Accueil Espace Bouddhiste Livres Lecture – Le Prophète, de Khalil Gibran

Lecture – Le Prophète, de Khalil Gibran

22
0

LE PROPHÈTE

de Khalil Gibran[[Khalil Gibran naît en 1883 dans la ville aux toits rouges de Becharré, au sommet de la vallée de la Quadicha qui le fascinera toute sa vie. Issu d’une famille modeste, il quitte le Liban en 1895 avec sa mère, ses deux sœurs et son demi-frère pour Boston et l’espoir d’une vie meilleure. De retour à Beyrouth en 1897, il séjourne par la suite deux années à Paris où il poursuit ses études. Rappelé à Boston, l’année 1903 sera celle de son immense malheur: la perte successive de sa mère chérie, de sa sœur Sultana et de son demi-frère Boutros. Trouvant refuge dans le travail et la solitude, il tissera néanmoins des liens étroits avec celle qui deviendra sa muse, Mary Haskell. Gibran Khalil Gibran effectue jusqu’en 1910 plusieurs voyages et œuvre avec acharnement à ses ouvrages littéraires et picturaux. Car si Le Prophète le rendit auteur incontournable, il n’en est pas moins peintre remarquable, par trop méconnu. Dès 1905 débute avec La Musique la publication de son œuvre littéraire. Pourtant, il lui faudra attendre son retour à Boston, en 1910, et surtout son installation, définitive, à New York deux ans plus tard, pour que son nom commence à s’imposer dans les milieux artistiques américains. Jusqu’en 1931, année de sa mort, il y publiera de nombreux ouvrages dont Le Prophète (1923).]]

Le_prophete.gifUne langue limpide, des images évocatrices et fortes : à travers l’enseignement d’Al-Mustafa se dessinent quelques-uns des trésors de l’expérience humaine.

Rien n’échappe à la leçon du Sage : amour, joie, liberté, douleur, connaissance de soi, beauté, couple, passion, mort…

La vie la plus intime, comme les problèmes les plus quotidiens. Hymne à la vie et à l’épanouissement de soi, Le Prophète s’impose désormais comme l’un des textes cultes du xxe siècle.

« Je ne connais pas d’autre exemple, dans l’histoire de la littérature, d’un livre qui ait acquis une telle notoriété, qui soit devenu une petite bible pour d’innombrables lecteurs, et qui continue cependant à circuler en marge, comme sous le manteau, sous des dizaines de millions de manteaux, faudrait-il dire, mais sous le manteau quand même, comme si Gibran était toujours un écrivain secret, un écrivain honteux, un écrivain maudit. « 

Amin Maalouf.

– Préface par Amin Maalouf.
– Traduction nouvelle de Janine Lévy .

– Paru le : 1 Janvier 1972
– Éditeur : Casterman, Bruxelles
– Description : 96 pages; (20 x 15 cm);
– ISBN : 2-203-23140-8
– EAN13 : 9782203231405

COMMENTAIRE DE BUDDHACHANNEL

Le Prophète est un grand livre où chacun peut trouver refuge.

C’est l’un des plus beaux textes du XXe siècle, un livre de réflexion sur soi, sur la vie.

Mais il est essentiellement un guide pratique du savoir-être dans chaque moment de la vie.

Il peut se lire par chapitre, suivant les besoins du moment.

Ce livre est un cadeau de haute qualité pour ceux qui commencent leur vie d’adulte.

AUTRE COMMENTAIRE

Gibran Khalil Gibran est l’auteur Libanais le plus lu. Son nom et son oeuvre font partie de l’héritage culturel de chaque Libanais, au même titre que les Cèdres Millénaires à l’ombre desquels il repose aujourd’hui.

Le Prophète est en réalité le premier volet d’une trilogie inachevée que Gibran Khalil Gibran souhaitait consacrer à l’homme et à ses rapports avec son milieu: rapports des hommes avec leurs semblables dans Le Prophète, des hommes avec la nature dans Le Jardin du Prophète et enfin des hommes avec Dieu dans un dernier ouvrage qu’il mourra sans avoir composé.

Al Mustapha, « l’élu », le prophète, vient de passer douze années en exil dans la ville d’Orphalese lorsqu’il voit accoster le navire qui doit le ramener chez lui. Brûlant du désir de revoir enfin sa terre et les siens, il ressent soudain toute l’amertume de quitter le lieu de sa solitude. « J’ai dispersé trop de fragments de l’esprit dans ces rues », dit-il « et je ne puis m’en détacher sans oppression et sans douleur ».

Descendant de la colline et approchant de la ville, il constate que tous les habitants sont réunis et l’attendent. Qu’a-t-il donc à offrir à ces gens qui le prient de rester, lui qui ne possède rien d’autre que ses silences? S’avance Al Mitra, la voyante, qui l’invite, avant de partir, à faire don d’un peu de sa sagesse au peuple d’Orphalese.

Se succèdent alors vingt-six chapitres dont le déroulement suit celui de l’existence humaine. De l’Amour à la Mort, sentiments et réalités sont décryptés dans un doux mélange de sérénité et de lucidité.

Œuvre d’un homme partagé entre Orient et Occident, installé à New York et rêvant de Liban, Gibran fait de son Prophète un véritable plaidoyer pour l’humanisme, une leçon de pouvoir-être et de savoir-exister.

Et lorsque cet homme de la fin du XIXe siècle nous parle de la Joie et de la Tristesse, c’est pour nous dire que notre « joie est [notre] tristesse sans masque »; lorsqu’il aborde l’Amitié, c’est pour nous demander « A quoi bon votre ami, si vous le cherchez afin de tuer le temps? » et de répondre « cherchez-le toujours pour les heures vivantes. Car il lui appartient de combler votre besoin, mais non votre vide ». Lorsqu’il évoque la Beauté, il en fait « l’éternité se contemplant dans un miroir ». Le Prophète est un moment de cette éternité, le reflet du miroir de l’âme humaine.

L’histoire de Gibran Khalil Gibran est celle d’un homme dual, d’un moderne mystique, l’âme ancrée à une rive lointaine et le cœur arrimé à sa terre d’accueil. Il nous livre, à travers son œuvre, l’âme poétique de l’Orient.

Previous article4, 5 août — Visite du Dalaï-Lama en Suisse
Next articleEco-Consommation – Réduire ma consommation de livres neufs