Accueil Billet du jour Le Sage – par Pierre Dôki Suchet

Le Sage – par Pierre Dôki Suchet

25
0

Shivananda_Sarasvati.gif

Voici la définition du Sage donnée par Swamî Shivânanda Sarasvatî, citée dans le livre « Svâmi Râmdâs, Le pèlerin de l’absolu, Histoires spirituelles et perles de sagesse » (Editions Accarias, L’Originel) préfacée par Arnaud Desjardins :

« Un Sage n’a aucune volonté qui lui soit propre, il a fondu son individualité dans la Réalité suprême.
Un Sage n’est repoussé par rien de repoussant, ni attiré par ce qui est attirant.
Un Sage voit la vie vibrante dans chaque atome. Il voit l’âtmâ en tout.

Le bonheur de tous est son bonheur. La souffrance de tous est sa souffrance. La joie de tous est sa joie. Il est un avec tout.

Celui qui considère que dans ce monde rien ne lui appartient, celui qui parle sagement, celui qui n’est pas fier du succès ou du gain, celui qui n’est pas abattu par l’échec ou la perte est un Sage.

Celui qui est libre de la convoitise, qui ne s’afflige pas sur ce qui n’est plus, qui s’est détaché des désirs est un Sage ou un brahma-jnânî (le « connaisseur de Brahman »).

Celui qui n’est pas attiré par les plaisirs sensuels, qui est sans attachement, qui est indépendant est un Sage.
Celui qui est libre de l’envie, de la déception, de la vanité, de l’inconduite, qui est sans désir pour le futur et qui ne s’afflige pas pour le passé est un Sage.

Celui qui n’est mécontent de rien, qui n’a aucune attraction pour les choses plaisantes, qui est calme en toute condition ou circonstance est un Sage, un jîvan-mukta (celui qui s’est libéré des liens du triple karma).

Paisiblement sur la Voie,

Pierre Dôki Suchet

Previous articleChine — Le panchen lama désigné vice-président de l’Association bouddhiste chinoise
Next articleHymne à la femme