Accueil Espace Bouddhiste Société Le point sur la parité dans le monde

Le point sur la parité dans le monde

53
0

28.08.2009

Certes, la France a dernièrement fait un bond vers le haut du classement des pays faisant preuve du plus de parité entre les hommes et les femmes en passant de la 51e place en 2007 à la 15e en 2008. (Forum sur la question de Genève).

Elle peut et elle veut faire mieux. Ainsi, la présidence Française de l’Union européenne proposait, peu de temps après, la création d’ici 2010 d’un réseau européen d’entreprises engagées pour l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes.

in_galit__homme_femme_9548b.jpgIl faut dire qu’en France, les femmes ne sont représentées qu’à hauteur d’une sur 10 hommes dans les conseils d’administration des grandes entreprises. Alors qu’elles représentent par ailleurs 47% de la population active.

Pas de quoi se glorifier, donc, pour « le pays des droits de l’homme » qui prône « Liberté, Égalité, Fraternité ».

Résultat d’autant plus navrant que les moins discriminatoires sur la question ne se trouvent pas bien loin. On aurait pu s’en douter, il s’agit des pays du Nord de l’Europe : la Norvège, la Suède et la Finlande. Il existe, là-bas, des quota de pourcentage de femmes (environ 40%) dans les conseils d’administration des entreprises publiques et cotées en Bourse.

Du coup, par exemple en Suède, on retrouve les femmes parmi les décideurs : 46% de sièges parlementaires occupés.

En France, les femmes ne représentent que 15% de l’effectif à l’Assemblée Nationale. Il y a pire, certes, en Turquie (5%), mais aussi mieux, aux États-Unis (16%) ou en Australie (25%).

Notons que dans les pays asiatiques, les femmes sont aussi souvent discriminées en politique. Mais il existe par ailleurs une tradition de dynastie politique. Ainsi arrivent au pouvoir des filles ou femmes de dirigeants (Aung San Suu Kyi ou Benazir Bhutto, entre autres ).

Dans les pays arabes, généralement, on ne trouve pas de femmes parmi les dirigeants. Il s’agit d’une réalité dans la société dans son ensemble. Plusieurs facteurs sont en jeu, dont des interdits religieux ou autres traditions…

Le Koweït a cependant accordé le droit de vote et éligibilité aux femmes en 2005. Aujourd’hui ce n’est toujours pas le cas pour l’Arabie Saoudite.

Les pays latino-américains stagnent autour de 14% de femmes représentées. Cependant, ils sont nombreux à avoir mis en place des quotas (Équateur, Pérou, Costa Rica, Mexique…). De plus, des femmes se retrouvent à la présidence de certains pays. Michelle Bachelet, élue en 2006 au Chili, ou encore Cristina Kirchner, en 2007 en Argentine.

Par ailleurs, nous retrouvons une présidente en Jamaïque. Portia Simpson Miller a été élue en 2006. Ou encore Pratibha Patil, en 2007, en Inde. Certes, quelquefois leurs fonctions sont plutôt représentatives (pour des États Parlementaires), mais c’est tout un symbole.

En Afrique, enfin, les femmes obtiennent généralement des postes liés aux « valeurs féminines » : santé, éducation, social… Cependant, au Liberia, Helen Johson Sirleaf a remporté les présidentielles en 2006.

La France, elle, n’a jamais connu de femme présidente !

Simone de Beauvoir pourrait conclure en rappelant : « C’est par le travail que la femme a en grande partie franchi la séparation du mâle. C’est le travail qui seul peut garantir une liberté concrète. »


Marie Koenig pour www.buddhachannel.tv

Previous articleT’chat avec Isabelle Vincendon (Tsetchen Kunkyab) — Karma et Liberté
Next articleHistoire de la Lignée Kagyu