Accueil Espace Bouddhiste Société S’estimant inquiétés au Vietnam, des bouddhistes veulent l’asile en France

S’estimant inquiétés au Vietnam, des bouddhistes veulent l’asile en France

21
0

18.12.2009

marche-3.jpgHANOI, Vietnam — Des fidèles de Thich Nhat Hanh souhaitent l’asile en France, où est basé leur maître, figure internationale du bouddhisme, car ils ne se sentent plus en sécurité au Vietnam, a indiqué l’un deux vendredi.

« Nous avons un représentant qui est allé en France et a demandé que nous restions là-bas », a expliqué une soeur, sous couvert d’anonymat.

La semaine dernière, le responsable de la pagode de Phuoc Hue qui héberge les membres de la communauté de Thich Nhat Hanh dans les Hauts plateaux du centre du Vietnam avait expliqué avoir dû promettre leur départ à une foule venue faire pression sur lui.

Après avoir déjà dû fuir le monastère de Bat Nha qui les hébergeait dans la même province de Lam Dong, quelque 200 fidèles de Thich Nhat Hanh s’étaient réfugiés dans celui voisin de Phuoc Hue. Depuis, là aussi, ils dénonçaient de « fortes pressions de la police ».

D’autres sites seraient prêts à les accueillir, mais « ils n’osent pas nous soutenir », a poursuivi la soeur vendredi. Les fidèles de Thich Nhat Hanh, fondateur du village des Pruniers en France, craignent eux que le scénario ne se répète.

Thich Nhat Hanh, forcé à l’exil dans les années 60 par le régime du Sud-Vietnam pour ses prises de position contre la guerre, est longtemps resté persona non grata dans le pays après la prise de pouvoir des communistes en 1975.

Le bonze, qui s’était réfugié en France où le village des Pruniers est devenu l’un des plus grands centres bouddhistes d’Europe, était revenu au Vietnam pour la première fois en 2005. Depuis, quelques monastères abritent plusieurs centaines de ses disciples.

Mais dans un pays où les églises sont censées rester sous le contrôle du régime, ses proches estiment qu’une partie des autorités vietnamiennes s’inquiètent désormais de l’intérêt croissant de la jeunesse pour le bonze.


Source : AFP

Previous articleLa cuisine Thaïe
Next articleLa Paix vue par Victor Hugo