Accueil Espace Bouddhiste Interreligieux Russie — Décès d’Alexis II, Patriarche de l’Eglise Orthodoxe russe

Russie — Décès d’Alexis II, Patriarche de l’Eglise Orthodoxe russe

7
0

Russie: Le patriarche Alexis II est mort[[Sa Sainteté Alexis II, né Alexeï Mikhailovich Ridiger à Tallinn en Estonie le 23 février 1929 et mort le 5 décembre 2008 à Moscou en Russie, était le 15e patriarche de l’Église orthodoxe russe avec le titre de Patriarche de Moscou et de toute la Russie (depuis 1990).

Le patronyme von Ridiger est issu d’une ancienne famille de la noblesse germano-balte, ayant embrassé l’orthodoxie au xviiie siècle.

Il a entretenu une relation difficile avec Jean-Paul II au sujet de l’Église grecque-catholique ukrainienne. Toutefois, il aurait souhaité rencontrer le pape Benoît XVI, ce qui aurait été une première œcuménique.

Ainsi, le 2 octobre 2007, il s’est rendu en France : c’était la première fois depuis 1 000 ans qu’un patriarche de l’Église russe se rend dans ce pays de tradition catholique.]]


Patriarch Alexiy II delivering a blessing on Red Square
Patriarch Alexiy II delivering a blessing on Red Square
Le patriarche de Moscou et de toutes les Russies, Alexis II, est décédé, a-t-on appris vendredi. Il était âgé de 79 ans. Alexis II était le 15e patriarche de l’Église orthodoxe russe.

Les cloches des 600 églises de Moscou ont sonné pour l’annoncer. Le patriarche de Moscou et de toutes les Russies, chef de la plus grande Eglise orthodoxe au monde, est décédé vendredi à l’âge de 79 ans. La perte d’un «grand citoyen» pour le pouvoir orthodoxe. «Le saint patriarche est décédé dans sa résidence de Peredelkino (près de Moscou, ndlr) dans la matinée», a indiqué le chef du service de presse, Vladimir Viguilianski, sans plus de précisions.

«Une belle âme et une grande perte» pour Vladimir Poutine

Le Premier ministre et ex-président, Vladimir Poutine, qui a contribué à restaurer, au côté d’Alexis II, l’influence de l’Eglise orthodoxe en Russie a déploré un «événement tragique» pour le pays. «C’était une belle âme. C’est une grande perte», a-t-il déclaré.

Le président russe Dmitri Medvedev a rendu hommage depuis New Delhi, où il effectuait une visite officielle, à un «grand citoyen de Russie» dont le «destin reflète les plus grandes épreuves du 20e siècle». Le chef de l’Etat a reporté une visite en Italie, prévue samedi, et devait rentrer dès vendredi soir à Moscou. Mikhaïl Gorbatchev, le père de la Perestroïka et ex-président soviétique, s’est dit «bouleversé».

Le «concile» réuni samedi

Le Saint Synode, sorte de Concile, a été convoqué pour une réunion d’urgence qui doit avoir lieu samedi. La date des obsèques d’Alexis II et le nom de son successeur par intérim seront annoncés lors de cette réunion, a déclaré Vladimir Viguilianski. En conformité avec les statuts de l’Eglise russe, un nouveau patriarche doit être élu d’ici à six mois par un concile composé d’évêques, prêtres, moines et simples fidèles.

Alexis II, qui dirigeait depuis 1990 l’Eglise orthodoxe de Russie, a rétabli son influence politique et morale après 70 ans d’athéisme soviétique. Il a aussi contribué à la réunification historique de son Eglise avec l’Eglise orthodoxe russe à l’étranger le 17 mai 2007, mettant fin à 80 ans de schisme datant de la révolution bolchevique de 1917.

Un patriarche qui a refusé de rencontrer Jean-Paul II.

Face au Vatican, il fût le grand défenseur « des terres traditionnellement orthodoxes de la Russie et d’autres pays de la CEI » face à ce qu’ appelait le « prosélytisme » catholique.

Alexis II était un personnage très respecté des Russes et très présent au plan politique et médiatique, officiant à toutes les grandes liturgies à la cathédrale du Christ-Sauveur à Moscou en présence souvent des dirigeants du pays. Il a connu en revanche une longue période de froid avec les catholiques, qu’il accusait de «prosélytisme» en Russie, et avait refusé de recevoir le pape Jean Paul II. Une amorce de rapprochement s’était toutefois esquissée depuis l’avènement de Benoît XVI.

Réaction du Vatican

Dans sa première réaction, le Vatican a exprimé sa «surprise» et sa «douleur» à l’annonce du décès. «Il est revenu au patriarche Alexis II de guider l’Eglise dans une période de grandes transformations. Il a su assumer cette tâche avec un grand sens des responsabilités et de l’amour de la tradition russe», a déclaré le secrétaire du conseil pontifical pour l’unité des chrétiens, Mgr Brian Farrel.

Le visage orné d’une imposante barbe blanche, la voix grave, Alexis II était un personnage très respecté des Russes et très présent au plan politique et médiatique, officiant à toutes les grandes liturgies à la cathédrale du Christ-Sauveur en présence souvent des dirigeants du pays. Il a connu en revanche une longue période de froid avec les catholiques, qu’il accusait de « prosélytisme » en Russie, et avait refusé de recevoir le pape Jean Paul II. Une amorce de rapprochement s’était toutefois esquissée depuis l’avènement de Benoît XVI. En juin encore, Alexis II avait déclaré que le « prosélytisme » catholique demeurait un « problème » sur « les terres traditionnellement orthodoxes de la Russie et d’autres pays de la CEI » .

Previous articleBenoît XVI adresse ses Condoléances suite au Décès du Patriarche Alexis II
Next articleArt — Les Musées du Vatican