Accueil Espace Bouddhiste Interreligieux Du bon Usage de l’Astrologie chinoise…

Du bon Usage de l’Astrologie chinoise…

22
0

Lao Tseu sur son Boeuf image de la sagesse.
Lao Tseu sur son Boeuf image de la sagesse.
A force de vouloir en faire de trop, on finit par dénaturer le propos puis à l’enfermer dans un concept restreint limité à l’exportation et aux curiosités de salon.

L’astrologie, ou l’horoscopie, chinoise, orientale ou même occidentale, généralement issue du moyen-orient, n’a pas pour but de prédire l’avenir mais de préciser, ou de comprendre, une situation évolutive en fonction de l’observation de phénomènes passés ou à venir.

Elle est basée sur les mêmes principes qui régissent le Yijing (Yi King ou I Tching)qui est simplement le « traité du changement » (Book of Change).
Dans ce sens, chaque événement a un passé, un présent, un futur et est à l’origine de « quelque chose encore » qui demeure indéfinissable.

Il existe donc un événement, un changement, une évolution et une adaptation.
Ce que certains ont voulu résumer par « mutation ».
Mais ce concept abstrait est évidemment très mal compris en Occident où la chose semble partir de rien pour arriver nulle part.
C’est le système rationaliste du « Big Bang » d’origine et de la « Géante Bleue » terminale.

C’est l’individu compris entre l’acte de naissance, ou le baptême et le certificat de décès ou l’enterrement.
Il faut bien, ici, qu’il y ait un début et qu’il y ait une fin.
Et qu’au Septième Jour Dieu se repose.
Depuis il ne fait donc plus rien.

Certains croyants, néanmoins, pensent qu’il existe peut-être quelque chose après.
Pourquoi alors n’existerait-il donc rien avant ?
Dans cette hypothèse la prédestination est très différente du destin dans le simple fait que la première peut, et doit, subir diverses influences.
Donc rien n’est encore joué.
Avant il pré-existe, après il subsiste.
Tout reste à faire pendant.

Entre nous, concernant le Yijing il ne peut donc y avoir de « créateur », de « mouvement créateur », d’ « élan créateur », de « création » et patatapeti et patatipata pas plus qu’il ne peut y avoir d’accomplissement ou, pire, d’achèvement (Pan !) qui sont des conceptions tout aussi occidentales que l’univers, Dieu ou la démocratie.
Il serait plus juste de parler de « révélation » ou d’action initiale et de dénouement.
Avant l’action il y a quelque chose, après le dénouement il existe autre chose.

Pour l’astrologie chinoise classique il en va de même.
Avant il y a quelque chose, après il y a « autre chose encore ».
Et pendant il y a des images qui peuvent influer sur la perception des événements et sur votre comportement.
Donc sur le sens des choses.
C’est en ce sens que la pré-destination n’exclut pas la possibilité de modifier le sens de la destinée.

L’astrologie est alors un outil permettant de mieux appréhender les circonstances et de ne pas être esclave de son destin.
C’est simplement une compréhension symbolique des phénomènes qui nous entourent sur un autre plan que celui de la « raison ».
Tout est-il bien raisonnable en ce bas monde ?

EN SAVOIR PLUS


Source : www.tao-yin.com

Previous articleLe Père Noël prépare son traineau dans son jardin de Rovaniemi, en Finlande.
Next articleIdée Lecture – L’Art de la Méditation de Matthieu Ricard