Accueil Espace Bouddhiste Société Vietnam — Les Baguettes d’Encens dans l’Âme des Viêts

Vietnam — Les Baguettes d’Encens dans l’Âme des Viêts

5
0

25.01.2009

A l’arrivée du Têt (fête du Nouvel An lunaire), tout être humain désire s’orienter vers ses ancêtres, le ciel, la terre, et quand on brûle des baguettes d’encens, on pense qu’il existe une communion entre les mondes visible et invisible.

Depuis longtemps, les Viêt ne pensent pas que la mort est une fin, mais que l’âme du défunt continue à vivre parmi ses descendants.

« Offrir des baguettes d’encens à la mémoire des ancêtres veut dire que les ceux-ci sont présents autour de nous. D’après moi, c’est une bonne chose pour l’éthique et l’âme », a estimé le professeur associé en histoire, Nguyên Minh Tuong, lors d’une entrevue avec un correspondant de l’Agence vietnamienne d’Information à l’approche de la Nouvelle Année du Buffle.

Selon le livre « Les coutumes de culte dans la famille vietnamienne », publié en 1996 par la Maison d’Edition de la Culture ethnique, la croyance selon laquelle l’âme du défunt continue à vivre, a beaucoup influencé les vivants. Nombreux sont ceux qui s’abstiennent de tout acte répréhensible, de peur que leur parents dans l’autre monde n’en soient attristés.

Il n’y a aucune explication sur la coutume de brûler un nombre impair de baguettes d’encens, et 3 baguettes d’encens en général. Cependant, l’historien Nguyên Minh Tuong a estimé qu’on brûle 3 baguettes d’encens en l’honneur de Tam Bao – les trois entités précieuses du bouddhisme : Bouddha, Dharma et Shanga.

Au point de vue du taoïsme, trois baguettes symbolisent le ciel, la terre et l’homme. Selon les livres des mutations (Yijing), le nombre 3 est yang et symbolise le ciel, le sacré, la pureté et le début de la vie, ont écrit les vénérables Thich Thanh Duê et Tuê Nha dans le livre « Les coutumes et les rites d’offre de baguettes d’encens ».

Le culte des ancêtres nous rappelle d’une part que « lorsqu’on boit de l’eau, il faut penser à la source », et reflète d’autre part que les descendants désirent la protection de leurs ancêtres et les associent aux grands événements de leur vie.

Dans l’histoire, le culte des ancêtres est considéré comme une affaire nationale importante, a estimé M. Tuong. Les anciens rois du Vietnam rendaient le culte aux fondateurs de leurs dynasties, et vénéraient tous leurs prédécesseurs.

« D’après moi, c’est l’influence du taoïsme, et notamment les conseils de Ran You, un des meilleurs élèves de Confucius, qui considèrent que l’homme de pouvoir doit être très prudent dans les affaires relatives à la mort, et se montrer reconnaissant envers ses ancêtres qui ont rendu service à leurs dynasties et inculqué la fidélité au peuple.

« Cette fidélité est très importante, car elle consolide la dynastie », a expliqué M. Tuong.

Sous les dynasties féodales, les Vietnamiens organisaient les 2e et 3e jours du premier mois lunaire les cérémonies célestes de Nam Giao (consacré aux rites du Ciel), qui étaient présidées par les rois. Ces dernières années, l’Etat a reconstitué cette cérémonie dans la province de Thua Thiên-Huê (Centre).

« Ces cérémonies manifestent également la croyance des Vietnamiens envers les êtres surnaturels », a déclaré M. Tuong.

Selon lui, les documents historiques soulignent la richesse des liens entre les vivants et les âmes des défunts.


Source : www.vnagency.com.vn

Previous articleApprofondir la pratique par Ajahn Thiradhammo
Next articleMariages forcés – Avis de la Commission nationale consultative des Droits de l’Homme