Accueil Billet du jour Petite histoire Zen – Le moine, la pierre et le papillon

Petite histoire Zen – Le moine, la pierre et le papillon

2
0

Le moine, la pierre et le papillon

par Aline Cresci

Petite histoire Zen

« Je suis la pierre au milieu du jardin »Pierre_papillon.jpg
Pense le moine.
Rien ne bouge.
Le monde est vivant tout autour.

Le moine regarde la pierre,
Et le sable autour,
Et le mur autour.

Cela fait des années qu’il attend cet instant.
Il n’a plus rien dedans.
Il regarde la pierre,
Et devient la pierre.

Bien installé dans son non-moi,
Il n’est plus qu’une abstraction.
Il sourit heureux d’être arrivé à cet état de perfection.
Il a finalement réussi à maîtriser l’animal.
A rejeter le bien et le mal.

« Je suis la pierre »
répète le moine, en souriant.

L’air et léger,
Le printemps doit être là,
Mais il ne s’en soucie pas.

Quand tout à coup,
Descendant du ciel
Une fragile petite merveille.
Un minuscule papillon blanc
Volette de-ci, de-là.

« Je suis la pierre »
répète le moine.

Le papillon innocent
Frôle le moine,
Mais il ne s’en soucie pas.
Il cherche sans doute une fleur.
Volette encore quelques instants.
Hésite entre pierre et sable.

Puis se pose sur la pierre.
« Je suis la pierre »
dis le moine
et il sent le papillon sur lui

« Pourquoi est-il là ? »
Pense le moine.

Et le moine regarde fixement le papillon.
Et le papillon est là.
« Pourquoi est-elle là ? »
Pense le moine.

Et le papillon transforme ses jolies ailes,
En un délicat kimono de soie
Qui glisse doucement sur le sable du jardin.

« Je suis la p… »
n’arrive plus à penser le moine,
en regardant désespérément cette charmante jeune fille nue,
qui se tient, debout, dans le soleil
sur la pierre du jardin.

Plus rien n’arrive au cerveau du moine
Lorsqu’il entend la jeune fille lui dire :
« Mon tendre amour, tu ne te souviens pas de moi ? »

Ce matin là,
L’on vit sortir du monastère Zen
Un moine qui arrachait ses vêtements
En hurlant :

« Je ne suis pas la Pierre,
Je ne suis pas la Pierre »

Nul ne sait ce qu’il advint du papillon.

Aline Cresci
source Les poésies d’Aline

Previous articleLe temple Drikung Kagyu dans l’Essonne fait peau neuve
Next articleConcours « Bonnes nouvelles pour l’Afrique » : halte au catastrophisme