Accueil Espace Bouddhiste Livres Idée Lecture – L’Ecriture chinoise, Le Défi de la Modernité

Idée Lecture – L’Ecriture chinoise, Le Défi de la Modernité

7
0

PARUTION LE 7 MAI 2008


L_Ecriture_chinoise5-2.jpgDirectrice d’études à l’EHESS, Viviane Alleton est une des meilleures spécialistes françaises de la linguistique chinoise. Elle a notamment publié « La pensée en Chine aujourd’hui (Anne Cheng dir.), Folio essais 2007. L’Ecriture chinoise, PUF, 2002. Les Chinois et la passion des noms, Aubier, 1993. Grammaire du chinois. PUF, 1973.

Deux types d’écritures se partagent le monde moderne : les alphabétiques, qui sont multiples, et la chinoise, qui est unitaire et pratiquée par plus d’un milliard d’êtres humains. Cette écriture « différente » fascine depuis toujours les Occidentaux, au point que la question de la langue est souvent reléguée au second plan.

Dans cet ouvrage passionnant, Viviane Alleton bouscule des idées reçues nées de la croyance en la supériorité des alphabets sur l’écriture chinoise considérée, à tort, comme excessivement complexe et qui serait l’apanage d’une minorité. Les caractères ne sont pas de petites images d’où émanerait un sens, mais correspondant à des mots qui se prononcent et se lisent dans des textes grammaticalement articulés. La transcription des sons en caractères latins, le pinyin, est avant tout un moyen d’enseigner une même prononciation à tous les enfants chinois, quel que soit le dialecte parlé chez eux. Il n’y a pas plus d’illettrés en Chine qu’ailleurs. L’apprentissage du chinois n’est guère plus long que celui du français. Et l’enseignement massif de l’anglais, perçu comme outil de communication indispensable dans le monde actuel, ne constitue pas une menace aux yeux des Chinois.

Loin d’être en péril face aux défis techniques de la modernité, comme en témoigne la diffusion réussie des applications de l’informatique, l’écriture chinoise reste une marque identitaire forte.

235pp
19 €


Communiqué publié sur www.buddhachannel.tv, avec l’aimable autorisation des éditions Albin Michel.


Previous articleZem — Coeur à coeur
Next articleEt la Sécheresse au Sahel ?