Accueil Espace Bouddhiste Bouddhisme OM MANI PADME HUM – par Sa Sainteté le Dalaï-Lama

OM MANI PADME HUM – par Sa Sainteté le Dalaï-Lama

24
3

EXPLICATION DU MANTRA OM MANI PADME HUM, PAR SA SAINTETÉ LE DALAI LAMA[[Quatrième de couverture

Le seigneur du Lotus blanc, Océan de Sagesse, Le Précieux Victorieux, l’Incomparable Maître, au simplement, la Présence : ce sont là quelques-uns des titres que les Tibétains donnent au plus illustre et au plus vénéré d’entre eux, le Dalaï-Lama, dieu-roi, un être d’exception, longtemps entouré de légendes et de mystère. C’est à la recherche de cette présence que Claude B. Levenson est partie. Cette quête l’a menée d’un versant à l’autre de l’Himalaya, du Tibet de l’intérieur au Tibet de l’exil et l’a conduite, inexorablement, à Tenzin Gyatso : le Dalaï-lama, avec lequel de longues heures d’entretiens lui ont permis de restituer les multiples facettes d’une personnalité hors du commun, de retracer le roman prodigieux d’une vie – comment un bambin turbulent né dans une modeste famille paysanne fut reconnu quatorzième incarnation du Bouddha de la Compassion infinie. Mais aussi de dévoiler les fondements cardinaux d’une grande civilisation menacée d’anéantissement par l’invasion chinoise.]]


Sa Sainteté
Sa Sainteté
« C’est fort bien de réciter le mantra OM MANI PÉMÉ HOUNG mais tandis qu’on le récite, encore faut-il penser à sa signification, car la portée de ces paroles est vaste et profonde. La première, OM, est composée de trois lettres – A, U et M. Elles symbolisent le corps, la parole et l’esprit du pratiquant; mais dans le même temps, elles symbolisent le corps, la parole et l’esprit purs et glorieux d’un Bouddha.

«Tous les Bouddhas sont au départ des êtres comme nous qui, en suivant la voie, sont devenus des Éveillés.»

Le corps, la parole et l’esprit impurs peuvent-ils être transformés en un corps, une parole et un esprit purs, ou sont-ils entièrement séparés? Tous les Bouddhas sont au départ des êtres comme nous qui, en suivant la voie, sont devenus des Éveillés. Le bouddhisme ne prétend pas qu’il y ait quelqu’un qui, dès l’origine, soit sans défaut et possède toutes les bonnes qualités. Le développement d’un corps, d’une parole et d’un esprit purs vient graduellement de l’abandon des états impurs, qui sont ainsi transmués en états purs.

Comment cela se fait-il? La voie est indiquée par les quatre syllabes suivantes. MANI, signifiant joyau, symbolise les moyens de la méthode – l’intention altruiste d’être illuminé, la compassion et l’amour. Tout comme le joyau est capable d’éloigner la pauvreté, de même l’esprit altruiste d’éveil est capable d’écarter l’indigence, ou les difficultés, de l’existence cyclique et de la paix solitaire. Pareillement, tout comme le Joyau exauce les désirs des êtres sensibles, l’intention altruiste de devenir illuminé accomplit les souhaits des êtres sensibles.

Les deux syllabes, PÉMÉ ou PADMÉ, signifiant lotus, symbolisent la sagesse. Tout comme un lotus sort du limon sans être souillé par la boue, de même la sagesse peut vous placer dans une situation de non contradiction, alors qu’il y aurait contradiction sans posséder la sagesse. Il y a la sagesse qui réalise l’impermanence; la sagesse qui réalise que les personnes sont vides d’existence substantielle ou d’existence se suffisant à elle-même; celle qui réalise le vide de la dualité, c’est-à-dire de la différence d’entité entre sujet et objet; et la sagesse qui réalise la vacuité de l’existence inhérente. Bien qu’il y ait différentes sortes de sagesse, la principale d’entre elles est celle qui réalise la vacuité.

La pureté doit être acquise par l’unité indivisible de la méthode et de la sagesse, symbolisée par la syllabe finale HOUNG, OU HÛM, qui traduit l’indivisibilité. Selon le système des sûtras cette indivisibilité de la méthode et de la sagesse se réfère à la sagesse affectée par la méthode, et à la méthode affectée par la sagesse.

Dans le véhicule Mantrique, ou Tantrique, la référence porte sur la propre conscience dans laquelle la forme globale, à la fois de la sagesse et de la méthode, constitue une identité sans différenciation. En termes de syllabes-germes des cinq Bouddhas conquérants, HOUNG est la syllabe germe d’Akshobya – l’Immuable, le non-fluctuant, qui ne peut être en rien perturbée.

Ainsi, les six syllabes OM MANI PÉMÉ HOUNG signifient qu’en fonction de la pratique d’une voie, qui est l’union indivisible d’une méthode et d’une sagesse, vous pouvez transformer votre corps, votre parole et votre esprit impurs en corps, parole et esprit purs et glorieux d’un Bouddha. II est dit qu’il ne faut pas chercher la bouddhéité hors de soi; les matériaux pour y parvenir se trouvent à l’intérieur. Maitreya l’a dit dans son « Sublime continuum du Grand Véhicule » (Uttaratantra), tous les êtres ont naturellement la nature de Bouddha dans leur propre continuum. Nous avons en nous-mêmes le germe de la pureté, l’essence de Celui Qui S’en Est Ainsi Allé (Tathâgatagarbha), qui doit être transformé et pleinement développé en bouddhéité. »

– Procurez-vous ce livre en cliquant sur ce lien : Le seigneur du Lotus blanc


Source: Le seigneur du Lotus blanc, Le Dalaï-Lama, par Claude B. LEVENSON, Paris, Édition lieu commun, collection le livre de poche, 1987, pp. 239 à 241.

www.buddhachannel.tv

Previous articleIdée Lecture – Le Monde s’est-Il Crée Tout Seul?
Next articleMéditation sur la respiration par Akincano Bhikkhu

3 Commentaires

  1. OM MANI PADME HUM – par Sa Sainteté le Dalaï-Lama
    je cherche en cd les paroles du Dalaï Lama, je voudrai l’entendre quand il chante le Om mami padmé hung. j’en ai un réel et urgent besoin. merci à vous.

  2. OM MANI PADME HUM – par Sa Sainteté le Dalaï-Lama
    Merci pour la signification des mantras, Votre Sainteté.
    J’ai une question , il y a t’il une signification occulte ; j’entend un son constant d’une note ou fréquence três haute dans mon oreille droite, certain m’on dit que c’était de l’accouphène (problême de l’ouie) mais moi je crois que c’est le son de mon âme ou esprit. Il y t’il quelqu’un qui peut me répondre.

    • OM MANI PADME HUM – par Sa Sainteté le Dalaï-Lama
      Dans l’expérience de la méditation, l’attention va des niveaux les plus grossiers de la réalité – correspondant au monde macroscopique décrit par la physique – aux niveaux les plus subtils de la matière et jusqu’à transcender la matière elle même. Lors de ce cheminement, l’attention s’approche à un moment du niveau correspondant à la physique quantique, décrit par différentes théories des « super cordes », indication claire qu’il s’agit de vibrations fines que vous entendez lorsque votre méditation est profonde. Quand vous aurez passé ce niveau, vous découvrirez le niveau silencieux de la nature, celui du vide d’où tout émerge. Bonne journée.

Comments are closed.