Accueil Espace Bouddhiste Société I Have a Dream (J’ai un rêve)

I Have a Dream (J’ai un rêve)

24
0

Faisons un rêve, tous ensemble

martin.jpg

A l’heure où la presse reparle de Martin Luther King,

à l’occasion du quarantième anniversaire de son assassinat,

penchons-nous sur notre vision du monde d’aujourd’hui

sur notre capacité à réagir face aux obstacles,

face à l’inacceptable.

A l’heure où la Birmanie reste muselée par la junte militaire,

à l’heure où les tibétains subissent encore et toujours la répression chinoise,

à l’heure où au Darfour le viol reste une arme de guerre,

à l’heure où tant d’événements plongent leurs victimes dans l’aliénation,

comment pouvons-nous transformer le négatif en positif

en réagissant de façon plus pertinente ?

Nous avons tous un rêve, des aspirations, des souhaits.

Le « Docteur King » avait le sien :

« I have a dream » devint ainsi le titre de son discours le plus célèbre.

Quarante ans plus tard, quel est notre rêve à nous ?

Sommes-nous capables de le réaliser,

avec moins de violence, dans un esprit plus fédérateur ?

Comment d’abord agir sur soi-même,

pour ne pas générer d’autres formes de souffrances ?

Il semblerait que la non-violence reste une attitude assez éloignée des réflexes premiers de nos contemporains, donc de nous-mêmes. Beaucoup de personnes sont persuadées qu’être non-violent consiste à s’opposer à la violence.

Et bien non, une non-violence qui s’oppose à la violence est une forme de violence.


Une non-violence qui combat la violence d’autrui ne change pas le monde, mais l’alourdit. La non-violence est un chemin difficile qui nous amène dans les complexités et les ambiguités de notre nature humaine.

Tout se passe en nous, avant de transparaître en demi-tentes sur l’extérieur. La colère, les indignations, les exaspérations peuvent au moindre problème jaillir de nos profondeurs pour nous emmener dans des sphères de souffrances, source de douleurs pour les autres et pour nous-mêmes.

Alors faisons régulièrement un rêve éveillé

pour nous remettre sur un chemin de pleine conscience,

un chemin de non-violence.

Voici quelques lignes en guise d’hommage à Martin Luther King,


Je fais un rêve, un rêve profondément enraciné dans l’âme humaine.

Je fais le rêve qu’un jour notre planète vivra selon l’évidence que tous les humains sont frères et soeurs et que la terre n’est qu’un seul pays.

 Je fais le rêve qu’un jour chaque continent sera transformé en une oasis de liberté et de justice.

 Je fais le rêve que tous les enfants vivront un jour dans un monde où ils ne seront pas jugés par la couleur de leur peau, mais par le contenu de leur personne.

Belle et bonne journée à tous.

De Tokyo, Alain Delaporte-Digard

Pour mémoire,

retrouvez ci-dessous une partie du discours de Martin Luther King :


Je vous le dis aujourd’hui, mes amis, bien que nous devions faire face aux difficultés d’aujourd’hui et de demain, j’ai tout de même un rêve. C’est un rêve profondément enraciné dans le rêve américain.

Je fais le rêve qu’un jour, cette nation se lève et vive sous le véritable sens de son credo : “Nous considérons ces vérités comme évidentes, que tous les hommes ont été créés égaux.

 Je fais le rêve qu’un jour, sur les collines rouges de la Géorgie, les fils des esclaves et les fils des propriétaires d’esclaves puissent s’asseoir ensemble à la table de la fraternité.

Je fais le rêve qu’un jour, même l’État du Mississippi, désert étouffant d’injustice et d’oppression, soit transformé en une oasis de liberté et de justice.

Je fais le rêve que mes quatre jeunes enfants vivront un jour dans une nation où ils ne seront pas jugés par la couleur de leur peau, mais par le contenu de leur personne. Je fais ce rêve aujourd’hui !

 Je fais le rêve qu’un jour juste là-bas en Alabama, avec ses racistes vicieux, avec son gouverneur qui a les lèvres dégoulinantes des mots interposition et annulation; un jour juste là-bas en Alabama les petits garçons noirs et les petites filles noires puissent joindre leurs mains avec les petits garçons blancs et les petites filles blanches, comme frères et sœurs.

 Je fais ce rêve aujourd’hui.

 Je fais le rêve qu’un jour chaque vallée soit glorifiée, que chaque colline et chaque montagne soit aplanie, que les endroits rudes soient transformées en plaines, que les endroits tortueux soient redressés, que la gloire du Seigneur soit révélée et que tous les vivants le voient tous ensemble.

Previous articleLe bouddhisme expliqué aux occidentaux – Extraits choisis, par Jean-Pierre Schnetzler
Next articleLa Galette des Rois