Accueil Espace Bouddhiste Société Tokyo – Le Japon non favorable à un boycott des Jeux olympiques...

Tokyo – Le Japon non favorable à un boycott des Jeux olympiques de Pékin

15
0

Le Japon, par l’intermédiaire de son ministre des Affaires étrangères Masahiko Komura,

refuse toute idée de boycott des Jeux Olympiques de Pékin.

Monsieur Masahiko Komura estime que face aux violences qui se développent au Tibet,

la Chine doit faire preuve de transparence dans sa gestion de la crise.

Monsieur Masahiko Komura a répondu négativement et fermement

aux journalistes qui lui demandaient s’il soutenait les appels au boycott des JO l’été prochain.

« Pour le bien de la Chine, il vaut mieux qu’elle soit la plus ouverte

et la plus transparente possible », a-t-il cependant ajouté.

Il a cependant ajouté :

« Bien que ce soit une question intérieure,

il est normal que la communauté internationale

s’intéresse aux problèmes de droits de l’homme ».

Ce qui laisse entendre que pour le Japon, le Tibet est chinois.

Rappelons que le Japon actuellement en grave crise économique

face à la monte en puissance du géant chinois

cherche a développer des coopérations économiques avec le Chine.

ArchiveRencontre à Pékin en Décembre 2007entre Masahiko Komura et le Président Chinois  Hu Jintao
ArchiveRencontre à Pékin en Décembre 2007entre Masahiko Komura et le Président Chinois Hu Jintao

Belle et bonne journée à tous.

De Tokyo, Alain Delaporte-Digard

VOYAGE DANS LE JAPON D’AUTREFOIS

le monde épuré de Kobayashi Issa

issa.png

Laissez-moi vous emporter dans le monde d’un des grands poètes japonais.

Kobayashi Issa dénonce les moines dévoyés,

et raille les guerriers prétentieux.

En ce sens, il prône un retour aux sources, à la simplicité, à l’authenticité.

Fils de paysan prospère, il restera toute sa vie sensible à la terre,

à la vie végétale perçue par un coeur sensible.

Kobayashi Issa ( 小林一茶) est un poète japonais, écrivain de haïku.

De son vrai nom, Kobayashi Nobuyuki,

il est né en 1763 dans le village de Kashiwabara dans la province de Shinano

et est mort en 1828 à Kashiwabara.

Voici un poème écrit après la mort de sa première fille,

un condensé d’émotions contenues ! :

Vent de l’automne,

Les fleurs rouges qu’elle

aimait arracher

Un autre de ses poèmes prend tout son sens en anglais :

In my old home

which I forsook, the cherries

are in bloom.

A giant firefly:

that way, this way, that way, this –

and it passes by.

Right at my feet –

and when did you get here,

snail?

My grumbling wife –

if only she were here!

This moon tonight…

A lovely thing to see:

through the paper window’s hole,

the Galaxy.

A man, just one –

also a fly, just one –

in the huge drawing room.

A sudden shower falls –

and naked I am riding

on a naked horse!

Previous articleInde – Le Footballeur bouddhiste Bhaichung Bhutia refuse de se joindre au Relais de la Torche olympique
Next articleAppel pour le Tibet