Accueil Espace Bouddhiste Société De la diversité des identités en Chine

De la diversité des identités en Chine

5
0

Au sein de l’Empire du Milieu, existe une diversité culturelle extraordinaire. Si les cultures des minorités ont parfois pâti de la révolution culturelle, elles n’en demeurent pas moins riches et vivaces encore de nos jours.

Les Zhuang : deuxième groupe ethnique en Chine

Le peuple Zhuang a émigré, il y a environ 5000 ans, de Chine centrale vers la Chine du Sud. Il est probable que cette migration soit due à la récurrence des disettes. Les Zhuang ont par la suite réussi à développer une riziculture efficace au Ghangxi. Ils sont un peu plus de 18 millions aujourd’hui selon les recensements.

Danse traditionnelle Zhuang
Danse traditionnelle Zhuang

Ayant obtenu l’autonomie du Guanxi en 1958, les Zhuang pratiquent majoritairement l’animisme, on trouve quelques bouddhistes, taoïstes, chrétiens et musulmans également. La langue Zhuang encore vivace s’écrivait traditionnellement en sinogrammes, aujourd’hui on utilise toutefois de plus en plus l’alphabet latin.

Les Hmong : le peuple des montagnes

Femmes hmong en costumes traditionnels
Femmes hmong en costumes traditionnels
Peuple parfois mal considéré car vivant dans les montagnes, les Hmong sont présents en Chine, au Vietnam et au Laos.

Peuple millénaire, ils ont toutefois énormément pâti des guerres d’Indochine et du Vietnam, où ils ont successivement aidé les Français et les Américains. Ce la leur a valu le statut de traîtres, et aujourd’hui encore ils subissent de nombreuses violences, ce qui les pousse soit à l’exil, soit à se réfugier dans la jungle.

Dans le dernier film de Clint Eastwood, Gran Torino, le réalisateur évoque ce peuple, en parlant de la diaspora hmong aux Etats-Unis.

Les Dong : un peuple en complète autarcie.

Les Dong vivent dans les régions du Ghizhou, du Guangxi et de l’Hunan. Peuple très isolé, ils se sont repliés sur les montagnes au VIIè siècle après une importante défaite contre les Han. Ils vont alors développé une culture très particulière.

Costumes de festival Dong
Costumes de festival Dong

La langue Dong est parmi les plus difficile à apprendre. Il existe en effet 15 tons différents les DOng ayant subdivisé en 3 chacun des tons du mandarin. Autre particularité c’est le chant qui est utilisé comme mode d’expression, avec une grande part d’improvisation.

Leur autarcie est aussi économique : la principale activité étant la riziculture en terrasse.

Les Bai et leurs costumes blancs

Danseuse Bai
Danseuse Bai

Ils sont aujourd’hui deux millions en Chine et vivent dans le Hunan et le Ghizhou, en particulier atour de la ville de Dali. Dans cette ville d’ailleurs, le gouvernement chinois a reconnu 3 pagodes Bai comme monuments historiques.

La culture Bai est ancestrale et repose en particulier sur la danse et le chant, les Bai ayant mis au point leurs propres instruments de musique.

Le mot Baizu en chinois signifie ethnie blanche, ce nom vient en fait des costumes à dominantes blacnhe que portent traditionnellement les Bai.

Les Akha : le clan avant l’individu

Enfant akha portant un bonnet traditionnel
Enfant akha portant un bonnet traditionnel
Les Akha ou Hani sont remarquables, de part la conception qu’ils ont de la société. Le clan prime en effet toujours sur l’individu, ainsi lorsque quelqu’un tombe malade au village, il va habiter en périphérie pour ne pas contaminer les familles saines.

Une autre tradition, cette fois-ci tombait en désuétude, consistait dans certains villages à éliminer systématiquement les jumeaux. Les Hani estimaient en effet que le lien gémellaire constituait un danger pour le clan. Les Hani ont d’ailleurs toujours une mauvaise perception des jumeaux.

Les Naxi : société matrilinéaire

Installés principalement au Yunnan, les Naxi ont leur propre culture appelée culture Dongba, en référence aux prêtres Dongba. Ils pratiquent le culte de la nature, et en particulier celui de l’eau et des montagnes.

La culture Dongba est toutefois en danger, elle a énormément souffert de la Révolution culturelle, les écrits sont donc de moins en moins nombreux et ceux qui peuvent les lire également, pour les sauvegarder, les derniers écrits ont été inscrits à la liste Mémoire du Monde de l’UNESCO.

Les Naxi ont en effet une écriture hiéroglyphique typique qui traduit le mode de vie ancestral des Naxi.

Hiéroglyphes Naxi
Hiéroglyphes Naxi

Les Naxi du Nord ont une forme de société matriarcal, où la matrilinéarité est la règle. Les femmes vivent en effet avec leurs frères, mais rarement avec un mari. Les relations sont relativement libres, les enfants connaissent rarement leur père.

Cette matrilinéarité est liée à la croyance Naxi que les caractères héréditaire sont transmis par les os des femmes.


Thomas PRADO pour www.buddhachannel.tv

Previous articleChine — Sur la montagne sacrée de Wutaishan, le retour du bouddhisme est visible
Next articleDiversity of identities in China