Accueil Espace Bouddhiste Interreligieux Les textes sacrés de l’Inde

Les textes sacrés de l’Inde

24
0

SEMAINE BUDDHACHANNEL SUR LES GRANDS SAGES DE L’INDE

sanskrit_text.jpg

LES TEXTES SACRES DE L’INDE


Les textes sacrés de l’INDE

se divisent en deux catégories,

d’un côté les textes fondamentaux s’adressant à une élite, tels les Brahmanes, la caste des prêtres.

de l’autre les grandes épopées accessibles à tous et très populaires.

Les deux grandes épopées que sont le Mahabharata et le Ramayana

constituent la base des spectacles de danse et de marionnettes.

LE VEDA

La çruti

C’est le livre de référence de toute la culture védique, ancêtre de l’hindouisme.

Le Veda en sanskrit signifie « Le Savoir ».

La çruti

La première catégorie de textes, que l’on dit transmis par la puissance divine aux sages, s’appelle la çruti. Ce mot signifie litteralement: audition. Il est signe de sagesse et de vérité divine éternelle.

Elle est composée des quatre textes sacrés de l’hindouisme que sont les Samhitas, appelés aussi Védas.

Ceux-ci sont considérés comme l’un des premiers documents littéraires relatant l’histoire de l’humanité.
Les Samhitas sont les recueils de base dont les autres découlent.


Le Rig-Veda

Le plus ancien des Védas est le Rig-veda. Il se compose de versets, 1028 suktas (hymnes). On estime que sa rédaction aurait débuté vers 1400 avant JC et s’étendrait sur plusieurs siècles, mais n’aurait pas subi de remaniemant et resterait fidèle aux origines. Les dix mandalas (livres) mentionnent la culture aryenne et l’Indus comme étant le berceau du Rig-veda. Les hymnes s’adressent aux divinités, les chants accompagnant les différents moments du culte dédié à chaque dieu.


Yajur-Veda et le Sama-Veda

Le Yajur-veda et Sama-veda composent la partie lithurgique. Les textes, sous forme de versets et de chants, sont utilisés par les prêtres durant les cérémonies et les rituels. Accessibles uniquement aux Brahmanes, c’est une façon pour eux d’affirmer leur supériorité vis à vis des autres castes. Il existe deux Yajur-veda, le premier dit Yajur-veda blanc, contient les formules sacrificielles originelles. Le deuxième, dit Yajur-veda noir, est enrichi de commentaires expliquant les gestes, rites et pratiques du culte.


Arthava-Veda

L’Arthava-veda est le livre d’Arthavana, du nom du sage qui l’a écrit. Il se compose de 731 hymnes, soit une vingtaine de livres, regroupant des prières magiques, des incantations, et des charmes ayant pour sujets l’amour, la maldie, la prospérité et la longévité.


Brahmanas

Viennent ensuite les Brahmanas qui sont des traités d’explication en prose. Ils révèlent les liens entre rituels et mythologie, et expliquent le pourquoi et le comment de chaque rite.


Aranyakas

Le troisième texte à un caractère ésotérique qui met en perspéctive la relation entre sacrifices, cosmos et humanité. La plupart des textes des Brahmanas se poursuivent dans ces écrits. Ils portent le nom d’Aranyakas. On les nomme aussi Traités forestiers, car de part leur caractère ésotérique et magique, ils sont destinés à être récités à l’extérieur des agglomérations.


Upanishads

On trouve enfin les Upanishads. Ce sont des traités d’inspiration philosophique sur le microcosme et le macrocosme.
Ils traitent du mystère de la mort, de l’unité de l’univers, et aspirent à établir l’équivalence entre l’âme humaine (Atman, le Soi) et l’âme cosmique (Brahman, l’Absolu). Ils mettent fin aux Védas.

la Smriti


La deuxième catégorie des textes sacrés indiens est la Smriti, litteralement mémoire, c’est à dire ce que les hommes gardent en souvenir. Inspirée des Vedas, c’est un mélange de vérités divines et de vérités humaines. Elle est composée de traités sur le Dharma et de grandes épopées.


Dharma-Sutras

Le Dharma est le fondement de la vie d’un hindou. Ces textes renferment une idée de devoir et non de droit, applicable à chaque être vivant. Le plus ancien est le Dharma-Sutras, sans doute rédigé entre 600 et 300 avant JC. Il énonce les préceptes du Dharma de façon assez succinte et en prose. Le Dharma consiste, à travers ses activités quotidiennes, ses relations avec les autres et la religion, à maintenir un équilibre cosmique. C’est l’action, propre à chacun, selon sa place et les moyens qui lui sont aloués, de tenir et préserver cet équilibre. Le Dharma-Sutras a servi de base à la rédaction de Dharma-Sastras. Celui est plus récent, plus détaillé, et écrit en vers. On le date entre -200 et 200 après JC.


Le Mahabharata

La Smriti contient aussi la plus grande oeuvre littéraire du monde: Le Mahabharata. Il a été rédigé entre -300 et 300 après JC et relate l’épopée de la Dynastie des Bharata. Il se compose de plus de 100 000 vers écrits en sanskrit.

Le Mahabharata raconte l’histoire de la lutte entre les Pandava et leurs cousins les Kauravas. Krihsna y tient une place prépondérante et y révèle sa nature divine.

Accessible à tous, ce texte a une profonde influence sur les hindous, car il est très imprégné de religion et traite du Dharma. Il est considéré comme l’un des plus sacré.


Le Ramayana

Le troisième texte est le Ramayana. On attribue sa rédaction au sage Valmiki entre 300 et 200 après JC. Il raconte l’histoire de Rama, incarnation de Vishnu, considéré comme le fils et l’époux idéal.
Ce texte sert de support au culte de Rama.


Les Puranas

La Smriti s’achève avec les Puranas. C’est une série de 18 livres, apparus sous le règne des Guptas ( IIIème-VIème siècle). On y trouve toute la mythologie, les légendes, et la généalogie des dieux et héros hindous. Le polythéisme y est beaucoup plus développé que dans les Vedas. Les dieux principaux sont Vishnu et Shiva, alors que dans les Vedas ils ont des rôles secondaires. Ces textes sont très populaires, notament celui dédié à Krishna: le Bhagavata-Purana.


Laetitia Adeline pour www.buddhachannel.tv

Previous articleLa Sainte Chapelle: un écrin pour les Saintes Reliques.
Next articleLe mythe coréen de la création du monde — Première version