Accueil Billet du jour Métempsycose et Bouddhisme

Métempsycose et Bouddhisme

23
0

Si le Bouddha avait en plus nié explicitement le système du karma, les masses qu’il aurait convaincues auraient perdu toute incitation idéelle à obéir aux règles de la société : ni respect des castes, des richesses et des pouvoirs, ni crainte des dieux, m rétribution karmique en faveur du comportement conforme à son rôle.

En particulier, les brahmanes se seraient vu retirer toute légitimité, nié tout pouvoir divin et toute utilité : leur position n’aurait plus été justifiée par leurs mérites passés, ils ne seraient sans doute plus élus de dieux devenus douteux, ni utiles pour servir d’intermédiaires entre les hommes et ces derniers, ni respectables par leur seule naissance sociale. Or tout asservissement répandu et durable a toujours une acceptation idéologique de la part des asservis comme l’une de ses bases. Toute servitude permanente d’une société entière est presque touiours un peu volontaire, par croyance en une légitimité du pouvoir politique, économique ou autre. Le bouddhisme populaire sans karma délitait tout à fait ce ciment de la société indienne. Les puissants de celle-ci auraient donc tout fait pour l’arrêter. Et ils y seraient vite arrivés puisque les bouddhistes ne répondaient pas à la force par la force.
[…]

La métempsycose se réduisait alors, aux yeux d’un bouddhiste cultivé, à une pure métaphore, pour décrire de façon très élaborée notamment des processus psychiques….


p 572
Le bonheur – liberté, Bouddhisme profond et modernité. Serge-Christophe Kolm (P.U.F. 1982)

www.buddhachannel.tv

Previous articleLivre – Le Mythe de Khun Burôm de Dominique Menguy
Next articleLe Corps, le Sexe et la Chasteté dans le Couple