Accueil Espace Bouddhiste Interreligieux Patriarcat œcuménique de Constantinople – Patriarcat arménien de Constantinople

Patriarcat œcuménique de Constantinople – Patriarcat arménien de Constantinople

22
0

Le Patriarcat de Constantinople

Le titre de Patriarche de Constantinople est traditionnellement porté par l’évêque de Constantinople (actuelle ville d’Istanbul). Ce diocèse est l’un des plus anciens et des plus prestigieux de la Chrétienté.

Le Patriarche de Constantinople soutint diverses dissidences théologiques telles que le nestorianisme de Nestorius en 431 ou encore le monothélisme de Serge Ier de Constantinople en 616. La qualification d’ hérésie de ces courants ne reflète que le point de vue a posteriori de ses adversaires.
Aujourd’hui, deux chefs d’Église portent le titre de Patriarche de Constantinople.

Les Patriarches de Constantinople actuellement en fonction sont :

  • Sa Sainteté Bartholomée Ier, Archévêque de Constantinople, nouvelle Rome et Patriarche œcuménique. Bartholomée Ier est le chef de l’Église orthodoxe de Constantinople.
  • Sa Béatitude Mesrob II Mutafyan, Patriarche arménien de Constantinople. Mesrob II Mutafyan est le primat du Patriarcat arménien de Constantinople.
  • Jusqu’en 1964, date sa suppression, il a également existé un Patriarche latin de Constantinople instauré à l’époque des Croisades.

Le Patriarcat œcuménique de Constantinople

faq_it.pngLe Patriarcat œcuménique de Constantinople est la juridiction autocéphale de l’Église orthodoxe sur « l’ensemble du monde connu ». Ce rôle est lié au statut de l’Empire Romain de Constantinople (aujourd’hui située en Turquie et appelée Istanbul). Son territoire canonique primaire est l’Archidiocèse orthodoxe de Constantinople. Par ailleurs, contrairement au Pape, le Patriarche de Constantinople n’a qu’une prééminence honorifique sur les autres Églises autocéphales orthodoxes.

L’Eglise a été fondée en l’an 31 par l’Apôtre André.

En 324, ce Patriarcat reçoit le titre de « Nouvelle Rome » lorsque l’empereur Constantin le Grand quitte Rome pour s’installer à Constantinople.

Constantinople prend toute son importance sous l’empereur Théodore qui en fait la véritable capitale de l’Empire Byzantin.

Le troisième canon du deuxième concile oecuménique (381) élève le trône de Constantinople au second rang après Rome et soumet l’Asie, le Pont, la Thrace et les Balkans sous sa juridiction.

En 518, le Patriarche de Constantinople reçoit officiellement le titre de « Patriarche Oecuménique ».

En Occident , du 8ème au 9ème siècle, l’évêque de Rome prend peu à peu rang de chef politique. C’est à cette époque que se crée l’état papal. L’Eglise romaine, forte de ce pouvoir temporel grandissant, intervient alors de plus en plus dans les affaires internes de l’Eglise d’Orient (pape Nicolas), ce qui est source de frictions.

C’est aussi au 9ème siècle que le Patriarcat envoie les saints Cyrille et Méthode évangéliser les slaves (d’où l’alphabet cyrillique).

En 1054, le schisme est consommé pour des raisons théologiques (adjonction du Filioque dans le Credo latin) mais aussi politique : les croisades sont la première conséquence de cette séparation (1204 prise de Constantinople par les croisés et destruction du Patriarcat). Pendant 57 ans, le Patriarche déplace son siège à Nicée.

En 1453, Constantinople est prise par les Turcs. Sous Mahomet II tous les chrétiens de l’Empire Ottoman sont considérés comme une nation.Le Patriarche est investi, en plus de son autorité spirituelle, du titre d’Ethnarque, responsable de tous les chrétiens devant la « Porte sublime ».

Aujourd’hui, malgré la laïcité (1922), le Patriarcat vit, en Turquie, une situation relativement précaire et ce qui reste de l’Orthodoxie, après conflits et génocides, y est souvent menacé.

Selon le traité de Lausanne de 1923, Ankara et Athènes disposent d’un droit de veto lors de l’élection des chefs de leur minorité religieuse respective. Ainsi, l’élection du Patriarche est soumise à l’approbation de l’état turc.

La difficulté de compréhension vient du fait que le successeur de l’Apôtre André n’est pas seulement le responsable de la minorité orthodoxe de Turquie (quatre à cinq mille descendants des byzantins), il est avant tout le Premier Patriarche de toute l’Orthodoxie.

Ce rôle supranational, indiscutable pour deux cent cinquante millions d’orthodoxes de par le monde, n’a pas toujours été bien admis par le gouvernement turc. Heureusement, un changement significatif a été enregistré depuis l’élection de Monseigneur Bartholomée 1er.

Les choix politiques de la Turquie sont souvent contestés par l’Europe. Pourtant la Turquie présente un visage européen, elle occupe, en raison de sa réalité géographique, une position clef.

Depuis les récents bouleversements en Europe centrale et au Moyen-Orient, Istanbul retrouve, plus que jamais, sa vocation de carrefour entre Orient et Occident.

Le Patriarcat arménien de Constantinople

dons_it.pngLe patriarcat arménien de Constantinople est une juridiction autonome de l’Église apostolique arménienne en Turquie. Le Patriarche arménien de Constantinople ou Patriarche arménien d’Istanbul et de toute la Turquie (dit aussi Patriarche des Arméniens de Turquie) réside dans le quartier de Kumkapi à Istanbul.

Le patriarcat arménien a été établi à Istanbul en 1461 par le Sultan Mehmed II, huit ans après la conquête de cette ville, pour faire du contre-poids au patriarcat grec orthodoxe, tout puissant. Le premier patriarche est Hovagim Ier, un Arménien de Bursa que Mehmed II connaissait depuis son enfance.
Les patriarches arméniens ont été les chefs de leur communauté et représentaient celle-ci auprès de la Sublime-Porte. Jusqu’au xixe siècle, les patriarches arméniens n’ont pas seulement représenté les Arméniens mais aussi toutes les Églises monophysistes (syriaque, copte, éthiopienne) auprès du Sultan. Avec le statut officiel publié en 1863, l’institution est devenue également responsable des affaires sociales, économiques et éducatives des Arméniens de l’Empire ottoman.

Avec le traité de Lausanne (1923), la Turquie moderne a accepté son existence, tout en limitant ses fonctions au domaine religieux. Le patriarcat prit alors le nom officiel du Patriarcat des Arméniens de Turquie.
Le siège actuel du patriarcat se situe dans le quartier de Kumkapi, le bâtiment actuel date de 1913.

Sa Béatitude Mesrob II Mutafyan est l’actuel primat du Patriarcat arménien de Constantinople (depuis le 10 mars 1998). Il a vécu des difficultés politiques avec le gouvernement turc. En 2009, un diagnostic indique qu’il est atteint de la maladie d’Alzheimer.

Previous articleLe ton monte entre le pouvoir turc et Bartholomée Ier
Next articleKhènsour Jampa Tègchok Rinpoché — Affaiblir les Perturbations