’annonce par des rêves où il entend un tonnerre gronder, le flash d’un éclair ou un orage qui efface les images de son rêve ou bien c’est un cheval gris pommelé de blanc qui apparaît. Cet état spontané qui n’est donné par aucune initiation est provoqué par les Êtres-tonnerre ainsi nommés parce qu’ils se déplacent dans des nuages d’orage où ils grondent comme le ferait un tonnerre. Il y a des nuances, tous les orages ne sont pas le costume d’Êtres-tonnerre et ils sont aussi dans certains arcs-en-ciel.

Qu’il l’accepte ou le refuse, celui qui devient le Heyoka n’a aucune possibilité de s’y soustraire : il est comme ça. Ce mouvement d’énergie contraire manifeste sa présence à travers cette personne, mais il n’est pas celui d’une transe, ni une possession. Aussi longtemps que le pouvoir est avec cette personne, le Heyoka parle et agit à l’envers. Il ne peut pas faire autrement que de ne jamais n’être pris au sérieux, de provoquer le rire et d’être ridicule. Néanmoins, il est redouté parce que le pouvoir du Heyoka interfère sur les vents, la pluie et les formations de nuages. En cérémonie, sa présence est le garant de bonnes circonstances climatiques. Tous les récits parlent de sa capacité d’emporter les nuages d’orage pour qu’aucun d’eux ne voile le Soleil. Il monte sur son cheval, et les emporte au loin ou bien si la nappe de nuage est très large, il l’ouvre pour libérer le ciel.

Avant que ne commence la Danse du Soleil, l’un des sept rituels donné par Femme Bison Blanc, le chef cérémoniel demande aux Heyoka d’aller au loin de la danse pour qu’ils emportent les nuages : ils reviendront y participer, mais en marchant à reculons. Tous sont habillés et peints de noir, leurs visages entièrement dissimulés par une cagoule noire ; ils disent qu’ainsi les Êtres-tonnerre ne les voient pas.

Il y a des Heyoka célèbres, notamment Hehaka Sapa, Élan Noir qui était un Wicasa Wakan de la Nation Lakota Oglala. Lorsqu’un Heyoka enseigne sa tradition vous ne pouvez pas savoir s’il vous parle à l’envers. Mon frère spirituel Hunka Archie Fire Lame Deer Wicasa Wakan des Nations Lakota Mniconjou et Brûlé, était Heyoka, mais pas tout le temps. Dans ces sociétés, c’est souvent un Heyoka qui enseigne les sagesses de son peuple aux occidentaux. Il est choisit parce que personne ne peut savoir s’il est Heyoka quand il parle, c’est tout l’humour Amérindien, en toute sincérité le Heyoka donnera un enseignement à l’envers donc inutilisable. Il y a des gens qui utilisent des rituels Amérindiens qui sont à l’envers et ils ne le savent pas.

Dans le cercle sacré de la Roue de Médecine il y a huit pouvoirs médecines ; le Wicasa Wakan c’est l’homme sacré qui les incorpore tous en lui. Il est spirituellement responsable de sa Nation. Je me souviens qu’Archie Fire Lame Deer nous avait raconté que son père le Wicasa Wakan John Fire Lame Deer avait confié sa connaissance à vingt quatre Hommes-médecine, et qu’il dut tous les retrouver pour réunir en lui le pouvoir de son père. Cela ne s’invente pas et tous le savaient, c’est pourquoi il était un chef cérémoniel très respecté. Il était aussi ambassadeur de sa Nation au près des Nations Unis, il voyageait avec un passeport diplomatique ; c’est à ce titre qu’il est venu en Europe enseigner les rituels sacrés confié à son peuple par Femme Bison Blanc.

Alors que nous étions en cérémonie dans la hutte rituelle Inipi, lorsque son pouvoir Heyoka se personnifiait, la vapeur ne s’échappait plus de la hutte alors que la porte venait juste de s’ouvrir. Elle faisait demi-tour et tous nous pouvions le voir et alors que la chaleur était vraiment intense, il avait froid. Si, à ce moment là, l’un des participants de la cérémonie avait la potentialité d’être touché par ce pouvoir, c’est irrésistiblement contagieux et la cérémonie se termine dans un grand éclat de rire.

L’être chamanique qui accompagne le Heyoka c’est le cheval pommelé et une araignée. L’araignée est un être sacré très respecté, c’est elle qui tissa la toile qui contient le monde. La présence de cette araignée en cérémonie provoque un renversement dès qu’elle touche le Heyoka. Les cérémonies ayant lieu le plus souvent en pleine nature, dès que je voyais l’araignée s’approcher d’Archie Fire Lame Deer, je pouvais observer sa transformation et les effets de la contagion. Le résultat, c’était un éclat de rire spontané chez tous les participants.

Traditionnellement deux personnages s’opposent, le Heyoka qui s’assoit face à l’Ouest, mais il regarde le soleil, et le Wapiya qui s’assoit face au Nord ; il préfère l’ambiance du nocturne, le souterrain et les voyages vers le bas. Le Wapiya à pouvoir sur la maladie, il la donne ou l’ôte après rétribution ; il est souvent très riche. Il aime la couleur noire, mais ce noir là n’est pas celui du Heyoka dont le costume est zébré d’éclair. Le Wapiya est un personnage qui se prend très au sérieux et il est très puissant mais devant le Heyoka son pouvoir se neutralise. La présence du Heyoka protège la cérémonie des interférences provoquées par l’avidité du Wapiya. Rien ne résiste à l’éclat du Rire, c’est aussi l’arme de la sublime déesse Tara, le retentissement de son éclat de rire met en fuite tous les démons.

Le pouvoir du Heyoka provoque une fracture et une inversion du mouvement de l’énergie. L’éclat du Rire, comme l’éclair procède de la Roue des Mouvements de l’énergie, dont la racine est au Nord-Est de la Roue de Médecine, mais son ancrage est au centre et il est animé par quatre spirales. L’une qui va de gauche à droite, l’autre de droite à gauche horizontalement, les deux autres sont verticales ; là se mélangent le rire et les larmes. Lorsque vous êtes accablé de tristesse un des antidotes, c’est d’en rire. L’éclat du Rire, inverse le mouvement de la spirale de tristesse qui est une des armes utilisé par un Wapiya qui aime faire pleurer les petits enfants, alors que le Heyoka les fera rire.

Dans les sociétés des anciennes traditions, lors des grandes cérémonies, ce sont les clowns sacrés qui vont et viennent les premiers dans les rues des villages pour provoquer le rire. L’éclat du Rire provoque une ouverture et un repos du mental, c’est une parenthèse qui favorise votre réceptivité et votre ouverture à des perceptions extrasensorielles, mais aussi le chemin qui ouvre l’équanimité.

– Pour approfondir le chamanisme : Jozsef Soós de Sovar, le shaman ; Ouverture dans la continuité du temps (extraits en lecture sur http:// Google-livres). Descriptif de ces livres sur floradesondes.com.


Flora Desondes

Previous articleLivre — Le Cercle Infini, Méditations sur le Soutra du Coeur, de Bernie Glassman
Next articleMars 2010 — Le Journal des Sanghas